Archives de Tag: Laurent Charpentier

Vous êtes venus nombreux à PRIORITE PIETON vendredi 12 avril 2019 dans le bar du Cirque Electrique pour assister au PERMIS D’EXHUMER de mes films-promenade. C’était beau ! Un bonus ici pour vous : le film « Où va le lapin ? » 1997.

 

Fabienne Issartel regarde ses spectateurs qui la regardent

Fabienne Issartel regarde ses spectateurs qui la regardent

 

En me donnant en quelque sorte un « permis d’exhumer » pour ces 4 films promenade des années 90, Hervé du Cirque Electrique nous a permis de partir tous ensemble dans une étrange promenade que je savais être aussi celle de la fin d’un cycle. Impression confuse. La magie de cette quadruple projection dans un même espace-temps rendait en tous cas soudain perceptible la cohérence d’une certaine vision du monde et aussi d’une époque. C’en était troublant. Car la soirée prit peu à peu son envol de façon autonome, s’épanouissant dans une nouvelle promenade live où les moments in et off des projections se mêlaient curieusement, où se fabriquait avec les spectateurs de ce moment béni une dernière oeuvre éphémère en direct. J’étais très émue d’observer toute cette énergie accompagner mes films vers leur autre vie. « Vous nous avez fait prendre conscience que le monde a changé. Tout cela n’est plus possible maintenant. Quel choc d’en prendre à nouveau conscience … Où allons nous, dans quel mur du fond ? » m’ont déclaré gravement plusieurs personnes. De mon côté pourtant j’étais fière de constater que ce miracle de convivialité libre pouvait justement toujours avoir lieu et de partager cela avec vous au Cirque Electrique, l’un des endroits parmi les plus poétiques de la capitale. Nostalgie, larmes et grands éclats de rire accompagnèrent ce rite. Deux jours plus tard je regardais hébétée les flammes qui consumaient le corps vivant de Notre-Dame dans la nuit. Notre coeur à tous filait vers le ciel. Je ne pouvais m’empêcher de relier les deux évènements, celui de ma projection et celui de l’incendie, comme le signe de l’exact moment où tout se remet à zéro et où l’on va à nouveau re-commencer à fabriquer une vie aussi belle, aussi libre et aussi conviviale que les précédentes. Car « pour prendre, il faut laisser quelque chose », dit mon amie Jake Je comprends chaque jour toujours plus ce qu’elle a voulu dire.

 

Fabienne Issartel sous la voute du Cirque Electrique le 12 avril 2019

Fabienne Issartel sous la voute du Cirque Electrique le 12 avril 2019

Pour la première fois dans une même soirée ces quatre films-promenade des années 90 de Fabienne Issartel pensés pour faire partie d’un même ensemble se sont enfin parlés dans un lieu digne de leur donner leur envol, celui vraiment unique du Cirque Electrique. Vous êtes venus nombreux partager le moment de 19 h à 24 h, Porte des Lilas, place du Maquis du Vercors. Merci à vous !
https://cirque-electrique.com/programmation/

 

4 films-promenade de Fabienne Issartel. De bas en Haut : Là-Haut sur la Montagne, Porte de Montempoivre, Etat de Siège, Printemps.

Les films-promenade :

Ni documentaires, ni fictions, ni reportages, les films-promenade de Fabienne Issartel mettent en scène des promeneurs non-acteurs circonscrivant de leurs pas des espaces de circulation parisiens : le canal Saint-Martin, la Seine, la ligne de bus 29 ou la rue de Ménilmontant. L’apparente futilité du quotidien est sous-tendue par l’idée du sens de la vie. – Qu’est-ce que la vie ? – La vie est une longue promenade. – Qu’est-ce qui nous pousse à avancer ? – L’étrange banalité. – Où allons-nous ? – Vers ce quelque part qui n’est peut-être nulle part ! Chacun de ces films autoproduits, tournés et montés en urgence, est un bout de la « GRANDE PROMENADE » dont le lieu est le personnage principal. L’esprit du lieu suffit à l’histoire.
Ces films expérimentaux tournés en une journée, voire une seule après-midi, et dans des formats vidéos anciens (U.Matic, vidéo 8…), ont donc été sauvés in-extremis grâce à cette soirée.

 

"Etat de siège" de Fabienne Issartel, capture d'écran

« Etat de siège » de Fabienne Issartel, capture d’écran

 

UN BONUS pour le nouveau monde : « Où va le lapin ? », 30′, 1997

En bonus, je laisse encore un petit quelque chose, ce « nouveau/dernier » film de 1997 exhumé lui aussi ces jours-ci : « Où va le lapin ? ». On y voit les auteurs Jean-Christophe Menu, David B, Matt Konture, Vincent Sardon et Lewis Trondheim, dessiner devant la caméra une des cases d’un strip qui conte la quête d’un lapin… Où va-t-il donc lui aussi, ce sacré lapin ?

“LAPIN” était à cette époque le nom de la revue de la plus iconoclaste des maisons d’édition de bandes dessinées françaises, fondée en mai 1990.

 

 

PRIORITE PIETON : Soirée déambulatoire décontractée et gaie !

C’était LE PROGRAMME : 

SUR UN MONITEUR à l’extérieur et pendant toute la soirée il y avait :
“Foule de gens des années 80”. 72 personnes des années 80 répondent en plan serré visage à 2 questions : De quoi avez-vous peur ? Qu’est-ce qui vous rend fier ?

SUR UN ECRAN dans le bar du Cirque Electrique les 4 films-promenade dans l’ordre chronologique de leurs tournages.

 

LES AFFICHES DES FILMS ET DES TEXTES ci-dessous :

. 2 textes à propos de « là-haut sur la montagne »

. Un texte de Pacôme Thiellement sur « Printemps », 

. Mon Manifeste du film-promenade rédigé dans les années 90.

 

Là-Haut sur la Montagne, un film de Fabienne Issartel

 

« Là -haut sur la montagne » (26’). Un homme remonte la rue de Ménilmontant en pénétrant dans chaque café rencontré sur sa route. Un film en forme de chemin de croix tourné en l’an 1992.

« j’ai trouvé Là-haut sur la montagne très réussi avec cette économie de moyens qui caractérise tous tes films sauvages. L’image post-VHS est finalement belle, presque vibrante et on est bien à divaguer avec Ernest en 1992. Le passage du temps rajoute du charme à ton film. Ce Paris là est bien loin maintenant », Stéphane Sinde, réalisateur.

DEUX TEXTES SUR CE FILM

TEXTE 1. Une métaphore des mystères de la mémoire,

par Jean-François Chaput, opérateur des prises de vues du film, 15 février 2018.

Jean-François Chaput, opérateur de prises de vues de "Là-haut sur la montagne", photo d'époque nature de "Foule de gens" (1986)

Jean-François Chaput, opérateur de prises de vues de « Là-haut sur la montagne », photo d’époque nature de « Foule de gens » (1986)

J’y étais sur ce tournage, puisque c’est moi qui ai fait l’image. Cette journée je l’ai vécue, entièrement. J’ai respiré le même air que les autres membres de l’équipe, j’ai échangé, ri, bu avec eux. J’ai écouté Fabienne, je l’ai vu travailler. J’ai gardé les yeux ouverts toute la journée, j’ai tout entendu, tout ressenti. Et pourtant je me souviens de si peu de choses.

Quel jour était-ce, quel mois, quelle année ? Vers 1990. Il ne faisait pas froid, pas très chaud non plus. Je me souviens du premier ou du deuxième café dans lequel nous tournons, en bas de la rue de Ménilmontant. C’est un plan sur Ernest, le personnage principal du film, il est assis sur un tabouret haut, accoudé au zinc du bar. Derrière lui, les portes vitrées du café donnent sur la rue, avec sa lumière blanche sans soleil et ses commerces. Je vois un homme surgir d’une boutique, il traverse la chaussée et semble venir droit sur moi. Il a une blouse de travail blanche et une barbe noire, il a l’air sévère, il marche vite, il entre dans le café. C’est bien vers moi qu’il avance ; il se plante à cinquante centimètres de mon visage, en colère : « Vous n’avez pas le droit de filmer les gens sans autorisation, c’est ma boutique, c’est privé. » Je vois sa boutique derrière, je n’y avais pas fait attention jusque-là. C’est une boucherie, la façade extérieure est ancienne, fraîchement repeinte de rouge vif, l’intérieur est tout blanc et fortement éclairé de néons blancs. Je lui explique que ce n’est pas sa boutique que nous filmons, mais un acteur, ici présent au premier plan. Il repart le sourcil froncé, pas content, pas convaincu.

Plus tard, nous sommes dans un autre café, Ernest est assis au comptoir devant un autre verre. Je le filme en gros plan, en contre-plongée. Je me dis que la lumière est faiblarde ; c’est un jour gris, et le café est sombre. Je me dis que ce serait bien d’avoir le temps d’éclairer mieux, je me demande ce qu’il aurait fallu faire pour bien éclairer ce plan. J’ai la caméra sur l’épaule, le plan dure longtemps, c’est lourd une Béta, des raideurs dans le bras commencent à se faire sentir, mais j’aime filmer. A la fin du plan, le photographe de plateau, me dit quelque chose comme : « C’est super, t’es resté stable pendant tout le plan. » Je suis bêtement flatté évidemment, quelqu’un a remarqué ce que je crois être mon style. Du coup je me souviens de son nom : Hervé Sellin, un grand maigre, les traits du visage aiguisés, avec des lunettes fines à montures noires, et un Leica greffé à la main qu’il vient coller devant son œil, dans un mouvement régulier comme une respiration.

Un autre bar plus haut. C’est un grand café, vitré sur toute sa longueur. La caméra est posée sur le comptoir, il est en métal couleur cuivre, et fait comme une long ruban doré où sont échoués différents personnages. Ça parle fort, le lieu est bruyant, je n’entends pas les dialogues. Fabienne court partout. J’aime la pratique du tournage-performance de Fabienne : se servir du cinéma pour faire pétiller la vie, épouser le mouvement du réel pour faire des films vivants. J’avais tourné peu avant un court film en une nuit, dans la rue, avec trois comédiens plongés dans le tourbillon de la nuit du 31 décembre au 1er janvier 1987. À l’époque nous faisions groupe avec Fabienne et Rodolphe Garabédian. Nous avons fait quelques films ensemble, nous partagions un désir et une vision du cinéma. Nous n’avons pas continué, nous nous sommes séparés, c’est dommage. Chacun est parti sur sa route solitaire. Nous ne pouvions pas faire autrement.

Le dernier trocson il me semble. La lumière du jour faiblie, les lampes du bar sont allumées, l’ambiance est jaune-orangée. Ernest commence à être vraiment bourré, ça se voit et ça s’entend. Les patrons sont sympas et souriants. On rigole, on boit tous un coup à la fin.

C’est la fin du tournage. Toute l’équipe stationne devant la cité du 104 rue de Ménilmontant avant de se séparer. Je tiens la caméra au bout de bras par sa poignée, comme une valise. Trois mômes sortis de je ne sais où, se glissent dans notre cercle ; ils sont agressifs. Ils ont quoi ? dix ans, douze ans ? ils sont petits mais hargneux. L’un des trois, le plus décidé, pénètre au centre de notre groupe : – « On veut pas de journalistes ici. » Il pose son pied sur la caméra et appuie brusquement deux trois fois dessus pour la faire tomber. J’accompagne le mouvement vers le bas pour éviter le choc, la caméra ne tombe pas. Hervé gueule : – « Et la liberté de la presse alors ? » Ça m’énerve un peu, parce qu’on n’est pas de la presse, on n’est pas des officiels, on est juste des individus comme eux, alors je dis : – « Et la liberté tout court, putain ! » Nous sommes tout de même nombreux. Ils s’en vont. Ils étaient trois mômes, nous étions six ou sept adultes et pourtant ils pouvaient avoir le dessus, parce qu’habités par une violence et une détermination qui nous est étrangère. Flippant.

Voilà tout ce dont je me souviens. Je n’ai jamais revu le film. Maintenant que Fabienne a numérisé Là-haut sur la montagne, je vais le redécouvrir, et je vais sans doute m’apercevoir que mes souvenirs, en plus d’être parcimonieux, sont inexacts.

15 mars 2018, après avoir revu le film (par JF. Chaput)

J’ai revu le film hier. Évidemment, c’est fait avec les moyens vidéos de l’époque, l’image serait meilleure aujourd’hui, mais qu’importe. Ce qui me frappe c’est l’aspect documentaire que prend le film avec les années. Plus de vingt-cinq ans ont passés… La plupart de ces bars ont été transformés, le quartier s’est renouvelé, embourgeoisé. La gentillesse d’Ernest, je l’avais oubliée ; elle crève l’écran. Il est tellement aérien, décalé et en même temps disponible, abordable, adorable, fragile. Et ces rencontres hasardeuses, ces visages que l’on ne voit plus, des types humains disparus. Et des vrais cafés avec toutes sortes de gens mélangés, pas cloisonnés en clans sociaux comme aujourd’hui. Merci Fabienne pour ce film. Aujourd’hui tu as affiné et affirmé ton style, mais il y souffle toujours le même air de liberté brave et joyeux que j’aime tellement.

 

Le photographe Hervé Sellin fabriquait à mesure les plans de coupe du film "Là-haut...". Ici la première image du film : Ernest Kerpen le héros du film, sort du métro Ménilmontant un vendredi saint

Le photographe Hervé Sellin a fabriqué à mesure les plans de coupe du film « Là-haut… ». Ici la première image du film : Ernest Kerpen le héros, sort du métro Ménilmontant un vendredi saint pour accomplir l’ascension de la rue de Ménilmuche…

 

TEXTE 2. « Là Haut sur la montagne » par Yves Tenret, écrivain, réalisateur, animateur de radio, mars 2019
(Yves Tenret : ses podcasts de Ma vie est un roman sur Aligre FM http://aligrefm.org/podcasts/la-vie-est-un-roman-155/1)

 

Loïc Connanski prépare la lecture publique du texte d'Yves Tenret sur le film "Là-haut sur la montagne", au Cirque Electrique le 12 avril 2019 dehors, pendant la projection du film

Loïc Connanski prépare la lecture publique du texte d’Yves Tenret sur le film « Là-haut sur la montagne », au Cirque Electrique le 12 avril 2019 dehors, pendant la projection du film

http://loic-connanski.blogspot.com/

 

Sage dérive ou dérive d’un sage ?

– Mon chemin de croix, dit-il.

– Dipsomanie, dis-je.

– Et la dérive promise, demande-t-elle ?

– Spontex foutraque, crache-t-il exaspéré.

Tout dérive de la dérive ! Passage hâtif à travers des ambiances variées. La dérive est le rêve en acte, sens et but du voyage. Tout dérive : les êtres, les plaques tectoniques, les continents. Se déplacer sans but ni projet. Bateau ivre. Métagraphie (il va pleuvoir). Flottement, vacillation, abandon de soi à ce qui vient. Se laisser porter par le courant des influences passagères. Viveurs, sans cap, sans limite, sans fin, sans but. Aller, passer, disparaître. Le temps Pax in hominibus bonae voluntatis. Tout s’écoule, tout passe. Sous le flux, rien ne se maintient, le flux est flux et le reste n’est rien si ce n’est inconscient à ciel ouvert, plaques tournantes, angles mouvants, perspectives fuyantes, petits bars oubliés… Nous nous sommes tant aimés !

Cet homme que tu vois, là, celui qui sort du métro. Condamné à mort, portant sa croix, qui tombe. Tu le vois ? Oui, cet homme, banal, insignifiant, quelconque, voire légèrement insipide, qui croise sa mère, Simon le compatissant et Véronique qui lui essuie le visage. Et bien, cet homme c’est moi. Tu me reconnais ? Seul dans Paris, je tombe, les femmes pleurent, je tombe. Ça ferait un bon titre de livre, Seul dans Paris, hein ? Un peu commun. Rien d’original. Prosaïque. Du déjà vu ? Ah, parce que tu le vois, toi, cet homme ? Dans les rues de Paris si tu le croises, tu ne le vois pas. Tu ne le remarques pas. Je marche dans les rues de la ville. Je deviens la ville. Je suis suivi par elle. On me dépouille de mes vêtements, on me cloue, je meurs. Enfin, ça, c’est que je me raconte parce qu’en fait je me déplace et n’attends nulle illumination. J’attends mais je ne sais pas ce que j’attends. J’attends que quelque chose se passe. Et je marche. J’avance à reculons. Tu pars d’un point A et tu te retrouves à un point B, B comme bistrot. Il y en a une dizaine ou deux sur le chemin. Entre A et B, ce sont des refrains. Ou des rengaines. Ça rythme le truc, tu vois. Ça crée des pauses, des suspensions. Pour ne pas perdre le fil. Comme dans les files d’attente. Dans le hall de la gare, les jours de grève. Plus de train. Plus de point de départ. Plus de déplacement. Le mouvement s’abîme et se replie sur lui-même. On se mord la queue. Va et vient. Dans ce hall de gare, tout est suspendu. On attend. J’attends et je me déplace de A en B. Des rues sortent de ma bouche essoufflée et se déversent en carte routière, en ponts, en tunnels, en caniveaux. Je les suis, je suis et me retrouve dans moi-même. Circulation organique et boyaux inextricables. Le retour du même mais pas tout à fait pareil, tu vois ? Tu manges et puis, enfin, je ne veux pas te le raconter, tu connais, non ?

Je ne me souviens plus de quand on a tourné ce putain de film, ni avec qui. Si ça se trouve ce n’était même pas un film… Commençons par là… dieu sait où cela va nous mener… sans se presser… y a l’heure qui se pointe et toi qui t’mousse et qui mousse… sacré moussaillon… ce n’est pas une armée… j’ai pensé colonne… mais ce n’est pas une armée… tes mots qui flânent en rangs dispersés… ce n’est pas ça non plus… tes chansons en chausson… ta narcose entre chien et loup… ça colle… enfin merde y doit y avoir un moyen pour le dire simplement… Oui, c’est ça… Tu t’es réveillé mal armé… tu ne sais pas ce qui t’arrive, on ne comprends plus rien à ce que tu dis, jamais un coup de dés n’abolira le hasard ! Au secours !!!

La vie d’artiste. Tombe, recommence, chante sous la pluie, tombe la neige, tu ne viendras pas ce soir, et mon cœur s’habille de noir, tout en larmes blanches, l’oiseau sur la branche, pleure le sortilège… C’est ton texte, tout est à toi, prends ce qui te plaît et rejette le reste… Moi, je cherche la chanson, la légende, le récit, la saga, la fille louve, la fille perdue, la fille paumée, ma petite lady qui attend le train de quinze quarante-trois au coin du quai là-bas, tout est à toi et rien n’est à moi…

La dérive. Je ne vois pas le mec qui marche, qui passe de bistrot de bistrot, – il y en avait 600 000, il n’en reste que 2 ou 3, – le mec qui a un sourire crispant. Je vois la gonzesse, celle qui mate, celle qui filme. Elle est la parfaite perdante qui, grâce à un génie propre, prend toujours la mauvaise décision. Chacune de ses tentatives de fuite rend les choses pires encore. Elle est donc celle dont la vie est ordinaire et, malgré cela, malgré tous ses renoncements, celle qui s’attire quand même des ennuis.  La vie sur un trampoline… Juste une menace, une tension, la sensation que quelque chose est imminent, qu’il y a un perpétuel mouvement et que ce mouvement est menaçant. Surtout ne pas savoir où on va, juste décrire, faire circuler la menace. Aller où les anges ne vont pas. Je suis la sœur et la mère, me murmure-elle, des frotteurs qui suent en se branlant sur le cul des clientes de chez Tati. Le bled, la démerde, l’amour des mutants, la voie rêveuse, le sentiment de l’étrangeté des choses, de celles qui se vendent, qui s’échangent mais des autres choses aussi. Sans aucune condescendance, juste bousiller son existence. Réviser ses ambitions à la baisse, s’assigner des limites. Adopter un ton plat, une énonciation timide et n’émettre que d’obstinées banalités. Nous vivons le temps de tout et de son contraire. Il n’y a plus de table permettant d’énoncer le vrai et le juste. Mais au moins, elle n’était pas prolétaire, cette femme, cette enfant rêveuse, qui ne réfléchit jamais aux conséquences incalculables de ses actes.

Raconte encore, lui demande le vieux. Mais la caméra la lâche brusquement et part vadrouiller à l’horizon. Ce n’est plus un texte mais une insurrection. Elle crache sur la distanciation et vise l’empathie totale. Une vitalité en forme de sauve qui peut… Explosif, hilarant, apaisant – m’a réconcilié avec moi-même… Hic ! Et nunc… Yves Tenret, mars 2019

Sur la scène du Cirque Electrique le 12 avril, Yves Tenret, Loïc Connanski et Fabienne Issartel

Sur la scène du Cirque Electrique le 12 avril, Yves Tenret, Loïk Connanski et Fabienne Issartel

Porte de Montempoivre, un film de Fabienne Issartel

 

« Porte de Montempoivre » (26’). Six histoires de rencontres au mois de juillet sur la plateforme arrière du bus 29 direction Porte de Montempoivre. La vie devient un roman le temps d’un trajet.

 

Patricia Moraz et son fils Mathias Rossier partagent un moment sur la plateforme du bus 29 dans "Porte de Montempoivre", film de Fabienne Issartel

Patricia Moraz et son fils Mathias Rossier partagent ici un moment sur la plateforme du bus 29 dans « Porte de Montempoivre », film de Fabienne Issartel

PATRICIA MORAZ est partie pour le grand voyage…

Je l’apprends. Tristesse.

Mon amie Patricia Moraz, réalisatrice, scénariste et productrice, qui avait participé au tournage de Porte de Montempoivre (ci-dessus) nous a quitté ce mardi 16 avril pendant l’incendie de Notre-Dame… Etrange.  

Née le 23 septembre 1939 à Sallanches en Haute-Savoie, elle avait donné notamment un de ses premiers rôles à Isabelle Huppert en 1977 dans son film « les Indiens sont encore loin », très remarqué à la Quinzaine des Réalisateurs cette année-là et devenu culte. Elle avait produit entre autre « Boy meets girl », le premier film de Léos Carax, co-produit « l’Argent » de Bresson, et participé à la fondation de la Fémis en 1986 où elle enseignait d’une façon toujours engagée l’art du scénario et de la production. C’était quelqu’un, comme on dit, qui vous poussait toujours vers la beauté et la poésie, qui donnait envie de croire dur comme fer que « le cinéma, c’est vraiment la vie ».

Bon voyage Patricia vers ce quelque part, qui n’est peut-être nulle part. Tu avances.

La Cérémonie d’adieu à Patricia Moraz aura lieu ce jeudi 25 avril au Crématorium du Père-Lachaise à 13 h 30.

 

 

Muriel Foures et Gérald Valmer Mulot dans « Etat de Siège », de Fabienne Issartel

 

“État de Siège” (20’). 14ème jour des grandes grèves de décembre 95. Plus de métros, plus de bus, plus de trains…C’est le blocus. Deux amis désoeuvrés en profitent pour aller faire un tour « à l’oeil » sur les bateaux-mouches mis au service des parisiens par la mairie.

 

Printemps, un film de Fabienne Issartel

 

“Printemps” (35’). Le long du canal St Martin en 1995 chacun marche vers son destin en rêvant aux promesses d’une nouvelle vie du printemps.

Tournage_Printemps_1996_A

Tournage de « Printemps », Laurent Charpentier filme Solveig Dommartin et Muriel Fourès le long du canal Saint-Martin, Paris, 1er juin 1996

 

TEXTE 3. « NOTRE CINEMA, FABIENNE ISSARTEL », par Pacôme Thiellement, mars 2017

 

Projection du documentaire de Fabienne Issartel CHACUN CHERCHE SON TRAIN au cinéma le CIN'HOCHE à Bagnolet, le 15 septembre 2016

L’essayiste et réalisateur Pacôme Thiellement, photographié ici en septembre 2016 par Arnaud Baumann, à l’occasion de la projection de « Chacun cherche son train »

“Printemps” d’abord, c’est de la musique. Un son incroyable : le saxophone soprano d’Akosh S dans une improvisation fiévreuse au bar L’Atmosphère un soir. Un son capable à lui seul de ressusciter immédiatement les années 90 à Paris si vous les avez vécues… A l’époque, on pouvait encore fumer dans les bars et ça se voit immédiatement : les gens sont intenses ; ils ont une ivresse joyeuse, amoureuse, lyrique. La cigarette, c’est l’innocence des poses cinématographiques. Jouer à fumer « comme les stars », faire semblant de savoir fumer jusqu’à qu’on fume vraiment. Jouer à vivre « comme les grands » jusqu’à comprendre que c’était ça, vivre, justement. Qu’il n’y avait rien de plus vivant que cette innocence, cette jeunesse.
 Printemps, ensuite, ce sont des hommes et des femmes qui parlent. Ils parlent d’amour bien sûr : de sexe, de beauté, de conneries, de vie future et de réincarnation. Ils s’étalent sur les pelouses. Ils dansent. Ils chantent même ! Mais surtout ils marchent. Ils marchent le long du canal Saint-Martin et le ciel est bleu. Fabienne Issartel, c’est le cinéma des poètes, des errants, des piétons de Paris. La marche, ce n’est pas l’innocence comme la cigarette ; mais c’est encore plus beau : c’est le début du nouveau monde, la victoire sur l’Enfer. C’est peut-être le sens du fragment énigmatique de Walter Benjamin : « Vaincre le capitalisme par la marche à pieds. » On n’a jamais vu un tyran, un affameur ou un businessman se promener.
 Dans “Printemps” on a l’impression de voir des hommes et des femmes libres. Ou plutôt on les voit en train de se libérer. De quoi se libèrent-ils ? De ce qui les détermine et de ce qui les entrave, de ce qui les sépare et de ce qui les enferme. Ils se libèrent de leur solitude ; ils se libèrent de leur prison. Fabienne Issartel, c’est le cinéma de l’amour qui circule entre les êtres. Et ils sont tous beaux, tous. Pourquoi ne le seraient-ils pas ? Puisque Fabienne Issartel les aime pour ce qu’ils sont, tous. Un peu comme Giacometti qui répétait à Genet : « Comme vous êtes beau ! Comme vous êtes beau ! » alors qu’il dessinait son portrait avant d’ajouter : « Comme tout le monde, hein ? Ni plus ni moins. » 
Jusque là, le cinéma n’a pas été fait pour nous. Il ne nous parlait pas, ne nous regardait pas : il nous tournait même le dos. Nous avons besoin d’un cinéma qui nous ressemble, un cinéma qui nous aime et qui nous le montre. Nous avons besoin d’un cinéma dans lequel on puisse marcher.
 “Printemps” ça date du milieu des années 90 et pourtant ça semble avoir été fait ce matin. Plus exactement, ça a été fait (vécu, tourné, monté) pour ce matin. Vingt ans ont passé qu’on a vécu les yeux fermés ou occupés d’autre chose. C’est maintenant, et maintenant seulement, que les films de Fabienne Issartel peuvent rayonner de leur poésie solaire, de leur lumière d’avant midi. 
Nous avons besoin du cinéma de Fabienne Issartel. Libre, ouvert, intense, au plus près de l’instant, aéré comme un jour de printemps : notre cinéma, ni plus ni moins. Pacôme Thiellement, mars 2017

 

4. MANIFESTE POUR LE FILM PROMENADE, printemps 1996

Voilà ci-dessous le texte que j’avais écrit à l’époque pour parler de ma démarche pour fabriquer mes films-promenade.

Fabienne Issartel par Hervé Sellin 1985_131228

Fabienne Issartel par Hervé Sellin 1985

MANIFESTE POUR LE FILM PROMENADE, printemps 1996

Filmer la vérité d’un évènement (reportage) à travers la trame d’un scénario (fiction), est une méthode de travail propre à créer un genre particulier : le reportage-fiction, que je préfère appeler « film promenade ». Ici, le mécanisme d’identification de la fiction oblige le spectateur à se remettre en question dans une vision active de la réalité. De toute façon pour moi, tout film est une fiction.

Plusieurs films fabriqués sur ce mode ont vu le jour. Pour chacun d’eux le lieu et la date de tournage sont bien spécifiques : la rue de Ménilmontant un vendredi saint, les bals des pompiers un 14 juillet, la plateforme du bus 29 pendant l’été, les bateaux-mouches pendant les grandes grèves de décembre, le canal Saint-Martin au printemps… Le lieu n’est jamais un décor en toile de fond pour servir une histoire, mais le « personnage principal » du film. La date du tournage va faire également partie intégrante du scénario. Lieu et date sont donc la base de départ du travail de construction du film.
Il faudra ensuite choisir des personnages ouverts et curieux pour leur adéquation, voire leur inadéquation avec l’esprit du lieu. Car c’est à travers leur yeux que nous allons découvrir en direct cet endroit de Paris, que nous allons vivre de fait un moment historique, même s’il ne se passe rien -parce que daté- comme si nous y étions.
Il n’y aura donc pas d’histoire à proprement parler si ce n’est celle de la promenade dans le lieu. L’histoire n’aura de sens que par le fait qu’elle sera celle d’un jour donné. Ce que la caméra cherchera à voir, c’est la transformation en direct qu’imprime peu à peu un paysage à l’intérieur de la tête d’un personnage qui chemine.
Quel est l’effet final recherché ? C’est simple : donner au spectateur l’impression qu’il est réellement en train de se promener, d’humer l’air, de jeter ce regard furtif aux hasards de ses déambulations sur les gens qu’il croise, et vivre des histoires ou alors rien du tout. Bref, cette sensation tendue et désirante inhérente à l’idée de se mettre en marche à un moment donné et qui se situe très exactement au point « érotique » où le rêve et la réalité intérieure du promeneur, vient croiser dans son cheminement le rêve et la réalité extérieure. Juste une sensation… Le film est là, dans cette réalité à la fois fabriquée et vécue du point érotique pur.

Dans un documentaire traditionnel, on s’attacherait à avoir une vision objective, donc la plus exhaustive possible du lieu à décrire. On reviendrait le filmer à des heures différentes de la journée et de la nuit. On chercherait à avoir du site une vision spatiale ainsi qu’une approche raisonnée des différents acteurs qui l’habitent. Une fiction classique, quant à elle, utiliserait plus ou moins le lieu comme simple décor au service d’une histoire.
Le reportage-fiction ou « film promenade » tel qu’il vient d’être défini ne veut se substituer ni à la fiction, ni au documentaire, ni même à ce genre qu’on appelle le « cinéma du réel ». Non. Chacun a sa place bien légitime avec son dosage de réalité, de fiction et de subjectivité. Chacun porte en filigrane son propre message éthico-métaphysique de la vie.
Alors quel est le mien ? Quel est le sens de la vie : ce fameux « meaning of life » qui en anglais ne veut d’ailleurs pas dire la même chose ? C’est la réponse à cette question qui justifie le choix d’un réalisateur pour l’un ou l’autre des genres. Il faut quelquefois créer un nouveau genre pour être en harmonie avec la réponse qu’on veut y apporter.
The meaning of life est pour moi le sens de la vie littéralement. Il est direction.

Dans un sens qui s’énonce en trois propositions :

1/ Qu’est-ce que la vie ? La vie est une longue promenade.
2/ Qu’est-ce qui nous pousse à avancer ? L’étrange banalité.
3/ Ou allons-nous ? Vers ce quelque part qui n’est peut-être nulle part.

UNE LONGUE PROMENADE

Chacun de mes films présente un bout de la grande promenade, promenade qui se déroule d’un film à l’autre, dans ce labyrinthe de circulation infini qu’est la ville, qu’est la vie. Longue, la promenade ne l’est sans doute jamais assez, mais elle justifie tout, en ce sens qu’elle m’apparaît comme la seule trame réelle de l’existence, déployant dans son cheminement une énergie métaphysique de la sueur. La promenade se déroule pas à pas vers sa fin, jusqu’à la dernière goutte. Fouler la terre debout avant d’y être enseveli couché : c’est sûrement aussi simple que ça !
Je caresse souvent le bitume avec la pomme de ma main à Paris et je me souviens de quelque chose… Desfois, je ne peux m’empêcher de m’allonger à même le trottoir et de rester là les yeux au ciel. Une légère chaleur se diffuse alors dans mon dos entre les omoplates. Et je me souviens de quelque chose… De quoi ? Sur le chemin, on oublie justement pourquoi on chemine. La réponse est là-bas au bout en mettant un pied devant l’autre en tension vers un tout petit point lumineux. J’ai demandé à être enterrée debout.

L’ETRANGE BANALITE

On reconnaît le promeneur à son port de tête, à une certaine façon détachée d’aller toujours tout droit avec conviction. Mais comme je dis souvent : il faut « suivre » nos pas, aller avec une détermination épique là où ils nous entrainent. Le promeneur marche en humant l’air, les narines palpitantes et les yeux mi-clos. Il ressent avant de voir.
Savoir vraiment suivre ses pas, savoir où nous nous trouvons quand nous nous y trouvons : voilà sans doute le grand luxe, le plus complexe de la vie. Cela suppose que nous ayons toujours cette sensation d’être quelque part et de vivre quelque chose : ce qui n’est n’est pas toujours si évident. Car la vie « ordinaire », la vie de tous les jours, pour chacun de nous, pourrait parfois avoir l’air d’un « pas grand chose », voire d’un RIEN. Or, au lieu de nous immobiliser, ce rien nous fait quand même avancer. N’est-ce pas paradoxalement extra-ordinaire ? La banalité est peut-être ce qu’il y a de plus mystérieux et de plus étrange. Dans la promenade, l’homme n’est pas perdu. Il est gagné ! Gagné d’avance par l’issue de son voyage ! La promenade est une épopée dans l’étrange banalité. C’est ainsi que l’on savoure tout, sans hâte, mais avec l’enthousiasme clairvoyant, concentré et curieux, de celui qui sait qu’il n’a de choix que celui du plaisir, envers et contre tout.

UN QUELQUE PART QUI N’EST PEUT-ETRE NULLE PART

Dans « Là-haut sur la montagne » Ernest doit monter « là-haut », tout au bout de la rue de Ménilmontant. Mais il s’en retourne juste avant d’atteindre son but. Dans « porte de Montempoivre » le dernier personnage, Gérard, arrivera enfin jusqu’à cette porte où il ne se passe rien, terminus du bus 29. Dans « Etat de siège » Muriel et Valmer prennent place dans un bateau, puis dans un autre, puis dans un autre… « Bon on retourne ? » demande Valmer. « On retourne où », lui répond Muriel. « Ben, d’où on vient… ». « Je croyais qu’on était partis », lui rétorque Muriel. Quant à Claude, dans « Au feu les pompiers » elle se retrouve peu à peu de l’autre côté du miroir. Un jour elle est morte en vrai et j’ai fait un film qui s’appelle « la mort de Claude » dans lequel elle continue à marcher.

Allons-nous vers quelque chose ? Y’a t-il une vie après la mort ? Où cela se termine t-il ? Et cela se termine t-il ? Ne dit-on pas « le début de la fin » ? Jusqu’à quand y’a t-il donc des débuts ? Le début. La fin… J’ai tendance à penser que c’est un peu la même chose. Je ne crois pas à la chronologie. La vie est une assiette plate. Nous tournons autour.
Ce qui est sûr, c’est que « ce quelque part qui n’est peut-être nulle part » nous attire comme un aimant et que nous allons vers lui.

"Etat de siège" de Fabienne Issartel, capture d'écran 2

« Etat de siège » de Fabienne Issartel, capture d’écran 2

 

LE FILM PROMENADE / METHODE

Dans ces films, les personnages ne sont pas des acteurs. Ils jouent leur propre rôle. Cette situation (qu’on peut appeler scénario) et qu’ils n’auraient peut-être pas vécue, va bel et bien devenir, le temps du tournage, leur histoire vécue en direct, génératrice de cette émotion « à la lisière », surprise par la caméra. C’est cet effet de surprise qu’on veut saisir dans ce type de tournage.
La réussite d’une telle entreprise – donner la sensation de la réalité – implique quelques impératifs. L’équipe de tournage -trois personnes maximum- doit pouvoir se rendre transparente afin que l’interaction attendue entre le lieu et les personnages puisse se faire spontanément et sans entrave. Les personnages n’étant pas des acteurs, ils sont bons ou mauvais dès la première prise. On ne retourne jamais les scènes. Au contraire, on est au service des personnages. On essaye dans la mesure du possible de se couler dans leur rythme dans un esprit d’ouverture pertinent par rapport au but recherché. Il faut privilégier avant tout l’étincelle. Le travail de préparation est donc très important et nécessaire pour pouvoir être disponible et maîtriser l’advenue au tournage de beaux imprévus. Il porte sur deux points :

– un repérage méthodique avec les techniciens (mais un par un) à chacune des stations de la déambulation, puis ensuite (mais un par un) avec chacun des protagonistes de l’histoire. Chacun doit savoir très précisément ce qu’il a à faire du point de vue de la circulation. Ainsi, au moment du tournage, ces instructions intégrées permettront au personnage de restituer devant la caméra la respiration d’un vrai promeneur, d’être disponible pour proposer son interprétation personnelle.

– une mise en condition psychologique et paradoxale des personnages : leur faire accepter l’idée de jouer leur propre rôle en suivant mes demandes, tout en leur faisant comprendre que je n’attends vraiment rien d’autre d’eux qu’ils soient eux-mêmes tels que je les connais.

Quand la sensation de la vie advient, c’est un cadeau. On a pas besoin de moniteur pour s’en rendre compte. On peux même fermer les yeux. L’air vibre. Le personnage a accepté de vivre un moment de sa vie là en direct avec ses maladresses et ses balbutiements, mais dans la situation que « j’ai imaginée ». C’est un type de tournage où l’on ne pense pas au montage, à l’objet fini Film. Le tournage se suffit à lui-même. Il est de fait une aventure dans laquelle techniciens et personnages sont ensembles co-réalisateurs. Et je suis autant mes personnages qu’ils me suivent. Dieu sait où nous allons.

Fabienne Issartel, réalisatrice, 1996

Tournage_Printemps_1996_C
L’équipe au grand complet sur le tournage de « Printemps », film de Fabienne Issartel, le 1er juin 1996. A la caméra : Laurent Charpentier. Preneur de son : Renaud Colas. Assise sur la barrière : Fabienne Issartel
Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , ,

« Moi Jean Lacombe, marin et cinéaste » de Fabienne Issartel : 4 projections exceptionnelles organisées par la Cinémathèque de Bretagne. Le dimanche 9 décembre je serai accompagnée de Yoann Dhenin le producteur du film, aux Champs libres de Rennes, 16 h !

« Moi Jean Lacombe, marin et cinéaste » de Fabienne Issartel, 52′ a obtenu le « prix du Film Mémoires de la mer » en 2014, décerné par la Corderie Royale de Rochefort et le Centre International de la Mer.

 

Hippocampe, premier bateau imaginé par Jean Lacombe, sort de l’atelier de Sartrouville en décembre 1953

 

Un nouveau fonds « Jean Lacombe » à la Cinémathèque de Bretagne

Jean Lacombe a laissé un grand nombre de rushes en 16 mm le montrant en action à bord de ses 5 bateaux. Après la réalisation du documentaire où ses précieuses images ont été mises en scènes, l’ensemble de ce matériel a été confié par sa famille à la Cinémathèque de Bretagne. Heureuse initiative ! Toutes ces bobines viennent d’être nettoyées et passées au télécinéma HD. Elles sont maintenant magnifiques, plus belles encore que dans notre film et disponibles pour toujours pour les professionnels et le public. Un trésor pour tous ceux ceux qui ont à coeur de ne pas oublier l’esprit pur qui a conduit vers l’aventure ces pionniers de la plaisance moderne. Pionnier, Jean Lacombe l’était aussi dans sa détermination rare à la fin des années 50 à s’auto-filmer pendant ses navigations, dans un milieu hostile et humide, particulièrement délicat pour la préservation du support pellicule. 
Pour inaugurer ce fonds, la Cinémathèque de Bretagne organise 4 projections exceptionnelles du documentaire « Moi Jean Lacombe marin et cinéaste ».

Retrouvez toutes les dates et les lieux ci-dessous.

 

Jean Lacombe lors de son tout premier voyage de 1955 vers New-York, capture d’écran du film « Moi Jean lacombe marin et cinéaste » de Fabienne Issartel

 

« Ce documentaire consacré au marin Jean Lacombe mêle témoignages et images d’archives pour dépeindre le destin singulier de cet homme qui a voulu traverser un beau jour de 1955 l’Atlantique, tout seul à bord d’un voilier de 5,50 mètres qu’il avait conçu lui-même à Paris, sans connaissances particulières de l’architecture navale.

En révélant les images que Jean Lacombe réalisa lui-même sur bandes 16 mm durant ses nombreux périples à travers l’Atlantique nord, la réalisatrice Fabienne Issartel offre une formidable plongée dans l’univers de celui que l’on surnommait le « navigateur ingénu ».

LAURENT CHARPENTIER QUI A ACCOMPAGNE LE FILM A BREST LE 13 DECEMBRE PARLE DE JEAN LACOMBE avec une animatrice de OUFIPO, une Web radio locale de Brest.
C’est ICI VIA CE LIEN :

http://oufipo.org/moi-jean-lacombe-marin-et-cineaste/

 

Eric Vibart et Laurent Charpentier visionnent les rushs de Jean Lacombe. Ici une expérience de survie sur un canot pneumatique sans eau ni vivres en 1957. Capture d’écran de « Moi Jean Lacombe, marin et cinéaste »

 

 

Les dates des 4 PROJECTIONS de novembre et décembre 2018, événements organisés par la Cinémathèque de Bretagne :

A VENIR / ET dernière projection !

Aux Champs Libres, 10, cours des Alliés, salle de conférences, Rennes. Gratuit. Contact : 02 23 40 66 00, http://www.musee-bretagne.fr/Rennes à 16 h

Rennes le 9 décembre 16 h :  présence de la réalisatrice et du producteur du film Yoann Dhenin

https://www.unidivers.fr/rennes/docs-en-stock-au-musee-moi-jean-lacombe-marin-et-cineaste/

Toutes les projections sont suivies d’une rencontre avec le public.

EN SUPPLEMENT DU FILM UN BONUS EN PREMIERES MONDIALES / Des rushs inédits conservés maintenant par la Cinémathèque de Bretagne sont proposés pour les séances de St Brieuc et de Rennes. 

Ce sera « Coup de vent à Nantucket », un petit film de 15 mns muet monté par l’auteur Jean Lacombe, qui s’auto-filme pendant une navigation solitaire épique et  expérimentale sur un canot pneumatique. Un commentaire qui avait été écrit à l’époque par Jean Lacombe lui-même pour accompagner les images, vient d’être retranscrit, et sera restitué simultanément et en live par la voix de Jean-François Delsaut de la Cinémathèque de Bretagne.

« Coup de vent à Nantucket »

En octobre 1957, près d’un an après son arrivée dans la marina de Sheepshead Bay, à Brooklyn, Jean Lacombe décide de tenter une traversée de l’Atlantique Nord sur un canot pneumatique sans vivres ni eau. Il s’inspire ainsi de la traversée d’Alain Bombard réalisée cinq ans plus tôt en 1952 sur « l’Hérétique », un canot pneumatique doté d’une voile d’Optimist. Comme lui, Lacombe veut tenter une expérience de survie avec l’ambition de servir la science et d’aider les naufragés. Il embarque avec lui un microscope et une caméra…

 

Jean Lacombe installe un microscope en 1957 sur son canot pneumatique pour prendre le large en solitaire, capture d'écran, tous droits réservés Cinémathèque de Bretagne

Jean Lacombe installe un microscope en 1957 sur son canot pneumatique pour prendre le large en solitaire, capture d’écran, tous droits réservés Cinémathèque de Bretagne

 

Un hommage :

Ces deux dernières projections, celle de Saint-Brieuc et celle de Rennes à venir, sont dédiées à Patrick Schnepp qui vient de nous quitter le 20 novembre après une longue maladie. Patrick avait participé au tournage de ce film. Quelques liens en fin d’article vous permettront de découvrir ce personnage qui a toujours défendu au sein du Musée Maritime de La Rochelle qu’il a créé, un certain esprit pur des pionniers de la plaisance moderne… Bon vent Patrick !

ONT  DEJA EU LIEU LES PROJECTIONS DE :

Brest le 13 novembre 20 h : présence de Laurent Charpentier, marin et journaliste
https://www.brestculture.fr/moi-jean-lacombe-marin-cineaste.html

flyerLacombe pour la projection à Brest de « Moi Jean Lacombe marin et cinéaste »

Nantes le 15 novembre 18 h :  présence de la réalisatrice
http://www.moisdudoc.com/spip.php?rubrique90&IDSeance=291

https://abp.bzh/moi-jean-lacombe-marin-et-cineaste-film-presente-a-nantes-le-13-novembre-46124

https://archives.loire-atlantique.fr/jcms/decouvrir/rendez-vous-aux-archives/moi-jean-lacombe-marin-et-cineaste-fr-p1_13746?portal=c_5110&category=c_5140

Saint-Brieuc le 25 novembre 14 h 30 :  présence de la réalisatrice, au Cinéma Club 6, 40, boulevard Clemenceau, au centre de Saint-Brieuc.

Quelques annonces :

https://www.cridelormeau.com/manifestation-moi-jean-lacombe-marin-et-cineaste-92238.html

http://www.club6.fr/evenements

https://www.fest.fr/projection-du-film-moi-jean-lacombe-marin-et-cineaste-542343.html#1wAemgdIi28JWsMO.99
https://www.cinematheque-bretagne.fr/Programmation-Projection-_Moi-Jean-Lacombe_-marin-et-cinéaste_-392-1129-0-0.html

 

Parmi les documents laissés par Jean Lacombe, ses photos des stars françaises de passage à New-York à l’époque

JEAN LACOMBE SAVAIT TOUT FAIRE !

Esprit farouchement indépendant et individualiste, dans la lignée d’Alain Gerbault, de Jacques-Yves Le Toumelin ou de Moitessier, Jean Lacombe s’éloigne du monde de la compétition au large, destiné à être de plus en plus dominé par la course à l’armement, à la technologie et au sponsoring. Il se fixe à New York et y subsiste avec des hauts et des bas, s’adonnant à de nombreux petits boulots. Jean sait tout faire. C’est un artisan génial et curieux. Avant d’inventer des bateaux, il concevait des sacs à main pour une clientèle de luxe. Il saura naviguer seul sur la grande mer bleue déchaînée. Il a su aussi écrire ses aventures et les filmer. Jean trouve toujours une idée pour se sortir de l’ornière et donner des horizons à sa liberté. Il monte même une baraque à frites sur une marina du Bronx pour financer la construction de Yang son dernier bateau. Entre autre, il est aussi photographe nous donnant ces extraordinaires clichés d’artistes de passage à New-York qui deviendront nos grandes stars françaises…

 

Jean Lacombe se filme avec humour pendant la seconde OSTAR de1964, lisant la revue Bateaux couché dans son “ Golif ” de 6,50 m. 1 000 exemplaires du Golif, un des premiers croiseurs de série en polyester seront construits dans les cinq ans qui suivirent la course, remportée par Eric Tabarly sur Pen Duick II.

Jean Lacombe se filme avec humour pendant la seconde OSTAR de 1964, lisant la revue Bateaux couché dans son “ Golif ” de 6,50 m. 1 000 exemplaires du Golif, un des premiers croiseurs de série en polyester seront construits dans les cinq ans qui suivirent la course. Course remportée par Eric Tabarly sur Pen Duick II !

 

Jean Lacombe, le Kerouac de l’Atlantique

Voilà le seul film consacré à Jean Lacombe, célèbre pour avoir couru la première transat anglaise de 1960, puis à bord d’un Golif, celle de 1964 qui lui valut aux côtés de Tabarly les félicitations du Général De Gaulle. Le documentaire dévoile l’intimité de ce navigateur autodidacte, opiniâtre et révolté, exilé à New York pour vivre dans la marge et la liberté. Avec une caméra 16 mm, Jean Lacombe a filmé ses multiples traversées de l’Atlantique Nord, toujours à bord de petits voiliers. Après sa mort en Martinique en 1995, la famille de Jean Lacombe confie ce trésor de bobines de film à Eric Vibart et Laurent Charpentier, alors journalistes à Voiles et Voiliers. La réalisatrice Fabienne Issartel viendra plusieurs années après, terminer avec eux ce travail de résurrection de « Jeannot », personnage hors-normes qui nous donnera à chacun la force de suivre son destin.

Aventurier plus que marin de compétition, Jean Lacombe fit de l’Atlantique nord, tempétueux et froid, de façon obsessionnelle, son domaine d’élection. Marginal, enthousiaste, il accepta délibérément une vie précaire à New York où il s’était établi dès les années cinquante pour assouvir dès qu’il le pouvait sa passion dévorante de navigations sur des bateaux qu’il voulait absolument de taille modeste (de 5, 48 m à 7, 42 m). A l’aube de la plaisance moderne, il a traversé l’Atlantique sur le premier voilier en polyester. Issu d’un milieu populaire, artisan maroquinier à Paris, Jean Lacombe, sextant en main acheté aux puces, sera un “clochard céleste” à la manière d’un Slocum. Sans aucune expérience maritime, il construira lui-même son premier bateau, refusa toujours tout sponsoring qu’il considérait comme une compromission. Franc-tireur, attaché par-dessus tout à son libre arbitre, il assuma jusqu’au bout les conséquences de ses choix. Son seul viatique était sa foi, la certitude que l’aventure lui ouvrirait les portes d’une vie libre initiatique.

 

Jean Lacombe avec sa caméra sur Yang son dernier bateau

Jean Lacombe avec sa caméra sur Yang son dernier bateau

 

Dès 1960, il emporte avec lui une caméra 16 millimètres mécanique et des boîtes de pellicule inversible. Auto-filmeur avant l’heure, son habileté d’opérateur alliée à ses qualités de photographe – profession qu’il exerça aussi à New York – permettent de bénéficier d’une matière visuelle d’une étonnante richesse. Hormis un montage personnel jamais diffusé de 662 mètres (environ une heure), le marin cameraman a laissé de très nombreux rushes(extraits de reportages, moments d’intimité en mer ou à terre). Numérisées pour ce film, ces images n’avaient encore jamais été vues. En suivant ce chemin solitaire, sa vie devint une quête qu’il évoque dans des manuscrits dont beaucoup sont restés inédits.
Dans « A moi l’Atlantique », seul livre publié chez Laffont en 1957, il raconte l’épopée de sa toute première traversée en 55, sur « Hippocampe », bateau qu’il avait imaginé, dessiné et fait construire à Sartrouville près de Paris. Il relate ses Transatlantiques dans les revues maritimes de l’époque, dont celle de 1960 sur un «Cap Horn ». Il esquisse aussi le début d’une curieuse autobiographie militante qu’il appelle « moi, un blanc marron ! ». Fantasque, râleur, toujours en mouvement, acharné à perfectionner un idéal réclamant volonté et courage, Jean Lacombe a tracé un sillage unique dans l’histoire de la voile hauturière.

Nous avons besoin de croiser des vies d’hommes libres comme celle de Jean Lacombe, assumée jusqu’à la perfection, pour avoir l’énergie de réaliser nos propres rêves. Je me devais d’achever le travail du marin cinéaste Jean Lacombe dans le respect de l’esprit qu’il avait voulu lui insuffler. Ce fut une expérience très intense où j’ai eu l’impression de co-réaliser le film avec lui.

Fabienne Issartel, réalisatrice

 

L’article de François-Xavier Ricardou dans le magazine « Bateaux »

https://www.bateaux.com/article/27288/moi-jean-lacombe-marin-cineaste

 

Quelques minutes du film:

 

L’aventure de Jean Lacombe continue

En 2014, Eric Vibart et Laurent Charpentier retrouvent Hippocampe, le premier bateau de Jean Lacombe dont on n’avait plus aucune nouvelle et qu’on croyait perdu pour toujours dans un coin perdu de Caroline du Nord. Après avoir été vendu aux Etats-Unis, le bateau était passé de main en main. Acheté pour 500 dollars le voilier appartient aujourd’hui à Roy Mascari, 70 ans.  Ce retraité qui complète ses maigres revenus en déchargeant de nuit des camions chez Federal Express, a entrepris une restauration totale du bateau. Il a mis a nu la coque qu’un ancien propriétaire avait recouvert de polyester. Aussi volontaire et débrouillard que Jean Lacombe, Roy a entrepris de refaire bordés et aménagements intérieurs à l’identique. 

L’article d’Eric Vibart ici en PDF :

527_HIPPOCAMPE_mont*

Eric Vibart sur Hippocampe qu'il a retrouvé miraculeusement en Caroline du Nord en 2014. Photo Laurent Charpentier.

Eric Vibart sur Hippocampe qu’il a retrouvé miraculeusement en Caroline du Nord en 2014. Photo Laurent Charpentier

 

La Martinique…

« En 1987, vieillissant, oublié et de santé précaire, Jean Lacombe choisit d’aller vivre à la Martinique. Il s’y rend à bord de Yang à bord duquel il déménage toutes ses affaires en deux voyages mouvementés. Vivant un moment à son bord dans la baie de Fort-de-France, il finit par s’installer à terre sans abandonner pour autant ses projets de navigation. Il élit domicile dans un studio en sous-sol où il vit parmi ses boîtes de films, de vieux journaux relatant ses exploits passés, décorant ses murs de maximes glanées dans ses lectures où il est question de la destinée humaine. C’est dans ce contexte qu’il débute la rédaction d’un texte autobiographique, « Moi, un blanc marron », texte inédit resté inachevé. Connu pour son caractère abrupt et ses sautes d’humeur, économisant sou à sou avec le rêve inaccessible d’acheter un nouveau bateau pour participer à une nouvelle course transatlantique, il est atteint d’un cancer et finalement emmené à l’hôpital où il décède le 1er novembre 1995 à l’âge de 76 ans. »

Extrait d’une biographie de Jean Lacombe par Eric Vibart

 

Les boites rouillées contenant les rushs de Jean Lacombe retrouvées par sa famille après son décès en Martinique

Les boites rouillées contenant les rushs de Jean Lacombe retrouvées par sa famille après son décès en Martinique et confiées à Eric Vibart et Laurent Charpentier

 

Et voilà encore les autres articles faisant écho au film précédemment posté sur mon site. ICI : https://fabienneissartel.wordpress.com/?s=jean+lacombe

Ci-dessous une petite vitrine installée à l’entrée de salle de projection le 13 novembre à Brest. On y voit la caméra Pathé Webo utilisée dés 57 par Jean Lacombe sur son canot pneumatique, puis en 1960 sur le Cap Horn, bateau avec lequel il participe à la première OSTAR. En 1982, après sa séparation avec sa compagne Toni Austin, Jean arrête tout à coup de filmer…

La vitrine installée à Brest à l’entrée de la salle de projection de « Les Studios » pour la séance autour de « Jean Lacombe marin et cinéaste », le 13 novembre 2018, photo Laurent Charpentier

 

L’AMI PATRICK SCHNEPP A LARGUE LES AMARRES…

Patrick Schnepp, inventeur et animateur infatigable du Musée Maritime de La Rochelle était un personnage malicieux, intelligent et cultivé, frondeur et généreux,  qui a dédié sa vie à valoriser le patrimoine maritime avec une exigence et une délicatesse sans compromis : avec amour aussi et une pureté que Patrick partageait avec les navigateurs si particuliers auxquels il a voulu donner une visibilité dans son Musée Maritime de la Rochelle. Son devoir de mémoire avait la couleur de la poésie, celle d’un homme qui défendait l’existence de destins d’hommes libres, sur les mers comme dans nos cités. Notre monde a besoin de nouveaux Patrick Schnepp aujourd’hui avec une vision. 

Comment oublier aussi quelques unes des très joyeuses fêtes auxquelles j’ai pu assister dans les années 90 à bord du France 1, soirées fantasques interminables dont Patrick était à la fois l’initiateur et l’hôte enjoué et accueillant ? Bon vent Patrick, à toi « le chevalier des causes éperdues » !

Patrick Schnepp avait bien voulu évoquer la démarche de Jean Lacombe dans mon film. Je lui dédie bien modestement mes deux dernières projections de Saint-Brieuc et de Rennes.

"Jean Lacombe a voulu faire quelque chose de sa vie", dit Patrick Schnepp dans mon documentaire "moi Jean Lacombe marin et cinéaste", capture d'écran

« Jean Lacombe a tout simplement voulu faire quelque chose de sa vie« , déclarait Patrick Schnepp dans mon documentaire « moi Jean Lacombe marin et cinéaste », capture d’écran

 

LE LIEN vers L’HOMMAGE rendu à Patrick Schnepp à La Rochelle sur l’eau ci-dessous

Deux liens pour découvrir Patrick Schnepp :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-maritime/la-rochelle/patrick-shnepp-fondateur-du-musee-maritime-rochelle-est-decede-1578595.html

https://www.chasse-maree.com/patrick-schnepp-chevalier-des-causes-eperdues/

Tagué , , , , , , , , , , , , ,

Une projection de : « MOI JEAN LACOMBE MARIN ET CINEASTE » de Fabienne Issartel, a eu lieu au FILMAR d’Hendaye ce samedi 24 mars à 9 h. Un film culte !

Une nouvelle projection de « Moi Jean Lacombe, marin et cinéaste » est toujours un événement. Sélectionné au prestigieux festival de la mer, le FILMAR 2018 d’Hendaye (du 22 au 25 mars), vous avez pu le découvrir ce SAMEDI 24 MARS 2018 à 9 h à l’auditorium Sokoburu d’Hendaye. 9 h, un horaire idéal pour tous les amoureux de la mer, lesquels, on le sait aiment se lever tôt !

Le film n’ayant pas été produit cette année, il n’était pas en compétition officielle, mais pouvait prétendre néanmoins au plaisir de votre regard

Entrée gratuite. Laissez vos messages ici à l’issue de la projection.

En savoir plus http://filmar.hendaye.com/

Jean lacombe à son arrivée à Porto Rico avec son Hippocampe, le 23 janvier 1955

« A mon réveil, le 23 janvier, il y avait attroupement sur le quai : journalistes, photographes, télévision, actualités cinématographiques ! Les navigateurs solitaires viennent rarement à Porto Rico, et mon minuscule Hippocampe est spectaculaire. Ma barbe aussi sans doute. » Jean Lacombe dans « A moi l’Atlantique ! », Robert Laffont

Voilà le seul film consacré à Jean Lacombe, célèbre pour avoir couru la première transat anglaise de 1960, puis à bord d’un Golif, celle de 1964 qui lui valut aux côtés de Tabarly les félicitations du Général De Gaulle ! Le documentaire dévoile l’intimité de ce navigateur autodidacte, opiniâtre et révolté, exilé à New York pour vivre dans la marge et la liberté. Avec une caméra 16 mm, Jean Lacombe a filmé ses multiples traversées de l’Atlantique Nord toujours à bord de petits voiliers. Après sa mort en Martinique en 1995, la famille de Jean Lacombe confie ce trésor de bobines de film à Eric Vibart et Laurent Charpentier, journalistes à Voiles et Voiliers. La réalisatrice Fabienne Issartel viendra plusieurs années après terminer avec eux ce travail de résurrection de « Jeannot », personnage hors-normes qui nous donne à tous la force de suivre notre destin.

LE FILM A ETE RECOMPENSE EN 2014 PAR LE PRIX du film « MEMOIRES DE LA MER » de la Corderie Royale de Rochefort

Jean Lacombe à New-York sur « Tigre », un bateau en polyester de 7 m, au début des années 70

Jean Lacombe : le Kerouak de l’Atlantique !

Aventurier plus que marin de compétition, Jean Lacombe fit de l’Atlantique nord, tempétueux et froid, de façon obsessionnelle, son domaine d’élection. Marginal, enthousiaste, il accepta délibérément une vie précaire à New York où il s’était établi dès les années cinquante pour assouvir dès qu’il le pouvait sa passion dévorante de navigations sur des bateaux qu’il voulait absolument de taille modeste (de 5, 48 m à 7, 42 m). A l’aube de la plaisance moderne, il a traversé l’Atlantique sur le premier voilier en polyester.

Issu d’un milieu populaire, artisan maroquinier à Paris, Jean Lacombe, sextant en main acheté aux puces, sera un “clochard céleste” à la manière d’un Slocum. Sans aucune expérience maritime, il construira lui-même son premier bateau, refusa toujours tout sponsoring qu’il considérait comme une compromission. Franc-tireur, attaché par-dessus tout à son libre-arbitre, il assuma jusqu’au bout les conséquences de ses choix. Son seul viatique était sa foi, la certitude que l’aventure lui ouvrirait les portes d’une vie libre initiatique.

Jean Lacombe filme sa vie quotidienne de marin solitaire

Dès 1960, il emporte avec lui une caméra 16 millimètres mécanique et des boîtes de pellicule inversible. Auto-filmeur avant l’heure, son habileté d’opérateur alliée à ses qualités de photographe – profession qu’il exerça aussi à New York – permettent de bénéficier d’une matière visuelle d’une étonnante richesse. Hormis un montage personnel jamais diffusé de 662 mètres (environ une heure), le marin cameraman a laissé de très nombreux rushes (extraits de reportages, moments d’intimité en mer ou à terre) numérisés pour le film que personne n’avait jusqu’alors visionnés.

En suivant ce chemin solitaire, sa vie devint une quête qu’il évoque dans des manuscrits dont beaucoup sont restés inédits. Dans « A moi l’Atlantique », seul livre publié chez Robert Laffont en 1957, il raconte l’épopée de sa toute première traversée en 55, sur « Hyppocampe », bateau qu’il avait imaginé, dessiné et fait construire à Sartrouville près de Paris. Il relate ses Transatlantiques, dont celle de 1960 sur un « Cap Horn » dans les revues maritimes de l’époque. Il esquisse aussi le début d’une curieuse autobiographie militante qu’il appelle « moi, un blanc marron ! ».

Jean Lacombe à New-York, auto-filmage, années 70

Nous avons besoin de croiser des vies d’hommes libres comme celle de Jean Lacombe assumée jusqu’à la perfection, pour avoir l’énergie de réaliser nos propres rêves. Alors il fallait aussi achever le travail du Jean Lacombe cinéaste, dans le respect de l’esprit qu’il avait voulu insuffler. Ce fut ma mission. Débrouillard, fantasque, râleur, toujours en mouvement, acharné à perfectionner un idéal réclamant volonté et courage, Jean Lacombe a tracé un sillage unique dans l’histoire de la voile hauturière. Sur sa route, il aurait pu croiser un Kerouac…

Fabienne Issartel, réalisatrice

L’entretien bouleversant avec Pierre Gazarian, l’ami de New-York de Jean, tourné pour le film, est ici en entier :

Cliquez sur ce lien pour écouter Pierre Gazarian :

https://vimeo.com/258217983

Jean Lacombe fait des essais de flottaison dans sa baignoire avec la maquette de son dernier bateau Yang, avec lequel il traversera encore bien souvent l'Atlantique

Jean Lacombe fait des essais de flottaison dans sa baignoire avec la maquette de son dernier bateau Yang, avec lequel il traversera encore bien souvent l’Atlantique dès 1980

Autres articles concernant le film sur ce site :

Sortie du DVD, et témoignage de l’ami new-yorkais de Jean, Pierre Gazarian :
https://fabienneissartel.wordpress.com/2017/12/09/evenement-pour-tous-les-fans-de-jeannot-moi-jean-lacombe-marin-et-cineaste-enfin-disponible-en-dvd/

Le premier bateau de Jean Lacombe retrouvé :
https://fabienneissartel.wordpress.com/2014/12/30/on-a-retrouve-hippocampe/

Le film au Festival Etonnants Voyageurs :
https://fabienneissartel.wordpress.com/2014/05/20/moi-jean-lacombe-marin-et-cineaste-au-festival-etonnants-voyageurs-de-st-malo/

l’Hippocampe de Jean Lacombe échoué sur les rochers de l’ïle Graciosa aux Canaries le 22 septembre 1955

A propos du festival FILMAR dans la presse :

http://www.aquitaineonline.com/actualites-en-aquitaine/euskal-herria/3451-festival-film-de-la-mer-hendaye-filmar.html

https://presselib.com/11eme-festival-international-film-de-mer-de-environnements-dhendaye-sera-preside-celebre-navigateur-bien-bel-evenement/

New-York dans les années 50 filmé en 16mm par Jean Lacombe

 

Jean Lacombe pose sur le Golif dans les chantiers Jouet. Photos de Roland de Greef :

https://rolanddegreefphotos.photoshelter.com/gallery/G0000xFuak3ZpT0Y

Tagué , , , , ,

ALERTE ROUGE : aujourd’hui 7 juillet, tout le monde se promène !

Le métro Barbès Rochechouard à Paris non loin de la porte de la Chapelle,
vu par Plantu, 2017, pour l’association « Cartooning for Peace », tous droits réservés

Depuis ce matin 6 h, 2771 migrants de la Porte de la Chapelle à Paris sont mis à l’abri pour l’été dans des gymnases d’Île de France encadrés par une foule de CRS. On les entasse à la queue leu leu dans 60 bus aux destinations inconnues, pendant que des pelleteuses détruisent les traces de leurs oripeaux… Au même moment, d’autres migrants, des vacanciers, envahissent les routes et les trains pour rejoindre leurs lieux de villégiatures à la mer ou la montagne. Eux-aussi sont partis tôt. À Hambourg, il est dix heures et les dirigeants du monde entier viennent d’arriver en avion pour participer au G 20. Ils vont parler du climat, du terrorisme, du libre échange et de la sécurité. Un séjour de deux jours à huis clos sous haute surveillance. Dans les rues de la ville allemande, depuis l’aurore, des manifestants anti capitalistes marchent aussi. « Nous voulons leur faire savoir que nous sommes le peuple » disent ces individus dits «violents» qui vont essayer de s’infiltrer dans la zone dite «rouge» de l’assemblée des plus riches chefs d’états de la planète. Une trentaine d’actions sont prévues par ces militants déterminés venus du monde entier.
Quelle drôle de journée. Quel monde fou, n’est-ce pas ?

Et que retiendra l’histoire de cette journée ? Sans doute celle de deux premières rencontres : celle de Donald Trump et de Vladinir Poutine, et celle d’Emmanuel Macron et du président chinois Xi Jinping. Les images de ces deux poignées de mains feront alors le tour de la planète à la vitesse de la lumière…
Pendant ce temps-là, d’autres CRS (comprendre Collectif Roya Solidaire) de la vallée de la Roya continuent leur travail de fourmis, prennent des trains, chez eux, entre la gare de Garavan et de Vintimille à la frontière italienne, pour témoigner des agissements «hors la loi» des polices des frontières vis à vis de migrants mineurs.
Voir leur vidéo édifiante ici :

http://www.europe1.fr/societe/video-une-association-francaise-denonce-le-renvoi-expeditif-de-migrants-vers-litalie-3381857

Aujourd’hui, c’est aussi la 7ème étape du Tour de France, 213 kms entre Troyes et Nuits-Saint-Georges pour ce peloton qui traversera sous la canicule les plus beaux vignobles de France…
Oui, aujourd’hui 7 juillet, tout le monde se promène.
Alerte rouge !

Fabienne Issartel, réalisatrice, 7 juillet 2017

QUELQUES MOTS SUR MON PROCHAIN DOCUMENTAIRE

Après « Chacun cherche son train », je prépare un nouveau documentaire qui s’appellera

« (DELITS) DE SOLIDARITE »

Des médecins viennent en aide aux boat-people vietnamiens qui viennent d’être recueillis sur le Rose Schiaffino en 1987, photo Laurent Charpentier

Cliquez :

couverture dossier de DELITS DE SOLIDARITE – copie

Voilà ci-dessus la couverture du dossier de mon prochain documentaire qui interroge l’idée de solidarité vis à vis des migrants des années 70 à nos jours, solidarité qui est devenue aujourd’hui souvent un délit. Le travail militant des citoyens du Collectif Roya Solidaire dont je parle plus haut, sera l’objet d’une séquence de ce documentaire. Seule une réponse politique planétaire sans déni pourra répondre aux violences du monde et aux réalités climatiques, qui poussent des milliers de gens en détresse à quitter leurs maisons vers un destin incertain : des flux humains qu’on ne pourra pas indéfiniment contenir derrière les murs qui s’élèvent partout.
Dans les années 70 et 80, les boat-people asiatiques ont pourtant été accueillis à bras ouverts chez nous et se sont bien intégrés. Que s’est-il passé depuis ? Que vaut la vie humaine ? Celle d’un enfant français vaut-elle celle d’un enfant syrien ou érythréen ?
Que dévoile cette situation sur l’état de nos démocraties occidentales ?

Tagué , , , , , , , , , , , , ,

« PRINTEMPS »et « ETAT DE SIEGE », « films promenade » de Fabienne Issartel réalisés en 1996, font écho à la vie qui va !

Le printemps c’est demain !

VOICI DES LIENS VIDEO POUR VISIONNER deux films de 1996 :  

« Printemps », 37′ & « Etat de siège », 21′

Les deux films ont d’abord été mis en ligne par Laurent Charpentier le caméraman. « Printemps »numérisé par Yoann Chenin & « Etat de siège » par Alain Longuet. Merci à eux.

Un peu de lecture accompagne les films, un texte sur ma  « Dé-marche », quelques précisions sur les conditions des tournages, ainsi qu’un beau texte tout à la fin de Pacôme Thiellement qui a vu « Printemps ».

BONNES PROJECTIONS !

« PRINTEMPS »
Un film promenade de Fabienne Issartel, 37′, 4/3, 1996

Image : Laurent Charpentier
Son : Renaud Colas
Musique originale : Thierry Fournier
Musique live : Akosh S

Avec par ordre d’apparition :
Akosh S/Muriel Foures/Solveig Domartin/
Marie Baron Renault/Charlie Schlingo/
Claude Baron Renault/Raymond Mantchala/
Régine Fraval/Eric Roussel/
Claude Rizzo/
Les enfants : Juliette G., Juliette M et Zacharie G./
Hélène Hottiaux/Marc-Edouard Nabe/Gérard Tallet

ce film a été tourné le 1er et 2 juin 1996, à Paris, le long du canal Saint-Martin de République (rue du Fb du Temple) à place Stalingrad, et dans les cafés : l’Atmosphère (scène avec Akosh S/générique début), au Rapid Wolf de la gare de l’Est (scène de nuit), et au Jemmapes (le matin avec Charlie et Marie)
Moyens techniques : Jean-Stéphane Michaux, Corinne Bopp, Jean-Luc Bouvret, Charlotte Meunier
Autoproduction

Tournage de « Printemps », film de Fabienne Issartel, le 1er juin 1996
A la caméra : Laurent Charpentier
Preneur de son : Renaud Colas
Assise sur la barrière : Fabienne Issartel

Le site de laurent Charpentier :
www.laurentcharpentier.com

ETAT DE SIEGE, 1995, a été mis en ligne en janvier 2018 par Laurent Charpentier qui en a fait l’image. Vous le retrouverez sur Viméo, via son site, et aussi sur ma toute nouvelle chaîne youtube.

 

L’affiche du film « état de siège », un film de Fabienne Issartel, 1995

« État de Siège« , un film promenade de Fabienne Issartel, 1996, 21’, autoproduction,

avec Muriel Fourès et Gérald Valmer Mulot, 

Image : Laurent Charpentier, son : Fabienne Issartel, Montage : F. Issartel et L. Charpentier,

Décembre 95 : en ce 14ème jour des grandes grèves quasi générales contre le plan Juppé, il n’y a plus de métros, plus de bus, plus de trains… C’est le blocus total. Et il fait froid, très froid. Pendant que beaucoup de parisiens se retrouvent dans des situations inextricables, notamment pour aller travailler, deux amis désoeuvrés décident de profiter de ce moment béni pour découvrir la Seine sur les bateaux-mouche mis gracieusement au service des parisiens par la mairie. Ce voyage sans but devient alors, pour Muriel et Valmer, au fil de l’eau un acte poétique, une expérience initiatique innattendue qui transforme peu à peu cet état de siège en état de grâce. La Seine, à ce moment donné, devient le personnage principal du film, l’esprit du lieu. Elle est l’histoire ! À la lisière du documentaire et de la fiction, les courts-métrages de Fabienne Issartel mettent en scène des promeneurs non-acteurs circonscrivant de leurs pas des espaces urbains. L’apparente futilité du quotidien est sous-tendue par une idée du sens de la vie. « Qu’est-ce que la vie ? La vie est une longue promenade. Qu’est-ce qui nous pousse à avancer ? L’étrange banalité. Où allons-nous ? Vers ce quelque part qui n’est peut-être nulle part ! » 

Ce film a été numérisé par mon ami Alain Longuet. Merci à lui.

Pour voir le film, cliquez ici :

 

PRIORITE PIETONS OU LA NAISSANCE DES « FILMS PROMENADE »
par Fabienne Issartel, réalisatrice

Un jour d’hiver 1985, je marchais dans la neige à 5 h du matin dans le quartier Montorgueil. Mes pieds dessinaient dans cette virginité ouatée les premiers signes visibles de vie de cette journée historique pour moi. Je me retournais un instant tout en haut de la rue des Petit Carreaux dans le deuxième arrondissement de Paris pour le constater. L’empreinte de mes pas avait ouvert la route. Pourquoi diable n’y avait-il personne ce jour-là dans cette rue du centre de Paris non loin des vieilles Halles ? C’était inhabituel. Un rêve presque. Je me souviens. Il faisait très froid et j’étais harassée. Je n’avais pas voulu me reposer. Au contraire. J’avais tout fait pour échapper à mon destin, pour être à priori incapable de mettre un pied devant l’autre, ayant passé la nuit à épuiser unes à unes méthodiquement les compagnies aléatoires dont tout somnambule professionnel sait faire bon usage. Au-delà de la limite, la limite est dépassée. Aller jusqu’au bout pour déjouer la chance. Pourquoi ? Pour apercevoir l’au-delà sans doute, au bord du bord… C’est un jeu que l’on aime à 20 ans. Je me souviens. Ce matin là, mes pas crissaient dans la rue blanche et déserte et je me demandais avec justesse, avec acuité, qui j’étais ? Peut-être ce dessin tracé d’un chemin derrière moi, pas plus, pas moins, pulsé par la mesure battue de mes semelles.
Seule dans la ville si blanche et si froide, j’allais tourner mon tout premier film. C’était enivrant. Je me souviens. Il allait falloir que je sois un réalisateur qui réalise, qui sait ce qu’il veut et qui assume ce qu’il voit. Cela faisait peur. Je m’en souviens bien. Toute à cette concentration et dans une excitation bizarre, je retrouvais presque en lévitation mon équipe de tournage passage du Désir, sur le boulevard Magenta, non loin de la gare de l’Est. Formidable journée pendant laquelle j’oubliais toute fatigue et qui fut déterminante. Car ça y’était. J’avais été mordu par le grand serpent. Le plaisir de découvrir ce pourquoi on est fait, ce n’est pas rien. Si tourner des films, c’était ça, alors je décidais ce jour-là d’en faire toute ma vie et de ne plus faire que ça.
C’était une autre façon d’écrire le dessein de mes pas et de mes errances, de donner des visages aux rues, de faire battre le cœur de la ville à coups d’instantanés, de circonscrire l’esprit des lieux.

Fabienne Issartel par Hervé Sellin 1985

Alors je suis partie de là où j’étais, de mes pieds. Car c’est ainsi que je conçois la vie depuis toujours, comme une promenade où il faut savoir suivre ses pas. Les marcheurs regardent la ville et moi je regarde les marcheurs. Ce sont dans ces regards croisés que s’opèrent les modestes évènements quotidiens essentiels à la vie, générateurs de convivialité et d’humanité. « Les films promenade » sont nés d’évidences. L’aventure est au coin de la rue pour celui qui regarde les choses à sa hauteur. On s’arrête, on sourit, on discute, on s’installe à une terrasse, sur le parapet d’un pont, ou dans le travelling d’un bus. Et tout cela pour voir le ciel, la lumière d’un jour rouge qui disparaît, ou sous des trombes d’eau les flashs d’acier sur nos ombrelles d’outremer. Et il y a aussi les jours sans, où tout est bouché et où il n’y a que nous. Nous, les paysans de Paris, enfants du « grand monde » comme des bistrots picaresques, dandys effrangés de la nuit, sommes les orphelins toujours heureux sur les trottoirs célestes, de Léon-Paul Fargue et des poètes. La peinture du monde est d’abord infime. Elle donne la priorité aux piétons de toutes les vagues et de tous les temps, qui habitent ontologiquement leur vie là où ils sont. De celui qui immobilise les voitures au milieu du cours de Vincennes pour regarder passer un étrange groupe de mouettes, à ceux, les Zarathoustras ordinaires, qui veillent à Ménilmontant du haut de leur lucarne sur le ventre de Paris : tous ont le sang qui bout. Cela me plaît.
« Même si on nous donne des trucs pour rouler plus vite sur les trottoirs, on marche toujours, on marche toujours…» dit Denis B. à la fin de mon film « Chacun cherche son train ». Voilà des phrases, qui moi me donnent la chair de poule, qui valent de l’or quand elles sont prononcées devant ma caméra avec une gravité inspirée. Des moments qui me donnent envie de mettre une fois de plus la clé sous la porte et de repartir vers ce quelque part qui n’est peut-être nulle part, seule, le nez au vent, juste avec mes yeux, pour continuer à vivre et à tourner des « films promenade ».

Fabienne Issartel, réalisatrice

Le fameux panneau « PRIORITE PIETONS » présent partout dans les de Paris des années 80

 

Voilà un texte de Pacôme Thiellement qui a vu « Printemps », Pacôme avec lequel je projète de tourner prochainement un film que j’appellerai « Pacôme Thiellement ou l’androgynie du coeur », et dans lequel on va beaucoup marcher. 

 

« NOTRE CINEMA, FABIENNE ISSARTEL »

Un texte de Pacôme Thiellement, mars 2017

Pacôme Thiellement en promenade à Montmartre, 2015, photo Fabienne Issartel

Printemps, d’abord, c’est de la musique. Un son incroyable : le saxophone soprano d’Akosh dans une improvisation fiévreuse au bar L’Atmosphère un soir. Un son capable à lui seul de ressusciter immédiatement les années 90 à Paris si vous les avez vécues… A l’époque, on pouvait encore fumer dans les bars et ça se voit immédiatement : les gens sont intenses ; ils ont une ivresse joyeuse, amoureuse, lyrique. La cigarette, c’est l’innocence des poses cinématographiques. Jouer à fumer « comme les stars », faire semblant de savoir fumer jusqu’à qu’on fume vraiment. Jouer à vivre « comme les grands » jusqu’à comprendre que c’était ça, vivre, justement. Qu’il n’y avait rien de plus vivant que cette innocence, cette jeunesse.
Printemps, ensuite, ce sont des hommes et des femmes qui parlent. Ils parlent d’amour bien sûr : de sexe, de beauté, de conneries, de vie future et de réincarnation. Ils s’étalent sur les pelouses. Ils dansent. Ils chantent même ! Mais surtout ils marchent. Ils marchent le long du canal Saint-Martin et le ciel est bleu. Fabienne Issartel, c’est le cinéma des poètes, des errants, des piétons de Paris. La marche, ce n’est pas l’innocence comme la cigarette ; mais c’est encore plus beau : c’est le début du nouveau monde, la victoire sur l’Enfer. C’est peut-être le sens du fragment énigmatique de Walter Benjamin : « Vaincre le capitalisme par la marche à pieds. » On n’a jamais vu un tyran, un affameur ou un businessman se promener.
Dans Printemps, on a l’impression de voir des hommes et des femmes libres. Ou plutôt on les voit en train de se libérer. De quoi se libèrent-ils ? De ce qui les détermine et de ce qui les entrave, de ce qui les sépare et de ce qui les enferme. Ils se libèrent de leur solitude ; ils se libèrent de leur prison. Fabienne Issartel, c’est le cinéma de l’amour qui circule entre les êtres. Et ils sont tous beaux, tous. Pourquoi ne le seraient-ils pas ? Puisque Fabienne Issartel les aime pour ce qu’ils sont, tous. Un peu comme Giacometti qui répétait à Genet : « Comme vous êtes beau ! Comme vous êtes beau ! » alors qu’il dessinait son portrait avant d’ajouter : « Comme tout le monde, hein ? Ni plus ni moins. »
Jusque là, le cinéma n’a pas été fait pour nous. Il ne nous parlait pas, ne nous regardait pas : il nous tournait même le dos. Nous avons besoin d’un cinéma qui nous ressemble, un cinéma qui nous aime et qui nous le montre. Nous avons besoin d’un cinéma dans lequel on puisse marcher.
Printemps, ça date du milieu des années 90 et pourtant ça semble avoir été fait ce matin. Plus exactement, ça a été fait (vécu, tourné, monté) pour ce matin. Vingt ans ont passé qu’on a vécu les yeux fermés ou occupés d’autre chose. C’est maintenant, et maintenant seulement, que les films de Fabienne Issartel peuvent rayonner de leur poésie solaire, de leur lumière d’avant midi.
Nous avons besoin du cinéma de Fabienne Issartel. Libre, ouvert, intense, au plus près de l’instant, aéré comme un jour de printemps : notre cinéma, ni plus ni moins.

Pacôme Thiellement, mars 2017

http://www.pacomethiellement.com

« Printemps », un film promenade de Fabienne Issartel, 37′, 1996

Printemps est le dernier de mes « films promenade » des années 90 autoproduits. C’est sans doute le plus abouti techniquement, puisqu’il a même été mixé. Il est accompagné d’une musique originale très sensible et nerveuse composée sur mesure par le grand Thierry Fournier. Le tournage s’est déroulé sur deux journées autour du canal Saint-Martin. Une grosse organisation préalable avait été nécessaire pour organiser la venue des 16 personnages sur les lieux du tournage à des heures bien précises. Nous n’étions que trois : moi, Renaud Colas au son et « Le précieux » Laurent Charpentier à la caméra, un marin qui en avait « vu d’autres » et qui m’accompagnait avec passion dans ces aventures filmiques, y compris sur les montages. Son sens du cadre parfait, son enthousiasme désintéressé et son endurance hors-normes, ont permis que ces « films promenade » existent. Dévoué corps et âme à mon idée d’un travail à la fois très préparé mais aussi totalement ouvert au dernier moment à la spontanéité des personnages, il a été mon double. C’est d’ailleurs grâce à lui et via son site Viméo que ce film est aujourd’hui en ligne. Merci à lui. L’occasion de jeter un coup d’œil attentif sur son travail de photographe « qui a vu du pays ».
Á l’époque de Printemps, je vivais avenue Mathurin Moreau dans le 19 ème arrondissement de Paris près du parc des Buttes Chaumont. Je descendais par la rue Juliette Dodu, jusqu’à la cour intérieure de l’hôpital Saint Louis où je donnais mes rendez-vous, histoire de prendre l’air dans un endroit qui a de l’allure. Par l’avenue Richerand, à la nuit on rejoignait le canal pour prendre l’apéro de l’autre côté, à l’Atmosphère, toujours bien reçus par Souad, sa sœur et sa mère. Akosh S que l’on entend dans mon générique de début, un excellent musicien hongrois, jouait souvent dans ce café : au moins toutes les deux semaines. Solveig Dommartin -la grande dame des « Ailes du désir »- habitait une rue juste derrière et l’on pouvait terminer la soirée chez elle avec les amis. C’est grâce à Muriel Fourès que je connaissais depuis les années 80, et qui avait appelé sa fille Tarzana, bien avant de faire du trapèze elle-même (justement avec Solveig) que je l’avais connue. La belle amitié profonde de ces deux filles de grand caractère m’avait touchée.

Solveig Dommartin et Muriel Fourès.
Tournage de « Printemps », film de Fabienne Issartel, le 1er juin 1996

D’où l’idée de les filmer ensemble là, entre le canal et la gare de l’est, et notamment au Rapid Wolf où les nuits se terminaient toujours en poésie. J’avais aussi remarqué que Marie la jeune fille avec les grandes jambes, rencontrée dans une laverie de la rue St Sauveur en 1983, s’entendait fort bien avec Charlie, le dessinateur qui cocotte du nougat et qui me fait encore hurler de rire. Marie, avec sa voix de poupée fascinait Charlie Schlingo. Ils étaient très contents de se revoir à cette occasion et l’addition de Charlie – petits calvas du matin »- au bar le Jemmapes fut d’ailleurs salée.

Charlie Schlingo au café « Jemmapes », tournage de « Printemps » (film de Fabienne Issartel), 1er juin 1996

Gérard Tallet serait le docteur, son vrai métier qu’il avait exercé sur les bateaux de croisière, et aussi au sénat, une fonction qui nous permettait de profiter certains jours de la maison dédiée dans le jardin du Luxembourg. J’y retrouvais souvent Marc-Edouard et Hélène, un vrai couple « bras dessus, bras dessous » dans le film : mes chers promeneurs d’un dimanche au bord de l’eau… Régine et Eric allaient avoir un enfant. Ils étaient dans un tournant de leur vie. Claude ma belle violoncelliste n’était pas à une promenade près. Ce fut un plaisir pour elle de parler à ce garçon étrange au longs cheveux, Raymond, danseur infatigable de mes nuits au Satellit café de la rue de la Folie Méricourt.

« Printemps » de Fabienne Issartel, 1996

Enfin, un des rôles principaux fut donné à Claude Rizzo, le pêcheur du canal, l’amoureux dont je ne dirai rien, sinon qu’il fut parfait, et bien au-delà du moment de ce tournage… Beaucoup des protagonistes de Printemps nous ont aujourd’hui quitté. Mais ils sont avec moi, et un peu avec vous maintenant aussi. Bonne projection !

Tournage de Printemps, avec Solveig Dommartin et Muriel Fourès
Réalisation Fabienne Issartel
Paris, 1er juin 1996

Mes « films promenade » avaient été montrés en 2012 en VHS sur une télévision, dans une cave, durant les « Portes ouvertes » de la ville de Bagnolet

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

On a retrouvé Hippocampe !

Une petite information bien réjouissante pour cette fin d’année : mes deux héros – Laurent Charpentier et Eric Vibart – présents dans mon film « Moi Jean Lacombe marin et cinéastes » ont retrouvé le bateau que le navigateur Jean Lacombe avait dessiné pour sa toute première traversée en solitaire de l’Atlantique dans les années 50.

"À MOI L'ATLANTIQUE", éditions Robert Laffont, avril 1957 : l'extraordinaire récit de la toute première traversée de l'Atlantique en solitaire de Jean Lacombe sur Hippocampe, un bateau construit par lui-même !

« À MOI L’ATLANTIQUE », éditions Robert Laffont, avril 1957 : l’extraordinaire récit de la toute première traversée de l’Atlantique en solitaire de Jean Lacombe sur Hippocampe, un bateau construit par lui-même !

Voici l’article qui paraîtra ces jours-ci dans Voiles & Voiliers, et où il est fait mention du film documentaire que j’ai consacré à cet intrépide navigateur solitaire.

Cliquez ici pour lire l’article en PDF :
527_HIPPOCAMPE_mont*

LE TEXTE DE L’ARTICLE

On a retrouvé Hippocampe !

En 1955, Jean Lacombe traversa l’Atlantique à bord d’un bateau de sa conception de 5,50 m : Hippocampe. Ce voilier libertaire illustrait la vitalité d’un héros modeste, plus tard engagé dans les transats en solitaire de 1960 et 1964 avec, entre autres, un célèbre Golif de 6,50 m. Hippocampe restait quant à lui présumé disparu. Nous l’avons retrouvé aux Eats-Unis. Avec bonheur.
Texte Eric Vibart photos Laurent Charpentier

Fin novembre dans un coin perdu de Caroline du Nord. Deux coups frappés à la porte d’une humble maison en bois déclenchent une déferlante d’aboiements. Agitation confuse, des objets cascadent sur le sol. Roy Mascari, un reste de cheveux longs en bataille, T-shirt verdâtre, bas de jogging tirebouchonné, surgit comme un diable à ressort. A peine présentés, nous voilà saisis par une accolade sans ménagement. Pieds nus dans l’herbe, abordant tous les sujets à la fois, Roy nous entraîne dans une danse de sioux – quand bien même sommes-nous en territoire Cherokee – autour d’une coque devenue sculpture moderne. Le Jack Russel s’époumone toujours : « Stop it, Roses ! Stop ! »
Roy, 70 ans, revenu de son travail de nuit peu avant notre arrivée se révèle tout aussi impossible à interrompre. Un débit si rapide que des phrases entières nous échappent. Puis, après une bonne demi-heure, l’homme se fige : « Hé les gars, ça caille ! Attendez-là, je vais passer un pull ! » Partagés entre fou-rire et sidération, Laurent et moi disposons enfin d’un moment pour contempler Hippocampe en silence, effleurer sa coque, sonder ses plaies. Il n’est guère paré pour un concours d’élégance « notre » Hippocampe, mais il est enfin là. L’étrave béante, vidée de son bois pourri, laisse chaque bord déchiré à distance l’un de l’autre. N’en subsiste pour l’instant que deux ailes stylisées élancées dans le bleu très pur du ciel, impression accentuée par la hauteur exceptionnelle de la coque dont le tirant d’eau atteint 1,20 m pour seulement 4,70 m à la flottaison.
« She’s one of a kind ! » lance Roy qui nous a rejoint, réchauffé par un gros pull bleu, de solides chaussures, et qui paraît davantage dominer son enthousiasme. Certes, il n’y en eut pas deux comme Hippocampe, bateau juvénile, fondateur, cotre norvégien miniature qui reste l’un des plus petits voiliers à avoir traversé l’Atlantique. La suite nous confirmera ce que nous pressentions : Hippocampe et Roy sont faits pour s’entendre.
Tout a débuté à Paris, au Salon nautique 1996. Guy Lacombe, frère de Jean, vint sur notre stand annoncer la disparition du navigateur oublié. Quelques semaines plus tard, ma première rencontre avec Guy et son épouse Gisèle, couple chaleureux s’il en fut, marquait le début d’une belle complicité. Dès lors, commença de se dérouler l’enfance des trois frères Lacombe, les événements familiaux, la vie méconnue de Jean aux Etats-Unis dont la traversée à bord d’Hippocampe avait constitué le voyage d’immigration. Un tout premier voyage épique mené sans le sou entre Toulon et New York, avec escales et échouages entre Barcelone, Mazagan, les Canaries où le bateau jeté à la côte traversa même un isthme par voie de terre, halé sur des rondins à la force des bras de tout un village. Quand au comportement d’Hippocampe, le seul récit publié du vivant de Jean « A moi l’Atlantique » ne laisse guère de doute. Le cotre lilliputien est inconfortable au possible. Gîtard, il progresse liston dans l’eau, mouille, tape dans la vague, se trimballe « à la vitesse d’un enfant qui joue à la marelle », mais avance malgré tout. Jean étant décédé en Martinique, Guy en avait rapporté souvenirs et documents : correspondances, manuscrits inédits, photos, livres. « Et puis çà aussi ! » m’annonça-t-il, ouvrant un carton plein de bobines de films de trois minutes. Une vingtaine, emportées « pour voir » furent visionnées précautionneusement, en tournant la manivelle d’un vieux projecteur d’enfant.
Au fil des rendez-vous, Guy me remit davantage de documents, de papiers, mais surtout des bobines de films de grand diamètre en boîte d’acier marquées par le temps. Cela commençait à faire beaucoup pour un ignare en cinéma connu pour être le plus mauvais photographe de la revue. Heureusement, l’ami Laurent Charpentier était là ! Lacombe devint notre sujet et il nous aura fallu de longs mois pour visionner près de sept heures de rushes, découvrir et inventorier des séquences historiques, enthousiasmantes par leur qualité et l’esprit de leurs prises de vues.
« Would you like to climb in ? » demande Roy approchant une échelle de l’arrière du bateau. « Mind your steps ! » L’emplacement du cockpit parait minuscule, peut-être un mètre de long, une quarantaine de centimètres au plus étroit. La profondeur est en revanche impressionnante. Prenant garde à ses appuis, on se glisse après quelques contorsions dans une coquille sombre à forte odeur d’écorce après l’averse, descente dans le cœur arrêté d’une aventure modeste et inouïe. Même si les emménagements ont été modifiés depuis la mise à l’eau du bateau en décembre 1953, l’ensemble reste protecteur. Je songe à qu’en a dit Jean avec sa bonhommie sans réplique : « J’entends le vent qui siffle dans les haubans et la mer bouillonner sur la coque. M’en fous, c’est dehors ; moi, je suis dedans. » Roy passe une tête par la descente et me bombarde de questions : où était le réchaud ? Ce meuble existait-il ? Et ces équipets ? Cette cloison ? « C’est, dit-il, que je tiens à une restauration la plus authentique possible ! »
Aboutissement des entretiens avec Guy et Gisèle Lacombe, de la recherche de témoins et de l’étude des archives, l’article consacré à Jean ne parut qu’en avril 2001 (voir VV n° 362). En 2007, Laurent est moi réalisions un petit documentaire pour un DVD Voiles et Voiliers utilisant des passages du seul film monté par Jean pour illustrer ses conférences (à voir sur voilesetvoiliers.com et YouTube). Puis, pendant des années, le projet d’un documentaire professionnel de 52 minutes nous préoccupa. Sans résultats tangibles. Au moment on nous apprêtions à tout abandonner, notre amie la réalisatrice Fabienne Issartel reprit le dossier et, en quelques mois, décrochait producteur et financement minimum. Pour Laurent et moi il n’y avait plus à balancer. Lacombe ayant passé trente ans de sa vie à New York, il nous fallait nous rendre aux Etats-Unis interviewer les derniers amis de Jean et son ex-compagne pour compléter le sujet. Faute de budget, nous irions à nos frais avec une caméra prêtée.
Depuis l’origine, une question persistait : où étaient passés les voiliers de Jean ? Pour faire court, tous ses bateaux sont documentés, qu’il s’agisse d’unités de série ou d’éléments retrouvés dans ses archives. Seul échappe le juvénile et fondateur Hippocampe, minuscule cotre norvégien imaginé par Lacombe, artisan maroquinier en mal d’évasion. Avec un soin infini et un désarmant bon sens, Jean avait dessiné des lignes et construit au dixième un modèle naviguant de son transatlantique de 5,50 m, objet que j’avais examiné et photographié chez Guy et Gisèle. Construit en lattes d’acajou de 24 mm collées sur champ par le chantier Croizer de Sartrouville, procédé avant-coureur du strip-planking, Hippocampe était un char d’assaut. Jean en avait calculé le lest comme nul autre: « Il m’a suffit de remplir la baignoire, d’y faire flotter mon modèle en le lestant jusqu’à ce que l’eau atteigne la ligne de flottaison. D’après le principe d’Archimède, il me suffisait de peser l’ensemble pour obtenir le déplacement. Celui-ci était de deux kilos. Il fallait donc que le vrai bateau pèse, tout armé pour la traversée, deux mille kilos […] Pour calculer le lest j’en avais fait une forme en bois, l’avais moulé dans du plâtre puis coulée en plomb. En appliquant le rapport de densité du plomb à la fonte et en multipliant par mille, j’obtins 875 kilos. » Corrigeant ce calcul hasardeux, Jean rajoutera quelques mois plus tard 280 kilos de lest intérieur en ferraille et ciment.
« Look ! » interpelle Roy, brandissant une billette de fonte de 25 cm de long sur 4 à 5 centimètres de section, j’en ai retiré un paquet comme çà ! » Des restes de ciment s’émiettent en frottant la pièce. Mais ce ne fut pas le plus gros travail de Roy qui a passé les dernières semaines à arracher le doublage verre-polyester stratifié sur la coque à une époque indéterminée. « C’était dur ?
– Tu parles ! Autant dépouiller un alligator ! »
En dessous, des mauvaises surprises se sont révélées : étrave pourrie, fonds rongés par endroits, lattes à changer… Les infiltrations par le pont et le manque d’entretien n’ont rien pardonné.
Mais lors de la réalisation du documentaire, le sort d’Hippocampe demeurait inconnu. Peu avant notre départ aux Etats-Unis, pour tenter d’en avoir le cœur net, j’adressais près de 300 emails aux marinas et clubs nautiques de la côte Est, autour de New York, à Long Island, dans le Connecticut et le New Jersey, supposant que le bateau, s’il avait survécu, aurait pu rester dans sa zone géographique d’origine. Peu de réponses, aucune positive. Mais mon message parvint à Bridget Walter, rédactrice en chef d’une revue internet de Long Island « Li Sail » qui me proposa d’écrire un article en anglais, m’assurant que ses lecteurs adoreraient se lancer dans une chasse au trésor. Je bouclais en hâte une traduction anglaise de l’article de Voiles de 2001, papier rapidement mis en ligne et suivit d’une grande page de Bridget exhortant ses lecteurs à partager toute information utile. Mais aucun retour, silence absolu.
Fabienne Issartel réalisa un 52 minutes intitulé « Moi, Jean Lacombe, marin et cinéaste ». Diffusé de multiples fois sur France 3, il obtint le prix Mémoire de la Mer 2014 dans la catégorie film documentaire. Mais toujours rien sur Hippocampe jusqu’à une nuit du printemps dernier où l’insomnie m’avait conduit vers mon ordinateur. A 4 heures du matin arriva un email qui aurait filé directement à la poubelle s’il n’avait été intitulé « Hippocampe ». Message obscur. Dans un anglais nébuleux (je devais apprendre plus tard que Roy utilisait une tablette peu pratique), un certain Roy Mascari me laissait entendre qu’il avait retrouvé Hippocampe et tentait de l’acquérir. Mascari, Mascarille, mascarade, mon premier sentiment fut de soupçonner un canular. Je répondais néanmoins, demandant photos et détails. Quelques jours plus tard arriva une réponse tout aussi confuse et sans images. Un plaisantin ou quelqu’un s’étant trompé de bateau ? Bridget, sur le répondeur de qui Roy avait déposé un message, partageait mes doutes. Quelques emails plus tard, il devenait évident que mon correspondant ne tenait pas à me donner trop de précisions tant que le bateau ne serait pas à lui. Enfin arrivèrent trois photos de détails en plans très serrés. L’une d’elle révélant le rouf caractéristique du bateau leva en grande partie le doute pour Laurent et moi : il s’agissait très probablement d’Hippocampe.
Il fallut des semaines pour que Roy nous adresse enfin des images complètes du bateau et même des vues sous voiles prises lors d’une sortie menée à bord de cette semi-épave qu’il avait découverte trois ans plus tôt lors de ses propres pérégrinations à bord de Blakie, sa vieille baleinière convertie en voilier. Abandonné sur un ponton de Little Snug Harbor Marina, à Deltaville, Virginie, il avait découvert Hippocampe capot de descente ouvert, pont verdâtre et coque pleine d’eau. « Un scandale ! s’exclame Roy, mais en le visitant, j’ai compris tout de suite qu’il n’avait rien de commun. Il s’en dégageait une impression de solidité et de qualités marines, même s’il doit être très gîtard. J’en suis tombé amoureux. Il me le fallait absolument mais le type qui le possédait refusait le contact. »
Le nom en lettres de laiton miraculeusement restées sur le capot coulissant, Roy fit une recherche et, bien que ne parlant pas un mot de français, découvrit le livre de Jean Lacombe « A moi l’Atlantique » puis l’article de « Li Sail » qui lui donnèrent l’essentiel des informations manquantes. Sans beaucoup de moyens financiers – ce qui le rapproche de Lacombe – et doué d’un sens inné de la récupération et de la débrouillardise qui confine au mimétisme, Roy finit par acquérir Hippocampe pour les 500 dollars que son propriétaire devait à la marina. Il acquit une remorque déglinguée, la répara et, en août dernier, perdant une roue en route et réparant de nouveau, finit par parcourir 400 miles sous une pluie battante pour rapporter le bateau chez lui. Touchant une maigre retraite, Roy travaille chaque nuit de 3 à 7 heures du matin à décharger des camions chez Federal Express pour acquérir un peu de « play money » dont une fraction sert à restaurer Hippocampe. « Et puis ça maintient en forme ! » s’exclame Roy gonflant ses biceps comme un lutteur de foire.
Chapeau l’artiste ! Hippocampe qui demande une restauration en profondeur a trouvé un bonhomme digne de lui, une sorte de Lacombe, d’ailleurs à peine plus grand que lui, partagé entre ingénuité et sensibilité, ingéniosité et détermination. L’aide tonique qu’il nous apporta pour effectuer le relevé de la coque ne fut qu’une succession d’habiletés judicieuses. Roy, dont Hippocampe est le sept ou huitième bateau n’a rien d’un plaisantin. Grâce à lui, à Bridget, à beaucoup d’autres et à une longue chaîne de rencontres, le sort d’Hippocampe, cotre hauturier lilliputien, est élucidé.
Nous savons tous que les voiliers sont des objets « chargés », ethniques, magico-religieux. Comme Joshua ou les répliques du Spray, comme Damien ou l’épave d’Anahita, comme chaque fois que des êtres humains ont mis leur âme dans un bateau, œuvre d’art par principe, quand bien même approximative, déroutante ou naïve. Avec Hippocampe et Roy Mascari, l’esprit de Jean Lacombe continue de souffler et c’est bien là l’essentiel.
Eric Vibart.

Hippocampe, 1953. (Dessin Fch dans le serveur)
Architecte : Jean Lacombe
Constructeur : Chantier Croizer, Sartrouville. Construction sur gabarits en lattes d’acajou 20 x 29 collées et clouées sur chants et rivetées sur membrures frênes. Deux virures de fond sur chaque bord, préceintes et pavois en bordés classiques. Charpente axiale, lisses et bauquières en chêne. Pont contreplaqué de 10 mm. Cockpit fait d’une cuve de zinc autovideuse.
Maître-voilier et plan de voilure définitif : Jacques Grivot, Champigny-sur-Marne.

Caractéristiques :
Long., 5,50 m ; long. flottaison, 4,70 m ; largeur, 1,94 m ; largeur flottaison,1,60 m ; franc-bord AV, 0,85 m ; franc bord AR, 0,60 m ; tirant d’eau, 1,20 m ; voilure au près 25 m2 ; déplacement, 2,3 tonnes à vide ; lest, 875 kilos externe, 280 kilos interne.

Remise du prix du film "Mémoires de la mer" 2014, décerné par La Corderie Royale de Rochefort, à Fabienne Issartel.

Remise du prix du film « Mémoires de la mer » 2014, décerné par La Corderie Royale de Rochefort, à Fabienne Issartel.

Le site du yacht club classique en parle :

http://yachtclubclassique.com/2014/12/on-a-retrouve-hippocampe/

Et tout le monde est content et ému !

C’est formidable de voir Hippocampe, ce petit bateau, mythique pour beaucoup, reprendre vie.
En tout cas je souhaite de grandes joies a son nouveau capitaine, et des remerciements à tous ceux qui ont permis cette renaissance.
Claude Sorin

Bonjour de New York,
Quelle aventure! Encore une espieglerie de Jean Lacombe. Cette retrouvaille est bien dans l’esprit de Jean. Il aimait la difficulte. Il en etait l’auteur parfois.Quelle bonne et heureuse nouvelle. Et bravo a Eric Vibart et Laurent Charpentier pour leur poursuite fidele et romantique du bateau fantome.
Pierre gazarian

Bonne nouvelle que d’avoir retrouvé ce bateau !
Le Maître de port principal de La Rochelle, Patrice BERNIER.

Merci de m’avoir envoyé cette information importante et émouvante. En allant sur le chemin de mes chantiers, j’avais vu l’HYPPOCAMPE être mis à l’eau : Il avait été construit par CROIZER, un ancien du chantier JOUËT!
Jean-Pierre Jouët

Merci. Cette nouvelle est assez émouvante quand on a bien connu Jean.Vous connaissez certainement l’existence de son livre « A MOI L’ATLANTIQUE » qui raconte cette première traversée et dont il m’avait donné un exemplaire.
Eric Giblain

Vous aussi, vous pouvez laisser vos commentaires.
Belles fêtes à vous tous !

Tagué , , , , , , ,
Publicités