Archives de Tag: Marine Tadié

Après sa diffusion le 26 septembre sur France 3, « CHACUN CHERCHE SON TRAIN » de Fabienne Issartel, 52′, se promène ! Le 11 octobre, le film était à St Pierre des Corps ! Il sera projeté au festival des Escales documentaires de La Rochelle le samedi 12 novembre à 16 h. L’AVANT-PREMIÈRE du 15 septembre 2016 au Cin’Hoche de Bagnolet avait réuni quelques 200 spectateurs enthousiastes !

Médéric Collignon et Pacôme Thiellement pendant le tournage de "Chacun cherche son train" au Groundcontrol à Paris, octobre 2015. Médéric improvise à partir des dessins du livre "Grande vitesse" de Jochen Gerner

Médéric Collignon et Pacôme Thiellement pendant le tournage de « Chacun cherche son train » au Groundcontrol à Paris, octobre 2015. Médéric improvise à partir des dessins du livre « Grande vitesse » de Jochen Gerner

CHACUN CHERCHE SON TRAIN, un film de Fabienne ISSARTEL, 52’’

TOUJOURS EN REPLAY pendant encore quelques jours 8 (après les 2 pubs et la longue mire de Bar). Cliquez sur le lien ci-dessous :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/emissions/qui-sommes-nous-en-aquitaine/documentaire-chacun-cherche-son-train-lundi-26-septembre-apres-le-grand-soir-3.html

Prochaine projection du film le 12 novembre à 16 h au festival « les Escales documentaires » de La Rochelle (section Escales locales) au MUSEUM d’histoire naturelle, 28 rue Albert 1er.

http://www.escalesdocumentaires.org/films-competition/chacun-cherche-son-train/

Infos pratiques et lieu de ma projection (N° 5 sur le plan) :

http://www.escalesdocumentaires.org/le-festival-2016/infos-pratiques/

l'affiche du festival ESCALES DOCUMENTAIRES de La Rochelle du 8 au 13 novembre 2016

l’affiche du festival ESCALES DOCUMENTAIRES de La Rochelle du 8 au 13 novembre 2016

La dernière projection, c’était mardi 11 octobre à 18 H 30  » dans la magnifique salle de cinéma du Centre culturel de St Pierre des Corps !

L’affiche de l’événement (du 16 septembre au 29 octobre) « Des traits, des trains/ le dessin ferroviaire », une exposition de dessins (Gébé, Dubreuil,Sochard), des rencontres et un film (« chacun cherche son train » !). Cette manifestation originale a été imaginée par Astrid Chabin, responsable du « fonds TRAIN » à la bibliothèque de St Pierre des Corps.

"des traits des trains" du 16 septembre au 29 octobre 2016 à St Pierre des Corps

« des traits des trains » du 16 septembre au 29 octobre 2016 à St Pierre des Corps

Dans la Nouvelle République :

http://www.lanouvellerepublique.fr/Contenus/Articles/2016/10/15/Chacun-cherche-son-train-et-trouve-sa-voie-2871609

Une assemblée chaleureuse et attentive a nourri le débat qui a suivi la projection.
J’étais là pour leur répondre, accompagnée de Marine Tadié qui a réalisée toutes les images du film, et de Dominique Maugars, ancien cheminot de St Pierre des Corps, personnage du documentaire.
Leurs questions :
Mes voyageurs sont-ils de vrais voyageurs ?
Mon discours est-il ou n’est-il pas passéiste ?
Le documentariste doit-il dans ses films répondre aux questions ou bien les poser en donnant envie aux spectateurs d’y réfléchir ?
Quelle place peut prendre la poésie dans nos vies d’aujourd’hui et aussi dans nos films ?
Pourquoi on aime la vitesse et pourquoi aussi on en a toujours eu peur ?
Quel est ce rapport intrinsèque entre le train et le cinéma ?
Que nous disent les images entre les lignes et comment les fabriquer pour qu’elles ne nous trahissent pas ?
Qu’est-ce que le doute ? Est-il ou n’est-il pas un frein à l’idée de mouvement ?

Les spectateurs ont déclaré aussi que le film leur donnait envie de lire Léon Paul Fargue, Alfred Jarry et Ivan Illich… Si les films servent au moins à ça, à donner envie de lire : alors je suis ravie !

Un dessin de Fred Sochard dans l'exposition "des traits-des trains" à la bibliothèque de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Un dessin de Fred Sochard dans l’exposition « des traits-des trains » à la bibliothèque de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Après la projection j’ai pu découvrir l’exposition de dessins à la bibliothèque de St Pierre des Corps qui réunit trois artistes. Exposition très riche et dont certaines oeuvres faisaient d’ailleurs écho aux questionnements de notre débat…

A la fin de mon film, je pose cette question : « Où allons-nous ? »
Et j’y réponds d’une certaine façon en déclarant : « vers ce quelque part qui n’est peut-être nulle part.Et c’est ce doute qui nous pousse à avancer !  »
Voilà deux dessins de Gébé qui a commencé sa carrière de dessinateur dans le magazine : « La vie du rail » qui abordent aussi mes sujets de prédilection.

"Le doute" : dessin de GEBE issu de La vie du Rail et présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

« Le doute » : dessin de GEBE issu de La vie du Rail et présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Dessin de GEBE issu de La vie du Rail et présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Dessin de GEBE issu de La vie du Rail et présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Original du dessin de Ferdinand Dubreuil "les hommes du rail" présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 et aussi dans le film "Chacun cherche son train"(photo Fabienne Issartel)

Original du dessin de Ferdinand Dubreuil « les hommes du rail » présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 et aussi dans le film « Chacun cherche son train »hoto Fabienne Issartel)

Le formidable ouvrage 'grande vitesse" de Jochen Gerner, présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 et aussi dans le film "Chacun cherche son train" (photo Fabienne Issartel)

Le formidable ouvrage ‘grande vitesse » de Jochen Gerner, présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 et aussi dans le film « Chacun cherche son train » (photo Fabienne Issartel)

L’avant-première de CHACUN CHERCHE SON TRAIN le 15 septembre 2016 à 21h au Cin’Hoche de Bagnolet a été un beau succès ! Merci aux 200 personnes présentes à cette avant-première très joyeuse !
Voilà quelques photos réalisées par Arnaud Baumann.

La salle du Cin’Hoche se remplit.

La salle du Cin'Hoche se remplit le 15 septembre 2016 à 21h pour l'avant-première à Bagnolet de CHACUN CHERCHE SON TRAIN de Fabienne Issartel. Photo Arnaud Baumann, tous droits réservés.

La salle du Cin’Hoche se remplit le 15 septembre 2016 à 21h pour l’avant-première à Bagnolet de
CHACUN CHERCHE SON TRAIN de Fabienne Issartel. Photo Arnaud Baumann, tous droits réservés.

Ariane Issartel qui a composé et interprété la musique originale du film à l'avant-première du film à Bagnolet. Photo Arnaud Baumann, tous droits réservés.

Ariane Issartel qui a composé et interprété la musique originale du film à l’avant-première du film à Bagnolet. Photo Arnaud Baumann, tous droits réservés.

SYNOPSIS :
« Immobiles devant les fenêtres du train, nos écrans de cinéma, ou ceux des ordinateurs, nous regardons défiler notre monde en pleine mutation. « Les écrans sont ces miroirs du temps qui annulent l’horizon » dit Paul Virilio, le grand penseur de la vitesse. « Alors, comment retrouver un rythme propre, notre petit tempo battant, au coeur de cette accélération inéluctable ? », se demandent les protagonistes du film, passagers en quête de sens sur le chemin furtif de la vie, et dont le train devient ici la métaphore. Un « film promenade » – pour croiser les reflets de nos âmes qui deviennent, le temps du film, « le paysage » mouvant du voyage. Où vont-ils ? Eux ? Moi ? Où allons-nous ? « Chacun cherche son train » ! Un film en marche, dans lequel l’homme et la machine cherchent désespérément à s’aimer. Un film pour « refaire le monde » à notre image ! »

Réalisation : Fabienne Issartel – Image : Marine Tadié – son : Olivier Vieillefond – Montage : Xavier Franchomme – Musique originale : Ariane Issartel – Une coproduction MARMITAFILMS/FRANCE TELEVISIONS (52 minutes)

Avec les voyageurs filmés :

Hermine Karagheuz (actrice), Pacôme Thiellement (écrivain), Médéric Collignon (musicien), François Abdelnour (cinéaste), Klavdij Sluban (photographe), Benoît Duteurtre (écrivain), Dominique Maugars, (cheminot et cinéaste), Marc Armengaud (architecte), Denis Brochard (architecte), Denis Sire (dessinateur), Yves Belaubre (scénariste), Lola Salès (géographe), Pascal Desmichel (géographe), Julien Rapegno (journaliste), Jean-René Malivert (ferrovipathe), Dominique Olivier, Michel Prioux et Rémi Sagot (conducteurs de locomotives).

Et aussi, l’ouvrage « Grande vitesse » de Jochen Gerner, les dessins de Ferdinand Dubreuil, les textes d’Alessandro Baricco.

Et encore les magnifiques conducteurs de la locomotive du « train des Mouettes » dans lequel une scène de « Chacun cherche son train » a été tournée.
Cliquez ici pour découvrir le visage et l’identité de mes voyageurs :

CHACUN CHERCHE SON TRAIN – les voyageurs !

_1220475chezfabiennepararnaud2016

Hermine Karagheuz et Pacôme Thiellement à Bagnolet (photo Arnaud Baumann)

Dans « Chacun cherche son train », Hermine et Pacôme voyagent ensemble dans le  » train des Mouettes » en Charentes Maritimes entre Saujon et la Tremblade…

http://www.ville-bagnolet.fr/index.php/lire-actualite/items/chacun-cherche-son-train-1559.html

Marc Armengaud, philosophe, urbaniste et architecte, dans "chacun cherche son train"

Marc Armengaud, philosophe, urbaniste et architecte, dans « chacun cherche son train »

La première diffusion à la télévision a eu lieu le 26 septembre sur France 3 Poitou Charentes et France 3 Limousin après le grand Soir 3.

L’affiche du film : une image tournée à Angoulême en fin de journée

Cliquez ici :

Affiche du film « Chacun cherche son Train » de Fabienne Issartel, 52′, 2016

La directrice de la photo : Marine Tadié

Marine Tadié, la Directrice de la photo du film "Chacun cherche son train"

Marine Tadié, la Directrice de la photo du film « Chacun cherche son train »

Musique originale : Ariane Issartel

La violoncelliste Ariane Issartel qui a composé et interprété la musique originale du film "Chacun cherche son train" de Fabienne Issartel

La violoncelliste Ariane Issartel qui a composé et interprété la musique originale du film « Chacun cherche son train » de Fabienne Issartel

Olivier Viellefond a réalisé toutes les prises de sons des tournages de "Chacun cherche son train"

Olivier Viellefond a réalisé toutes les prises de sons des tournages de « Chacun cherche son train »

Klavdij Sluban, photographe, dans "Chacun cherche son train"

Klavdij Sluban, photographe, dans « Chacun cherche son train »


Voilà quelques éléments qui ont régie ma réflexion pour construire ce film :

L’actualité  :

En 2017, une toute nouvelle ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique sera mise en service. On pourra alors rejoindre Bordeaux de la capitale à 320 kms/h et en 2 h et 5 minutes, au lieu de 3 heures actuellement… Que d’avancées depuis 1829 où la fameuse « Rocket » de George Stephenson fit sensation, circulant à Rainhill en Angleterre à 59 kms/h devant un public médusé et effrayé. En 1853, 24 ans plus tard seulement, quatre trains reliaient déjà quotidiennement la ligne Paris Bordeaux, le train le plus rapide effectuant alors le parcours en un peu plus de treize heures… Notre espace-temps se réduit donc toujours plus. Jusqu’où ? Et quelle conséquence cela aura-t-il sur nos vies ?

billet-tgv-maitrise-temps

Le magazine Life en 1964 :

« En 1964, le magazine Life déclarait déjà que le plus important problème de société auquel nous serions confrontés demain serait de savoir ce que nous ferions de ce temps libre… Nous n’avons pas aujourd’hui l’impression de disposer de plus de temps : au contraire, nous en avons toujours trop peu. Nous vivons dans une pénurie de temps, une “famine temporelle”, comme la décrivait en 1999 les sociologues américains John Robinson et Geoffrey Godbey.Toutes les sociétés modernes sont caractérisées par une pénurie de temps » disaient-ils : « plus une société est moderne, et moins elle a de temps”. Ce n’est pas le pétrole qui nous manquera un jour, mais plutôt le temps… »

Paul Virilio, le grand penseur de la vitesse :

« La vitesse a toujours fait peur. Il existe trois révolutions dans l’ordre de la vitesse : la révolution des transports au XIX e siècle, la révolution des transmissions au XXe siècle et la révolution des transplantation en cours et pour demain. L’homme marche d’abord à côté de l’animal qui porte la charge. Puis l’homme invente le centaure, la monture : il est sur l’animal. Le cheval est beau depuis qu’on en a fait un véhicule, depuis que les arabes en ont fait « le pur sang ». La cavalerie va dominer le monde. Le cheval de guerre et la poste sont les grandes inventions liées à l’idée de vitesse. Les pigeons voyageurs qui permettent à l’information de parvenir rapidement sont entre les mains des seigneurs, et permettent à ceux qui les possèdent d’exercer une domination. Il n’y a pas de pouvoir sans vitesse. Puis l’homme invente le véhicule, dans lequel il entre à l’intérieur. Aujourd’hui, on est en train d’aller dans le sens inverse : on invente des machines à ingurgiter, des machines absorbées par le corps, des implants plus performants que nos propres organes. La révolution des transmissions, c’est la révolution des vitesses pures, c’est à dire des vitesses élémentaires. »

« L’écologie grise devrait, et devra, aussi, traiter la pollution des distances. Car les choses existent à travers des proportions. Au-delà de 2,5 mètres, nous ne sommes plus homme. Or, la vitesse des transports et des transmissions instantanées réduit le monde à rien. Nous vivons une époque singulière où notre appréciation des échelles de temps et de distances est bouleversée. L’écologie doit maintenant réaccorder la philosophie et la science. Si l’écologie veut être une science utile à l’humanité, à la démocratie, à la liberté, elle doit être à la fois ouverte à la techno-science mais aussi à la philo-science. »

Ivan Illich :

la-me-pc-jerry-brown-ivan-illich-political-the-001

Ivan Illich (un des penseurs de l’écologie politique) : « à partir du moment où la société industrielle, par souci d’efficacité, institutionnalise un moyen, que ce soit un outil, un mécanisme, ou un organisme – afin d’atteindre un but, ce moyen tend à croitre, jusqu’à dépasser un seuil où il devient dysfonctionnel et nuit au but qu’il est censé servir. Ainsi l’automobile nuit au transport, l’école nuit à l’éducation et la médecine nuit à la santé. L’institution devient alors contre-productive, et contribue à aliéner l’être humain et la société dans son ensemble. »

Extrait des « Châteaux de la colère » d’Alessandro Baricco :

51vcncedsbl-_sy300_

« Dans les trains pour sauver leur peau, pour arrêter la rotation perverse de ce monde qui les martelait là-bas de l’autre côté de la vitre, et pour esquiver la peur, et pour ne pas se laisser engloutir par le vertige de la vitesse qui forcément cognait sans cesse dans leur cerveau autant que sur la forme de ce monde frôlant l’autre côté de la vitre sous des apparences jamais vues jusque-là, surprenantes sans doute, mais impossibles, parce que s’abandonner un seul instant relançait instantanément la course de la peur, et donc cette épaisse et profonde angoisse qui au
moment de se cristalliser en pensée se révélait de toute façon n’être rien d’autre que la sourde pensée de la mort – dans les trains pour sauver leur peau, ils prirent l’habitude de s’en remettre à un geste méticuleux, un exercice d’ailleurs conseillé par les médecins eux-mêmes et d’illustres savants, une stratégie minuscule de défense, évidente mais géniale, un petit geste exact, et splendide.Dans les trains, pour échapper à ça, ils lisaient. Le baume parfait. L’exactitude fixe de l’écriture comme suture d’une terreur. L’oeil qi trouve dans les infimes virages dictés par les lignes une échappatoire nette à ce flux indistinct d’images que la fenêtre impose. On vendait dans
les gares des lampes exprès pour ça, des lampes de lecture. Elles se tenaient d’une main, elles dessinaient un cône intime de lumière à fixer sur la page ouverte. Il faut imaginer ça. Un train lancé dans une course furieuse sur deux lames de fer, et dans ce train un petit coin d’immobilité magique minutieusement découpé par le compas d’une petite flamme. La vitesse d train et la fixité du livre éclairé. L’éternellement changeante multiformité du monde tout autour, et le microcosme pétrifié d’un oeil qui lit. Comme un noyau de silence au coeur d’une détonation… »

Le train est l’ancêtre d’internet !

« La fenêtre du train est en réalité le premier écran de cinéma. Lorsqu’on regarde le paysage à travers la fenêtre d’un train, nous avons l’impression que le paysage défile. En réalité, le mouvement n’est pas dans le paysage mais dans le train, dans la machine. Au cinéma, en réalité, sur l’écran, il n’y a que des photogrammes immobiles qui se succèdent, l’un après l’autre, grâce au mouvement d’une machine : le projecteur !
Le train et le cinéma nous présentent un mouvement technique qui ressemble de très près – jusqu’à la confusion – au mouvement naturel. C’est cette caractéristique qui détermine la fascination que le train, comme le cinéma, provoque sur nous. Le mouvement n’est pas dans l’image, mais dans le projecteur. Le cinéma donne donc seulement l’illusion du mouvement. C’est de la volonté de pouvoir gérer le mouvement que le cinéma est né.
Internet de son côté, est un flux de données qui circulent d’un point à l’autre à travers des voies : les câbles qui constituent le réseau. Et le réseau qui constitue Internet ressemble finalement de près au réseau ferroviaire. Le mouvement se déploie sur des chemins préconstitués et il est donc facilement contrôlable. La deuxième analogie d’Internet avec le train et le cinéma vient du fait qu’il soit numérique. Le numérique se base sur le même principe que celui des 24 photogrammes par seconde
du cinéma. Le numérique est la représentation du réel à travers des nombres naturels en base deux : c’est-à-dire en une série de 0 et de 1. Le numérique nous donne l’impression du continu, il nous donne l’impression du mouvement réel, mais il est un mouvement technique produit et géré par une machine. Internet est donc un mouvement de données sur des voies, comme les chemins de fer, qui donne l’impression du continu, comme le cinéma, et géré par une machine et pour cela facile à contrôler. En ce sens, le train est l’ancêtre d’Internet. Les inventions du train, comme celle du cinéma et d’Internet relèvent de cette tendance qu’ont les hommes à échantillonner le mouvement du réel pour avoir plus de prise sur la réalité. »

François Truffaut dans « La nuit américaine » :

« Un film avance comme un train : comme un train dans la nuit » dit François Truffaut à Jean-Pierre Léaud dans « la Nuit américaine ». « Tu vois, c’est ça notre travail de réalisateurs! »

Mon poème :

Train

Voitures jaunes rouges à l’envers

coquelicots en genêts jaunes

car bleu et blanc

berline rouge,

se croisent et se dépassent.

Cyprès dans les jardins

les fils qui s’allongent,

identique toujours le poteau

devant mes yeux,

et encore,

ciel gris du souvenir

jardins

voitures jaunes rouges à l’envers.

Coquelicots en genêts jaunes

car bleu et blanc

berline rouge

se croisent et se dépassent.

Fabienne Issartel,1975

 

L'affiche du documentaire "chacun cherche son train" de Fabienne Issartel

L’affiche du documentaire « chacun cherche son train » de Fabienne Issartel

LES POINTS DE VUES DES PREMIERS SPECTATEURS

« Chacun cherche son train » synthétise de toute évidence la philosophie de la réalisatrice : la vie comme une promenade, une déambulation poétique enrichie par lectures et rencontres. Il dit que l’important du voyage n’est pas la destination, mais l’acte de se mettre en mouvement… Et pas n’importe comment : à pied ou en train, moyens propices aux rencontres et à la rêverie. Ce film est le manifeste d’un art de vivre en une déambulation littéraire et musicale. Il parle de ce goût des rencontres contingentes et de leurs richesses. » L.C

« Chacun cherche son train, c’est un film qui va à la vitesse des trains, à la fois un peu plus lent que la pensée, et un peu plus rapide que les actes (et parfois l’inverse). On ne cesse de voir le « paysage », même quand on écoute les paroles des acteurs. On passe d’un personnage à l’autre, on les perd, on les retrouve comme des passagers avec qui on se lie d’amitié. Les humains s’accordent comme les instruments d’un orchestre. Il y a une beauté douce, un lyrisme un peu cinglé, une énergie mélodique de poésie verlainienne. Ce n’est pas seulement un film qui épouse le lyrisme des trains, c’est un film qui nous montre que les trains eux-mêmes épousent le lyrisme des films. C’est un film sur un paradis perdu – qui est encore là. Le train est devenu la clé pour retrouver le rythme des vies : le train et les films de Fabienne Issartel. » P.T.

« Délibérément intello, mais c’est jamais désagréable de réfléchir gaiement, par les oreilles et par les yeux ! Éloge de la lenteur et de la dérive : la SNCF n’a qu’à bien se tenir, au train où vont les choses ! » A.B.

« Ce film a du SENS, à la fois dense et poétique. Il ne s’épuise pas après un premier visionnage. Les propos lumineux donnent une envie irrésistible de rencontrer (mieux connaître) tous ces voyageurs. Ton travail ne se « contente » pas de synthétiser quelques belles idées (ce serait déjà pas mal…), il produit une réflexion, donne à penser, à poursuivre le sujet. Le regard d’auteur, sensible, est très présent. Le charme s’instaure au fur et à mesure, il gagne en puissance, je ne sais comment l’expliquer, l’analyser, mais il est bien là. Le film est pour moi à la croisée exacte du documentaire et du poétique, là où je voudrais être… » P.D.

« Un bel objet, touchant, personnel, où les éléments de documentaire arrivent comme sans faire exprès, au cours de la conversation. On apprend des choses sans s’en rendre compte. C’est agréable ! Une caméra discrète et toujours amie, vers laquelle les gens sont à l’aise pour parler ou juste se taire, avec un petit sourire tout désarmé et un peu mélancolique, comme ce cheminot avec ses gravures, ou le fils de cheminot qui raconte son enfance dans la minuscule gare de province déserte, devant les guichets condamnés. Le train fait parler les gens, toutes ces histoires… C’est tout simple, mais tellement précieux… Et puis les lieux sont très beaux comme celui du Cirque électrique où Yves parle avec Lola : on dirait un décor de Wenders en soi cet endroit ! C’est plutôt un film sur le temps que sur le train finalement… Comme dit Benoît Duteurtre : on pensait qu’en pouvant faire les choses plus vite, on aurait plus de temps libre, mais non, on en fait juste toujours plus, et ça augmente notre course à la surproductivité. L’image est toujours bien léchée, parfaite ». A.I
Un film qui pose des questions philosophiques, économiques…… sur la vie, l’espace, le temps, le travail, les rencontres, le voyage : un film universel, musical, drôle…
La force ressentie aussi c’est le travail des hommes qui ont fait le train et le font encore aujourd’hui. Le train ne roule pas tout seul. Les relations sociales, entre les hommes qui font le chemin de fer sont très importantes. Mais il faudra bien, je l’espère, que les gens se posent la question de son devenir : c’est un moyen de transport écologique ! Or, aujourd’hui, les choix faits conduisent aux fermetures de ligne…
Peut-être qu’avec ce film les gens s’interrogeront aussi sur leurs relations avec les autres ? Parce qu’après tout, c’est comme dans un train, on est tous…. embarqué pour une destination connue… ou pas ! C’est bien exprimé dans le film. Des choses auxquelles on a réfléchi : pourquoi la vitesse, la rapidité… permettent ou non de prendre… son temps. Il y a le bruit, les sons. Il nous manque les odeurs… De très belles images, de belles couleurs, de beaux cadrages… un bel hommage aussi au cinéma, à la photo, aux arts. Un film du présent, d’hier et pour demain : qui pose la question du train, et de comment on veut vivre au présent, prendre son temps. E.M.

Les magnifiques conducteurs de la locomotive du "train des Mouettes" dans lequel une scène de "Chacun cherche son train" a été tournée

Les magnifiques conducteurs de la locomotive du « train des Mouettes » dans lequel une scène de « Chacun cherche son train » a été tournée

En plus d’être aboutie – malgré tous les événements qui auraient pu l’en empêcher, c’est une
oeuvre profonde, poétique, intelligente et esthétique, qui a su rassembler du beau monde, inspiré et captivant. Le train est un sujet en or, mais personne ne sombre dans la banalité.
La richesse du propos – vitesse – temps – ennui – progrès – nous conduit à de belles interrogations ( d’Illich à Virilio en passant par Fargue, Jarry, Baricco et même Gébé) et s’équilibre avec un choix savoureux de documents anciens. J’aime particulièrement certains partis-pris :
– la voix de la réalisatrice et son propos (l’écriture… inspirée… Ce « quelque part qui ne mène nulle part » nous conduit là où elle a choisi de nous emmener)
– les voix off, en particulier celle d’Hermine (belle à l’image et à entendre)
– la séquence de Pacôme tenant la partition de Jochen Gerner au trompettiste Médéric Collignon (superbe !)
– le cheminot qui parle de son métier avec amour et sans excès de nostalgie
– la ballade en « train longtemps » comme on dit à La Réunion (on lit l’émotion dans les yeux d’Hermine)
– le clin d’oeil au Western (encore Hermine et son foulard sur la bouche)
Les images sont belles et au service du propos. Excellent choix musical avec les cordes et le vent du violoncelle d’Ariane Issartel pour ressentir les vibrations de ce film. CHACUN CHERCHE SON TRAIN est un film qui nous fait avancer dans le besoin de ralentir ! A.B.

Une voix un peu magique et qui à elle seule est déjà invitation au voyage, celle de la réalisatrice…
Les trains, qu’ils soient à l’arrêt, en attente d’une prochaine course ou filant sous nos yeux… ont ce même pouvoir de nous emmener loin. Et l’on revit ici ces moments uniques, ceux de la solitude, quand le regard erre sur le paysage, abandonné à ses pensées. Ou un livre sur les genoux, de temps à autre on lève la tête pour voir ailleurs, un horizon plus vaste. Des trains qui invitent à la rencontre. Aller vers soi mais aussi vers l’autre. Connu, inconnu. Les conversations se prolongent. Sans cette vibration qui emporte, elles n’auraient pas vu le jour. On se surprend soi-même avant de surprendre l’autre. Les trains, invitation à suspendre le mouvement incessant de nos vies, tandis qu’eux s’animent et se hâtent à notre place. A.M.M.

Pascal Desmichel, géographe et fils de cheminot, dans "Chacun cherche son train"

Pascal Desmichel, géographe et fils de cheminot, dans « Chacun cherche son train »

Benoît Duteurtre, écrivain, dans "Chacun cherche son train"

Benoît Duteurtre, écrivain, dans « Chacun cherche son train »

UNE NOUVELLE PROJECTION DU FILM EN OCTOBRE !
Réservez votre billet de train pour Saint-Pierre des Corps !

Au mois d’octobre (le 11 octobre à 18 h 30) le film sera diffusé à Saint-Pierre des Corps, haut-lieu ferroviaire. Dominique Maugars, ancien cheminot de St Pierre des Corps, et que j’ai filmé dans « chacun cherche son train » sera bien sûr présent à mes côtés.

Dominique Maugars, ancien cheminot et cinéaste, à St Pierre des Corps, filmé pour le documentaire "Chacun cherche son train"

Dominique Maugars, ancien cheminot et cinéaste, à St Pierre des Corps, filmé pour le documentaire « Chacun cherche son train »

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Communes/Saint-Pierre-des-Corps/n/Contenus/Articles/2016/08/19/La-bibliotheque-est-deja-sur-les-rails-2813355

Voilà l’affiche de ce bel événement (du 16 septembre au 29 octobre) qui propose autour du titre « Des traits, des trains: le dessin ferroviaire », une exposition de dessins (Gébé, Dubreuil,Sochard), des rencontres et un film (« chacun cherche son train ») :

"des traits des trains" du 16 septembre au 29 octobre 2016 à St Pierre des Corps

« des traits des trains » du 16 septembre au 29 octobre 2016 à St Pierre des Corps

Pacôme Thiellement dans la salle du Cin'Hoche pour l'avant-première de "Chacun cherche son train" le 15 septembre 2016. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés

Pacôme Thiellement dans la salle du Cin’Hoche pour l’avant-première de « Chacun cherche son train » le 15 septembre 2016. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés

Dessin de Fred Sochard,  présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Dessin de Fred Sochard, présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Un épisode dessiné de "la petite halte" de GEBE, document de "la vie du rail" présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Un épisode dessiné de « la petite halte » de GEBE, document de « la vie du rail » présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Dans mon documentaire, Pacôme Thiellement évoque avec Hermine Karagheuz une scène au début du film « l’an 01 » (Jacques Doillon, Gébé, Alain Resnais et Jean Rouch)où le personnage déclare :

« et un jour ce train, et bien, je ne l’ai pas pris ! »

Pour revoir cette scène avec Gérard Depardieu :

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

MON “ Boris Pahor, portrait d’un homme libre ” A ETE PROJETÉ À PARIS EN AVANT-PREMIÈRE. Salle comble et enthousiasme général ! Je suis ravie !

Un portrait de Boris Pahor et de Fabienne Issartel, mars 2014, vu par Slobodan Obrenic

Un portrait de Boris Pahor et de Fabienne Issartel,en mars 2014, vu par Slobodan Obrenic à Ljubljana

VOILA UN ARTICLE DANS LE FIGARO LITTÉRAIRE DE CETTE SEMAINE (19 juin) DE THIERRY CLERMONT, QUI ÉTAIT PRÉSENT À LA PROJECTION DE MON DOCUMENTAIRE SAMEDI DERNIER !

Cliquez sur ce lien pour le lire :
─ìlanek B Pahor v FIGARO LITTERAIRE

Mes chers spectateurs au cinéma Saint-André-des-Arts samedi matin 14 juin 2014, venus rencontrer Boris Pahor dans mon film et en vrai ! Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

Mes chers spectateurs au cinéma Saint-André-des-Arts samedi matin 14 juin 2014, venus rencontrer Boris Pahor dans mon film et en vrai !
Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

A l'entrée dans la salle. De gauche à droite au fond : Pacôme Thiellement, Jacky Berroyer, Delfeil de Ton et sa femme Renée, nous saluent. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

A l’entrée dans la salle. De gauche à droite au fond : Pacôme Thiellement, Jacky Berroyer, Delfeil de Ton et sa femme Renée, nous saluent. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

l’affiche du film par Slobodan Obrenic.

Il reste encore quelques affiches imprimées « collectors » de l’événement… En faire la demande auprès de la réalisatrice (fabienne.issartel@wanadoo.fr)

Boris Pahor sur France Inter :
Vous pouvez réécoutez BORIS PAHOR SUR FRANCE INTER DANS LA MARCHE DE L’HISTOIRE du VENDREDI 27 JUIN DE 13 h 30 à 14 h :
http://www.franceinter.fr/emission-la-marche-de-l-histoire-le-temoin-du-vendredi-boris-pahor-de-l-autriche-hongrie-a-la-yougos

CLIQUEZ ICI POUR ÉCOUTER ET VOIR BORIS PAHOR AU PARLEMENT EUROPÉEN, FILMÉ ET MIS EN LIGNE SUR MON VIMEO IL Y A 7 MOIS :
http://vimeo.com/77903018

Boris Pahor et moi Fabienne à l'issue de la projection du documentaire, samedi 14 juin au cinéma Saint-André-des -Arts. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

Boris Pahor et moi Fabienne à l’issue de la projection du documentaire, samedi 14 juin au cinéma Saint-André-des -Arts.
Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

La PROJECTION EN AVANT-PREMIÈRE DU FILM “ Boris Pahor, portrait d’un homme libre ”, 98 minutes : c’était le samedi 14 juin 2014 à 11H15, au cinéma “ LE SAINT ANDRÉ DES ARTS ” !

Evénement organisé grâce au soutien de l’Ambassade de Slovénie, des éditions “ Pierre Guillaume de Roux “ et de“ La Table Ronde “.

EN PRÉSENCE DE BORIS PAHOR !

Boris Pahor et Liza Japelj de l'Ambassade de Slovénie, arrive au cinéma Saint-Adré-des Arts le 14 juin 2014

Boris Pahor et Liza Japelj de l’Ambassade de Slovénie, arrivent au cinéma Saint-Adré-des Arts le 14 juin 2014. Photo Patrice Issartel

Boris Pahor est reparti à Trieste chez lui dimanche.

Boris Pahor à son arrivée à Paris le 12 juin 2014 et Liza Japelj de l'Ambassade de Slovénie.

Boris Pahor à son arrivée à Paris le 12 juin 2014 et Liza Japelj de l’Ambassade de Slovénie.

L’annonce de la projection par le Nouvel Observateur :
http://bibliobs.nouvelobs.com/agenda/20140529.OBS8905/14-juin-2014-boris-pahor-portrait-d-un-homme-libre-75006.html

Et voilà des articles en slovène :

http://www.ljnovice.com/default.asp?podrocje=37&menu=37&novica=192654

http://www.rtvslo.si/kultura/drugo/svobodni-moz-boris-pahor-dan-drzavnosti-praznoval-s-slovenci-v-parizu/339479

Les articles reprennent des éléments du communiqué de l’Ambassade de Slovénie dont voilà une traduction :
Avant-première de Boris Pahor – portrait d’un homme libre à Paris
Samedi 14 juin 2014 au cinéma Le Saint-André des Arts à Paris le long-métrage documentaire de réalisatrice Fabienne Issartel sur la vie de l’écrivain slovène de Trieste a été projeté. Nombre de représentants de la République des Lettres sont venus honorer de leur présence Boris Pahor, venu tout spécialement pour l’occasion. Après la projection, le héros centenaire s’est adressé à la salle en disant que le thème n’était pas tant lui-même que les trois totalitarismes qui ont ravagé le XXème siècle. Il a insisté sur le rôle des déportés politiques qui, contrairement aux victimes de la Shoah, s’étaient retrouvés dans les camps pour actes de résistance et lutte pour la liberté.
Le film a été très bien reçu: un documentaire de l’avis général clair et bien documenté qui grâce au parti pris personnel de la réalisatrice est allé droit au cœur des spectateurs. Fabienne Issartel a réussi le défi d’englober en 98 minutes un siècle d’existence avec tous ses rebondissements, depuis l’incendie du Palais slovène de Trieste par les fascistes en 1920 jusqu’aux séjours dans divers camps de concentration nazis, le sanatorium et la résurrection par l’amour en France, la revue Le Golfe (éditée pendant 30 ans à Trieste, elle offrait un bol d’air à l’intelligentsia slovène) l’affaire Kocbek, la défense des langues régionales en Europe et jusqu’au dernier livre présenté à Ljubljana en 2012.
La réalisatrice française Fabienne Issartel qui tourne régulièrement des documentaires pour la télévision publique, s’est mise à partir de 2008 à suivre « comme une ombre » notre écrivain dans tous ses déplacements en France – écoles, soirées littéraires, festivals. Elle l’a visité à Trieste, a grimpé avec lui sur le Karst et au Mont Nanos, a suivi sa consécration à Ljubljana à la sortie de son livre Knjiga o Radi… Le résultat est un résumé frappant de la vie et de l’œuvre de l’auteur triestin. Par un heureux hasard, elle est venue chez lui à Trieste pour la première fois exactement le jour où le quotidien Repubblica a publié un grand article à son sujet, révélant aux Italiens non seulement l’homme et sa littérature, mais aussi l’existence d’une communauté slovène à leur frontière orientale. Le documentaire reprend les discours de Pahor sur les heures sombres de l’histoire slovène, en insistant sur le fascisme qui est né à Trieste et qui a fait ses premières armes en y terrorisant sa communauté, chapitre parfaitement inconnu pour le public français. La caméra l’a suivi lors de sa visite au Centre européen du déporté politique sur le site du camp alsacien de Natzweiler-Struthof. La réalisatrice retourne souvent au passé, expliqué à l’aide des cartes pour plus de clarté, sur la place Oberdan, lieu d’incendie du Palais slovène par les chemises noires, moment où la vie du petit Boris a basculé. Elle a enregistré sur la pellicule la dernière partie de la vie de Pahor, période où l’écrivain localement connu se métamorphose en ambassadeur européen de la mémoire, de la justice, de l’éthique, mais aussi de l’amour. Ainsi, le documentaire accède au statut de testament, légué en plus de sa littérature aux générations futures.
A la matinée de samedi, bien de ses collègues écrivains, journalistes et éditeurs ont répondu présents pour rendre hommage au doyen des Citoyens européens: Christiane Hessel, veuve de Stéphane, auteur d’Indignez-vous et camarade de Boris dans le camp de Dora, Sylvestre Clancier, le président d’honneur du PEN français, Pierre-Guillaume de Roux, Delfeil de Ton, René de Ceccatty, Raphael Sorin, Thierry Clermont, Elisabeth Barillé, Pacôme Thiellement… Se sont déplacés également le photographe Evgen Bavcar, le philosophe Edvard Kovač et la famille Pilon au grand complet, les descendants du Montparnos slovène Veno Pilon, chez qui Boris avait trouvé son premier refuge à Paris aux temps jadis. Le centenaire triestin a donné également quelques entretiens, au Figaro, à la Revue des Deux Mondes et à Cassandre.
Le communiqué officiel de l’Ambassade de Slovénie

Les retrouvailles de Boris Pahor et de Blandine de Caunes des éditions Phébus. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

Les retrouvailles de Boris Pahor et de Blandine de Caunes des éditions Phébus. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

L'écrivain Boris Pahor chez lui à Trieste en 2009

L’écrivain Boris Pahor chez lui à Trieste en 2009

Une signature des ouvrages de Boris Pahor a eu lieu à l’issue de la projection ! Boris Pahor a dédicacé sans relâche une centaine d’ouvrages pendant 3 heures, sans boire ni manger

Boris Pahor dédicace un de ses ouvrages à Christel Baras au bistrot Saint André le 14 juin 2014. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

Boris Pahor dédicace un de ses ouvrages à Christel Baras au bistrot Saint André le 14 juin 2014.
Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

Vous pouvez commander les livres de Boris Pahor auprès de Xavier de Marchis, de la librairie « Contretemps », rue Clerc qui était présent à l’avant première du documentaire sur Boris.

Boris Pahor signe son dernier ouvrage paru en France aux éditions Pierre Guillaume de Roux. Le 14 juin 2014 au bistrot Saint André. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

Boris Pahor signe son dernier ouvrage paru en France aux éditions Pierre Guillaume de Roux. Le 14 juin 2014 au bistrot Saint André.
Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés.

Boris Pahor et Cristina firla le 14 juin au bistrot Saint André. Photo François Carton.

Boris Pahor et Cristina firla le 14 juin au bistrot Saint André.
Photo François Carton.

Boris Pahor dédicace ses livres à de très jeunes lecteurs à Nantes

Boris Pahor dédicace ses livres à de très jeunes lecteurs à Nantes en 2009

Un verre de l’amitié a été servi pendant les signatures grâce à l’aimable concours de Mme Marjana Gult.
Un grand merci à elle !

Madame Marjana Gult

Madame Marjana Gult au bistrot Saint André

Cliquez ici pour visualiser le flyer officiel de l’événement :

avant-première Boris Pahor Paris

L'artiste Evgen Bavcar et Andrée Lück-Gaye, traductrice des principaux ouvrages de Boris Pahor, à la sortie de la projection du 14 juin.

L’artiste Evgen Bavcar et Andrée Lück-Gaye, traductrice des principaux ouvrages de Boris Pahor, à la sortie de la projection du 14 juin.

HISTOIRE D’UN HOMME & HISTOIRE D’UN FILM !

Boris pahor a enlevé ses lunettes pour consulter son vieux dictionnaire italien/slovène qui date du temps du fascisme.

Boris pahor a enlevé ses lunettes pour consulter son vieux dictionnaire italien/slovène qui date du temps du fascisme.

“ Le documentaire « Boris Pahor, portrait d’un homme libre » donne la parole au grand écrivain slovène de Trieste, Boris Pahor, qui aura bientôt 101 ans. Cet européen humaniste, rescapé des camps, et qui a traversé le siècle, nous livre dans ce film sa vision d’un monde où, pour gagner sa liberté, il a dû sans arrêt lutter contre les totalitarismes qui ont croisé sa vie. Tout commence à Trieste en 1920 quand il voit enfant les “ Chemises Noires “ de Mussolini mettre le feu à la Maison de la Culture Slovène tout près de chez lui. Puis on lui interdit de parler sa langue slovène. Le petit Boris doit devenir italien de force. Ce traumatisme sera le moteur de son existence. Toute fumée ensuite, et jusqu’aux rougeoiements le soir dans le ciel de Trieste, lui rappelleront sans cesse que l’incendie lui a volé son âme. C’est avec la culture justement et sa machine à écrire qu’il participe auprès des siens – les Slovènes – à la résistance contre le fascisme, le nazisme, puis plus tard, le communisme de Tito. Il sera conduit pour cela, après 43, dans les camps nazis. Interné entre autre en France au camp du Struthof, il ne devra sa survie qu’à sa capacité à parler de nombreuses langues étrangères et notamment l’allemand. Son récit des camps, « Pèlerin parmi les ombres », publié d’abord en France en 90, est souvent comparé à celui de Primo Levi “ Si c’est un homme “. De retour à Trieste, après la guerre, il dirige une revue littéraire engagée – “ Zaliv “ ( Le Golf ) – qui est acheminé clandestinement vers la Yougoslavie, redonnant du souffle à ceux auxquels on a muselé la parole derrière le rideau de fer. Il paye cher sa liberté. Boycotté d’un côté en tant que slovène par les intellectuels de la communauté italienne de Trieste, il est aussi interdit de séjour de l’autre, par la Slovénie de Tito. Il passe ainsi une grande partie de son existence dans l’anonymat. Professeur de littérature italienne pour gagner sa vie, il poursuit pourtant inlassablement son travail d’écrivain dans la cave de sa maison ou dans la solitude du plateau du Karst.

Boris Pahor et sa chère machine à écrire !

Boris Pahor et sa chère machine à écrire !

“ Reconquérir dans ma langue mon pays : c’est la première liberté que je me suis donnée ! “, dit Boris Pahor. En 2008, après voir lu ses ouvrages traduits en français, je décide d’aller lui rendre visite chez lui à Trieste. Je suis tout de suite fascinée par son étonnante énergie ! Boris Pahor me raconte alors son histoire, par bribes, dans un excellent français. Au récit de sa vie se superpose naturellement, l’autre histoire : celle de nos rencontres entre 2008 et 2013. Je filme souvent seule, persuadée que je dois faire ce film. Que ce soit avec Stéphane Hessel à Paris, au camp du Struthof dans les Vosges, chez lui à Trieste, ou à Bruxelles pour la remise d’une médaille du Citoyen Européen, Boris Pahor est toujours le même, préoccupé de vérité et de justice.

Boris Pahor et Raphaël Sorin à Nantes en 2009

Boris Pahor et Raphaël Sorin à Nantes en 2009


C’est un message de mémoire qu’il nous donne, mais aussi d’amour pour l’humanité. Car il aime à dire que l’amour l’a sauvé de tout. Son amour pour les femmes, pour « la Femme », transparaît partout dans son oeuvre dans des pages très sensuelles. Son amour pour la vie se lit aussi en direct, dans ses yeux irradiant d’une lumière étrange, quand il aborde à la fin du film dans la brume au sommet du Nanos, l’idée de sa propre disparition. Vivre en homme libre rendrait-il immortel ? »
La réalisatrice.

Boris Pahor au bistrot Saint André après la projection du documentaire "Portrait d'un homme libre", le 14 juin 2014. Une expression rare de mon héros saisie par l'immense photographe Arnaud Baumann. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés

Boris Pahor au bistrot Saint André après la projection du documentaire « Portrait d’un homme libre », le 14 juin 2014. Une expression rare de mon héros saisie par l’immense photographe Arnaud Baumann.
Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés

Boris Pahor et Fabienne Issartel : Un grand moment de tournage en haut du mont Nanos en Slovénie

Boris Pahor et Fabienne Issartel : Un grand moment de tournage en haut du mont Nanos en Slovénie

Ce film existe enfin grâce à l’engagement complice de professionnels qui croient, comme moi, à la portée universelle du message porté par la parole de cet homme qui a traversé le siècle en homme libre.
Nous avons aujourd’hui bien besoin de son message pour mieux construire notre Europe !

Montage : Slobodan Obrenic, Mixage : Rémi Bourcereau, Etallonnage : Thomas Bertay
Textes littéraires de Boris Pahor dits par Marcel Bozonnet

Et aussi :
Merci à Marine Tadié, Christophe Dumay, Guylène Brunet et Brand Ferro pour m’avoir aidé à filmer.
Merci à Yves Laisné, Philippe Lemenuel et Eric Thébault pour le son.
Merci à Sophie Faudel.
Merci au comédien Marcel Bozonnet pour m’avoir dit « OUI » tout de suite pour l’interprétation des voix off littéraires du film.
Merci à Thomas Bertay pour m’avoir donné accès aux équipements de Sycomore Films.
Merci à Pacôme Thiellement et à Arnaud Baumann pour leur soutient permanent.
Merci à Sylvie Goubin qui m’a accompagnée au camp du Struthof.

L'ingénieur du son et mixeur Rémi Bourcereau (à gauche)  et Slobodan Obrenic (monteur et graphiste) pendant le mixage du film devant les locaux de Sycomore Films.

L’ingénieur du son et mixeur Rémi Bourcereau (à gauche) et Slobodan Obrenic (monteur et graphiste) pendant le mixage du film devant les locaux de Sycomore Films.

Thomas Bertay chez lui à Sycomore Films, a réalisé l'étallonnage du film. Photo Arnaud Baumann.

Thomas Bertay chez lui à Sycomore Films, a réalisé l’étallonnage du film. Photo Arnaud Baumann.

Les textes littéraires des oeuvres de Boris Pahor en voix off dans le film sont dîts par le magnifique comédien Marcel Bozonnet. Merci à lui !   Photo tous droits réservés.

Les textes littéraires des oeuvres de Boris Pahor en voix off dans le film sont dîts par le magnifique comédien Marcel Bozonnet. Merci à lui !
Photo tous droits réservés.

la réalisatrice Guylène Brunet m'a prêté main forte ici pour le tournage de la rencontre Boris Pahor et Stéphane Hessel, et m'a accompagné à Bruxelles pour la remise à notre héros de la médaille du citoyen européen.

la réalisatrice Guylène Brunet m’a prêté main forte ici pour le tournage de la rencontre « Boris Pahor – Stéphane Hessel », et m’a accompagnée à Bruxelles pour la remise à notre héros de la Médaille du Citoyen européen en 2013.

L'équipe de Petra Pan film production m'a aidé pour un tournage à Trieste en 2009. A gauche le directeur de la photo Brand Ferro. A droite son frère Pablo. De dos à droite : la réalisatrice Petra Seliskar.

L’équipe de Petra Pan film production de Ljubljana m’a aidée pour un tournage de Boris Pahor à Trieste en 2009. A gauche le directeur de la photo Brand Ferro. A droite son frère Pablo. De dos à droite : la réalisatrice Petra Seliskar.

La directrice de la photo Marine Tadié filme Boris Pahor et Antonia Bernard dans le train entre Melun et Paris en 2009.

La directrice de la photo Marine Tadié filme Boris Pahor et Antonia Bernard dans le train entre Melun et Paris en 2009.

La photographe Sylvie Goubin m'a accompagnée pendant quatre jours lors de mon tournage au camp du Struthoff dans les Vosges en novembre 2009. Photo Sylvie Goubin.

La photographe Sylvie Goubin m’a accompagnée pendant quatre jours lors de mon tournage au camp du Struthoff dans les Vosges en novembre 2009. Photo Sylvie Goubin.

L'ingénieur du son Yves Laisné à gauche), les directeurs de la photo Christophe Dumay (au centre) et Marine Tadié (à droite) au théâtre de l'Odéon pour la rencontre Imre Kertesz Boris Pahor en janvier 2009.

L’ingénieur du son Yves Laisné (à gauche), les directeurs de la photo Christophe Dumay (au centre) et Marine Tadié (à droite) au théâtre de l’Odéon pour la rencontre « Imre Kertesz – Boris Pahor » en janvier 2009.

ON PARLE DE BORIS PAHOR DANS TOUTE L’EUROPE !

Boris Pahor et la tasse de café le 14 juin 2014 au Bistrt Saint André. Photo Laurent Charpentier.

Boris Pahor et la tasse de café le 14 juin 2014 au Bistrt Saint André. Photo Laurent Charpentier.

ITALIE :
Le 14 juillet 2014 :
http://cultura.panorama.it/libri/pahor-shoah-letteratura-bompiani-trieste

http://www.spoletonline.com/?page=articolo&id=148475

ALLEMAGNE :
http://www.welt.de/kultur/literarischewelt/article129539291/Europa-ist-Antwort-auf-Problem-der-Nationalitaet.html

SLOVENIE : un article de la télévision slovène qui relate son passage récent en Allemagne et aussi la projection parisienne.
http://www.rtvslo.si/kultura/drugo/boris-pahor-gost-spominske-razstave-o-slovenskih-zrtvah-fasizma/340341

ESPAGNE :
http://blogs.cadenaser.com/como-esta-el-mundo/boris-pahor-102-anos-en-la-ser-hay-que-terminar-con-los-nuevos-campos-de-concentracion-o-vamos-otra-guerra-mundial/330

Boris Pahor aime les femmes et elles le lui rendent bien. Photo Laurent Charpentier.

Boris Pahor aime les femmes et elles le lui rendent bien. Photo Laurent Charpentier.

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , ,