Archives Mensuelles: mai 2019

POUR UNE EUROPE DE LA CULTURE, POUR UNE EUROPE DES CULTURES ! Des élections, un voyage, de la lecture et des nouvelles de Boris Pahor…

« L’Europe, avant d’être une alliance militaire ou une entité économique, doit être une communauté culturelle dans le sens le plus élevé de ce terme », Robert Schuman dans « Pour l’Europe », 1963.

Un mouvement se dessine en Europe Centrale autour d’écrivains voulant opposer aux récits arrangés et simplifiés des états nationaux “dits populistes”, leurs propres récits littéraires mais documentés, où s’entremêlent la grande et la petite histoire de notre espace européen morcellé et complexe. Ils oeuvrent avec leurs mots à mettre à jour les blessures toujours ouvertes d’un continent dessiné par les lois des vainqueurs, pour que l’Europe se reconstruisent plus harmonieusement, dans l’ouverture autour d’enjeux culturels. Le combat contre l’ignorance n’est-il pas le meilleur moyen pour repenser les questions d’identité de façon positive ? Cette forme d’engagement littéraire ne veut pas se substituer au politique, mais l’accompagner et l’inspirer. « La littérature sera une voix contre les mensonges de l’histoire et les dénis de réalité », ont déclaré en mai 2018 les écrivains invités au festival “Stefan Zweig” de Salzburg : “à une époque où les survivants de l’Holocauste sont en train de disparaître, peu importe ce que la littérature peut faire et si les mots ne suffisent pas. Mais cet échec ne nous condamne pas au silence, car l’art, s’il ne peut pas soulager la douleur, sait néanmoins expliciter le cri « .

Des écrivains qui revendiquent la richesse du dialogue qui s’installe inévitablement avec leurs lecteurs, invités à entrer avec eux dans “ce partenariat critique”, dont parlait Max Frisch en 1958 dans son fameux texte intitulé “Le Public comme partenaire”.

Je retourne pendant les élections européennes à Trieste pour parler de tout cela avec Boris Pahor, Claudio Magris et Paolo Rumiz. En Slovénie, à Ljubljana, je rencontrerai Drago Jancar, Katarina Marinčič, Agata Tomažič et l’immense poète Boris A. Novak.

PATRIOTISME ET NATIONALISME 

Il faut relire « L’Education Européenne », le tout premier livre de Romain Gary toujours étonnamment moderne.

La couverture du premier roman de Romain Gary, "l'Education européenne" paraît pour la première fois en 1945 (ici en FOLIO 2018)

La couverture du premier roman de Romain Gary, « l’Education européenne » paraît pour la première fois en 1945 (ici en FOLIO 2018)

Page 246 du premier roman de Romain Gary, "l'Education européenne" paraît pour la première fois en 1945 (ici en FOLIO 2018)

Page 246 du premier roman de Romain Gary, « l’Education européenne » paraît pour la première fois en 1945 (ici en FOLIO 2018)

Romain Gary est ce mois-ci à la UNE du journal de la littérature, « EN ATTENDANT NADEAU »
Lire l’article du 4 juin 2019 de Jean-Pierre Salgas « Romain Gary, écrivain de frontière »

Romain Gary, écrivain de frontière

 

Alors que l’on s’apprête à décider ce 26 mai du destin de l’Europe, la parole d’une brûlante actualité de Boris Pahor, ce survivant né sous l’empire austro-hongrois en 1913 est pour moi toujours aussi troublante.

Comment Boris Pahor – 106 ans en août prochain – qui a dit trois fois non aux dictatures, fascistes, nazies et communistes, peut-il supporter aujourd’hui le retour en Europe des régimes autoritaires, des murs, des frontières et des propos racistes ?

Le 16 octobre 2013, Martin Schulz, Président du Parlement européen lui remettait le « prix du citoyen européen ». J’étais là à Bruxelles pour enregistrer son discours dont quelques extraits ont été intégrés au montage de mon documentaire « Boris Pahor, portrait d’un homme libre »

Réécoutez ici le discours de Boris Pahor dans sa totalité :

https://vimeo.com/77903018

L'écrivain Boris Pahor au travail à Trieste en 2009, capture d'écran du film "Boris Pahor, portrait d'un homme libre"

L’écrivain Boris Pahor au travail à Trieste en 2009, capture d’écran du film « Boris Pahor, portrait d’un homme libre »

 

UN NOUVEAU LIVRE ET UN ARTICLE

“Et si c’était à refaire, Chemins de Boris Pahor” sortira aux editions Pierre-Guillaume De Roux le 30 mai 2019 

Et si c'était à refaire, chemins de Boris Pahor sortira ce 30 mai 2019
Et si c’était à refaire, chemins de Boris Pahor sortira ce 30 mai 2019

Ce livre hommage à l’esprit de résistance et de mémoire de Boris Pahor rassemble de nombreuses contributions dont les plus célèbres sont signées Guy Fontaine, René de Ceccatty, Claudio Magris et Stéphane Hessel (entretien inédit avec Boris Pahor). Le recueil contient aussi trois nouvelles de l’auteur : Le Berceau du monde, Mirage chez Hadès et Vol brisé.

Et ce jeudi 23 mai, le figaro littéraire lui consacre aussi sa UNE !

Lisez-le en PDF ici :

Boris Pahor dans le Figaro littéraire du 23 mai 2019

Publicités
Tagué , , , , , , , , ,
Publicités