Boris pahor 103 ans à l’ouverture du forum culturel européen 2016 à Bruxelles dit les choses que personne ne veut entendre !

Boris Pahor, discours inaugural du forum culturel européen 2016 à Bruxelles

Boris Pahor, discours inaugural du forum culturel européen 2016 à Bruxelles

Voilà en cliquant sur le lien à la fin de cet article, la possibilité de ré-entendre Boris Pahor lors de son discours inaugural au dernier forum culturel européen 2016, prononcé le 20 avril. Il parle à partir de 28′ 12. Le texte intégral de ce discours est présent ici aussi. Il y exprime son inquiétude concernant l’avenir du monde plus préoccupé par l’argent que par la qualité de vie de l’humanité. Boris Pahor propose ici d’organiser une grande réunion de tous les pays européens, comme on l’a fait récemment pour le climat, pour imaginer la meilleure façon de répondre aux problèmes des migrants.
Boris Pahor à 103 ans est toujours aussi pertinent pour réfléchir à l’actualité brûlante de notre monde bouleversé.

Retranscription du discours de Boris Pahor :

Mesdames et Messieurs,

j’ai deux questions que je trouve très importantes du point de vue de la culture. La première question concerne un camp de concentration dans les Vosges, c’est-à-dire le camp du Struthof-Natzweiler, à neuf cents mètres d’altitude, ce camp où est né mon livre « Pèlerin parmi les ombres » (en français), traduit en vingt-et-une langues sous le nom de « Nécropole ».
Dans ce camp-là, la France a construit un bâtiment qui abrite le « Centre Européen du Résistant Déporté ». Dachau était le premier camp qu’a créé Hitler pour les communistes, les socialistes [et pour les résistants politiques], puis il y a eu Buchenwald, Struthof-Natzweiler, puis Dora-Mittelbau, Mauthausen, Bergen-Belsen. Il existe une quinzaine de ces camps à peu près. Il faut souligner tout de suite que Buchenwald avait environ à quatre-vingt dépendances. Une dépendance de Buchenwald, était Dora-Mittelbau. Les déportés y construisaient les V2. Ce camps se trouvait dans les montagnes dans la forêt et sur soixante mille déportés, vingt-cinq mille sont morts pour construire les V2 sous la direction de Von Braun, de l’ingénieur nazi Von Braun. Il a été emmené aux Etats-Unis en cachette, après la Libération, et on l’a embauché à la NASA. Quand l’homme s’est rendu sur la Lune, il est devenu alors le héros mondial, lui l’ingénieur Von Braun des nazis.
Dora-Mittelbau était donc une dépendance de Buchenwald. Et le camp de Dora lui-même avait trente-neuf dépendances et dans une de ces dépendances, j’étais déporté moi-même. En 1995, on a créé une organisation des étudiants allemands, puis français et italiens qui s’appelle « Jugend für Dora », « La Jeunesse pour Dora » et qui s’intéressent à ça, qui veulent faire connaître le camp de Dora où on faisait ces V2. Et ça c’est une chose fantastique. Ils sont aussi venus à Trieste, chez moi, et ils m’ont dit : « Boris Pahor, vous avez écrit un livre dans lequel vous parlez aussi de Dora : vous y étiez. Vous parlez aussi des autres camps, mais surtout de Dora. Donc cela nous intéresse parce qu’il faudrait faire connaître Dora au peuple européen en général. J’ai expliqué cela publiquement. J’étais à Dora il y a une semaine où l’on m’a invité pendant cinq jours pour la commémoration de la libération. J’y suis allé déjà trois fois auparavant. Je suis un peu un habitué. J’ai parlé aussi du « Centre Européen du Résistant Déporté ».
Ces résistants avaient des triangles rouges.
En Allemange, tous les gens dans les camps allemands avaient des triangles sur la poitrine et la couleur de ces triangles donnait une précisions de ce qu’ils avaient fait de mal pour être déportés. Et le rouge, c’était nous ! Il y avait mille six-cents camps de travail où les soi-disants résistants devaient mourir de faim, de maladie et étaient pendus. A Dora on faisait beaucoup de sabotages et le sabotage était fait en sachant qu’on contrôlerait où a avait été commis le sabotage. Dans ces cas-là, on ne demandait pas dans ce petit centre de montagne qui avait fait le sabotage exactement, mais on pendait tous les gens qui travaillaient dans l’atelier identifié. Quand je suis arrivé de Dachau, je me suis retrouvé justement dans une dépendance de Dora. On en avait pendu dix récemment, puis on en a pendu encore vingt à la fois quelques temps après.
De tout cela pratiquement la population européenne ne sait rien du tout. Comme elle ne sait rien de Dachau, comme elle ne sait rien de Mauthausen. Il y avait beaucoup de Français à Mauthausen parce que tous ces camps-là avaient tous des dépendances. Dans tous ces camps les gens mouraient de faim, de maladie, de pendaison. Et moi je parle ici de cela dans ce lieu dédié à la culture européenne.
Pourquoi chaque fois qu’on parle de la mémoire, il n’y a personne qui parle des camps de déportés, de ceux qui étaient des résistants ? La majorité pourtant étaient des intellectuels, des hommes de culture qui se sont opposés. Les Français, les Belges, les Hollandais et les Norvégiens portaient en plus un N majuscule sur le dos. NN signifiait « Nacht und Nebel ». C’était une loi spéciale nazie destinée aux hommes qui étaient condamnés à mort, par exemple à Paris ou dans une ville de France où ils ne pouvaient pas être tués, ils recevaient sur le dos le NN. Cela signifiait que ce monsieur-là irait après sa mort dans l’autre monde, après avoir passé la fin de sa vie dans le brouillard et dans la nuit. C’étaient des gens qui venaient de toute l’Europe occidentale. Ils étaient punis de cette façon-là parce qu’ils se sont opposés, mais d’une autre façon que les communistes russes et tous les autres.
La culture européenne était opposée aux Nazis.
Je parle de cela pour que l’Europe européenne, pour que les gens de culture qui sont ici ou les gens qui vont peut-être dire quelque chose de ce qui s’y est passé, puissent témoigner de cela à propos des camps, pour que chaque année, quand il y a le jour de la mémoire, on puisse se souvenir des résistants européens, russes, polonais, tchèques, italiens, slovènes, français, belges, espagnols.
Les Espagnols, ce sont des gens qui ont combattu contre Franco. Ils se sont réfugiés en France et pendant l’ère de Pétain, ils ont été punis dans les camps de concentration allemands. Vous voyez la chose. C’étaient des Espagnols, c’étaient des Hollandais, c’étaient des Norvégiens. Moi j’étais interprète pour l’italien, le français et les langues slaves, pour seconder un médecin norvégien en chef, Leif Poulson, un homme très chic qui dirigeait tous les médecins des différents pays dans le camp de Struthof-Natzweiler dont j’ai parlé tout à l’heure. Et je me donne la permission de prier les hommes de culture qui préparent aujourd’hui ces deux journées de la culture européenne de ne pas oublier les gens qui ont combattu pour la liberté. La société d’aujourd’hui qui est égoïste et qui s’en fiche pas mal, va dire que cela c’est du passé, et qu’on doit penser au futur. Ils ne pensent qu’à l’argent. Car la liberté, c’est l’argent aujourd’hui. Ils ne sont pas dignes, les gens de cette société maintenant, de tous ces morts qui ont combattu pour la liberté. La liberté s’est transformée en un sale égoïsme.

Boris Pahor à Bruxelles en juin 2016 pour l'ouverture du forum culturel européen

Boris Pahor à Bruxelles en juin 2016 pour l’ouverture du forum culturel européen

La deuxième question dont je voudrais parler et dont je voudrais qu’on accepte la proposition est la suivante. La société dans laquelle on vit aujourd’hui, cette société égoïste, doit faire avec ce qui s’est passé à Paris, ce qui s’est passé à Bruxelles, ce qui s’est passé auparavant également à New York avec les deux tours. On ne peut pas combattre avec l’armée ou avec des bombes les gens qui nous dirigent. Il faut que la société humaine, la société européenne d’abord, la société culturelle européenne, que tous se mettent d’accord pour une espèce de réunion européenne générale, une espèce de congrès général. Quelque chose de la même ampleur que ce que l’on a fait pour le climat, que ce que l’on a fait pour l’atmosphère.
Pour sauver l’Europe aujourd’hui, il faut se mettre d’accord à travers un dialogue, un dialogue général pour changer la façon de vivre de l’Homme sur cette Terre, une façon de trouver la manière de ne pas tout vouloir résoudre par les guerres pour atteindre la libération, qui nous amènera forcément à une nouvelle autre guerre. Et puis avec toutes ces choses qu’il faut défendre, toute l’Europe vit sous un contrôle. Il faut maintenant que l’Europe qui a inventé des choses magnifiques, l’Europe intellectuelle avec les petits téléphones aves lesquels je peux, moi maintenant, parler avec New York… Cela, c’est un miracle. Les gens qui ont vécu il y a cent ans nous diraient : « mais qu’est-ce que c’est ça ? Comment avez-vous réussi à faire çà ? ». C’est la question du progrès technologique qui suit son cours. Mais tout de même, les hommes qui ont créé cela, s’ils se mettaient à raisonner pour changer la façon de vivre de l’Homme avec l’intelligence, et avec les sentiments… Dans ce monde avec des gens qui ont faim d’un côté et de l’autre des riches, qui cachent de l’argent. C’est une chose anormale de vivre comme cela. Je crois que la première chose c’est au moins de donner à manger à l’Afrique. L’Europe a colonisé l’Afrique. Cela signifie qu’elle a vécu avec ce que l’Afrique lui a donné. Elle devrait avoir une certaine dette.
Le Pape l’a dit quand il est allé en Afrique : il faut essayer de faire en sorte que ces gens-là élargissent leurs possibilités de se prendre en main de pouvoir se mettre debouts. Médecins sans frontières, c’est une très belle chose. Il faut louer cela. Il faut dire « Chapeau ! ». Mais ils sont toujours en train de demander de l’argent eu aussi juste pour donner des médicaments. Cela coûte. Si vous donnez vingt euros, on va acheter juste de l’aspirine ou des choses comme cela. Cela, c’est une honte pour l’Europe, c’est une honte pour l’Homme européen, soi-disant plus intelligent, plus évolué… C’est une honte si, avec sa civilisation technique, il est incapable de faire mieux.
Alors je demande à l’Homme culturel, à l’Homme de culture, dans cette rencontre culturelle qu’on est en train de faire maintenant, d’essayer d’organiser, de proposer une espèce de dialogue général – appelez cela « congrès », appelez cela comme vous voulez – mais que ce soit une rencontre où l’Homme du XXIème siècle se mette à penser ce que le christianisme a toujours dit et Jésus aussi : « il faut aimer ton prochain. Il faut l’aider ». Mais on ne met pas cela en pratique. Le philosophe Nicolas Berdiaev a dit que ce sont les Chrétiens d’abord qui devraient faire une révolution. Les gens ne vivent pas selon ce qui est écrit dans l’Evangile.
Je suis social-démocrate, mais je suis avec le Pape : on n’a pas besoin de guerre pour accéder à la liberté et pour le bien-être de l’Humanité. Il s’agit d’aider son prochain au lieu de donner maintenant des milliards et des milliards pour bloquer l’avancée de tous ceux qui veulent venir en Europe afin de trouver une façon de vivre plus honnête et plus juste. Donnez tous ces milliards à « une organisation générale » dédiée à la vie sur Terre : une vie d’Homme qui soit juste, qui soit dans l’idée de celle qu’on espère pour l’autre monde s’il y en a un. Mais ne détruisons pas ce monde d’emblée, ne le détruisons pas de notre propre chef !

Je vous remercie.

Boris Pahor

Le lien

http://ec.europa.eu/avservices/video/player.cfm?sitelang=fr&ref=I119796

Tagué , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :