Archives de Tag: rock’n roll

FRANCIS VADILLO EST PARTI : « tout ce que l’arbre a dit dans son médaillon marque notre blessure » CE 17 JANVIER, SON FILM UNDERGRONDE A ETE PROJETÉ À PARIS DANS SA VERSION LONGUE SOUS-TITRÉE !

Francis Vadillo pour la présentation de son film "UnderGronde" au Festival International de Bande Dessinée d'Antouleme le 31 janvier 2014. Photo Arnaud Baumann.

Francis Vadillo pour la présentation de son film « UnderGronde » au Festival International de Bande Dessinée d’Antouleme le 31 janvier 2014. Photo Arnaud Baumann.

Francis Vadillo, mon bel et tendre ami, mon collègue aussi, n’est plus.
C’était un grand documentariste. Pour ses deux derniers films, il avait été demandé dans toute l’Europe pour des projections : une vie à sa mesure, celle d’un rocker en tournée…
Rocker, il l’était dans sa chair,totalement, esthète des références les plus confidentielles et aussi magnifique danseur tout à coup, sachant donner son corps à la vie.

Nous partagions ensemble cet adage :
« Quand la vie n’est plus désespérément gaie, elle est heureusement triste. »

SAMEDI 17 JANVIER QUELQUES 80 PERSONNES SE SONT RENDUS À LA PROJECTION DE LA VERSION LONGUE DE SON DERNIER FILM UBDERGRONDE (SOUS-TITRÉE EN ANGLAIS) DANS LE CADRE DE LA PROGRAMMATION DE LA DEUXIÈME ÉDITION DE LA FÊTE DU GRAPHISME.

A ECOUTER D’URGENCE. C’EST FRANCIS QUI PARLE D’UNDERGRONDE SUR DIVERGENCE FM !
Eric Arnaud que je ne connais pas a envoyé ce lien sur le site facebook Adios Amigo Francis Vadillo. On peut y entendre la voix de Francisco parlant de son dernier film UnderGronde et retrouver son bel esprit.

Cliquez sur ce lien :

Il faut aussi aller voir l’ambitieuse exposition Underground à la Cité Nationale des Arts jusqu’au 8 février. Francis aurait été fou de joie de ce beau travail !

Articles « fête du graphisme » :

http://www.telerama.fr/scenes/la-liberte-d-expression-est-a-l-expo-underground,121721.php

http://www.fetedugraphisme.org/evenement/underground-revues-alternatives-une-selection-mondiale-de-1960-a-aujourdhui/

http://next.liberation.fr/arts/2015/01/15/fete-du-graphisme-paris-se-mobilise_1181555

UNDERGRONDE DE FRANCIS VADILLO SAMEDI  17 JANVIER PROJETE À PARIS DANS SA VERSION LONGUE

UNDERGRONDE DE FRANCIS VADILLO SAMEDI 17 JANVIER PROJETE À PARIS DANS SA VERSION LONGUE

Le calendrier des manifestations :
http://www.fetedugraphisme.org/calendrier/

Un hommage à Francis dans le Magazine LM qui vient de paraître. C’est page 77. Le lien :
http://fr.calameo.com/read/00270841148cafe48d50f

Nous nous étions connus en travaillant pour un magazine culturel de France 3 : « j’ai pas sommeil ».
Il n’avait jamais sommeil d’ailleurs. On pouvait l’appeler à toute heure au milieu de la nuit, et il prétendait toujours ne pas avoir été réveillé… C’était tout lui : cette exquise délicatesse.
Il était beau. Il était beau parce qu’il n’avait pas peur d’être lui-même, toujours concentré pour trouver le mot juste qui ne le trahirait pas.C’était ça son éclat. Cette volonté de se respecter totalement. Ainsi, des amis il en avait, et dont le coeur saigne aujourd’hui.
Difficile de réaliser que nous n’aurons plus son aquiescement amusé à nos étranges fantaisies !
Il habitait Montpellier, mais aussi le pays basque où était sa famille, et aussi Sète avec son amoureuse. Sète : sans doute une de ses villes préférées au monde.
Souvent nous avons écouté la « Supplique » ensemble (ci-dessous) :

Supplique pour être enterré à la plage de Sète – Georges Brassens – YouTube

« Les morts cachés sont bien dans cette terre
Qui les réchauffe et sèche leur mystère.
Midi là-haut, Midi sans mouvement
En soi se pense et convient à soi-même
Tête complète et parfait diadème,
Je suis en toi le secret changement. »

Paul Valéry, le Cimetière marin

Francis Vadillo et Pacôme Thiellement pour la projection  à Paris de son film "Matt Konture, l'éthique du souterrain". Photo Arnaud Baumann.

Francis Vadillo et Pacôme Thiellement pour la projection à Paris de son film « Matt Konture, l’éthique du souterrain ». Photo Arnaud Baumann.

Son dernier film « UnderGronde » est un voyage initiatique à travers l’Europe du fanzinat, du graphzine et de la micro-édition, un documentaire en totale immersion dans les lieux de l’underground actuel, produit par Pages & Images et France 3 Poitou-Charentes
Après avoir été un activiste du rock (organisation de concerts, émissions de radio…), Francis participe à des fanzines, au mouvement des radios pirates (avant la légalisation) et à plein d’autres trucs, curieux des arts plastiques et fervent amoureux de la poésie.
Son avant-dernier documentaire « Mattt Konture, l’éthique du souterrain » est une splendeur.

Pour visionner « UnderGronde », cliquez sur ce lien :

Un interview de Francis à propos de son film « l’éthique du souterrain »:

http://montpellierblog.wordpress.com/2012/01/02/francis-vadillo/

Francis Vadillo

Francis Vadillo

DERNIER ADIEU À MONTPELLIER
Vendredi à 11h30 nous avions rendez-vous au complexe funéraire de Grammont pour une cérémonie d’une heure.Puis nous nous sommes tous retrouvés à Figuerolles pour un moment de grâce plein de chaleur et d’énergie.

Le flyer pour Francis Vadillo, le 5 décembre 2014

Le flyer pour Francis Vadillo, le 5 décembre 2014

Les cendres de Francis ont été inhumées à Tarnos dans son Pays Basque, dans le caveau familial mercredi 10 décembre à 11h30.

Les articles pour Francis dans la presse de montpellier :

http://www.lagazettedemontpellier.fr/actu-28165/obseques-du-realisateur-francis-vadillo-ce-vendredi-5-decembre

Francis vadillo alias Shock Corridor a tiré sa révérence. Article dans le midi libre.

Francis vadillo alias Shock Corridor a tiré sa révérence. Article dans le midi libre.

MORT
« Ce qui fait peur dans la mort, ce n’est pas la mort, mais l’idée que même mort, on garde la conscience. Conscience unique dont l’exercice se résume à réaliser éternellement qu’on est bien mort. C’est ça l’enfer ! Conserver cette conscience à l’infini. Il faut aider nos morts à perdre conscience. » (Fabienne Issartel)

The Cramps – Tear it Up – Urgh! A Music War

Francis Vadillo en 1991. Image issue d'un film réalisé par Joël Jacobi.

Francis Vadillo en 1991. Image issue d’un film réalisé par Joël Jacobi.

Raoul Vaneigem – La Vie S ecoule, La Vie S enfuit – avec sous-titres – subtitles

Et encore un petit poême pour toi Francisco :

Le bruit et l’eau
viennent inonder le couloir
rouge et bleu

Je ne peux cesser de prendre
ce chemin
pierres et cristal
crissent
dans l’attente

Tout ce que l’arbre
a dit
dans son médaillon
Marque notre blessure

(pour Francis – F. Issartel)

Racines dans ma cuisine 1. Pour Francis Vadillo - photo F. Issartel

Racines dans ma cuisine 1. Pour Francis Vadillo – photo F. Issartel

Racines dans ma cuisine 2. Pour Francisco - photo F. Issartel

Racines dans ma cuisine 2. Pour Francisco – photo F. Issartel

Et encore – j’allais oublier -, il était le roi de la piperade, pas mauvais du tout à la pétanque, l’ami de Pascal Comelade, et surement un très bon amant…
Que de facettes pour un seul homme !

Le « Tango Rossello » de Comelade

Toutes mes pensées à sa famille : sa mère qui a vécu « Guernica » à Guernica, et ses deux soeurs.

Francis Vadillo en août 2009 au café de la plage à Ondres, pays basque.

Francis Vadillo en août 2009 au café de la plage à Ondres, pays basque.

PACÔME THIELLEMENT PARLE DE FRANCIS VADILLO, DE NOTRE AMITIE INDEFECTIBLE. TEXTE LU LORS DE L’HOMMAGE QUI A ETE RENDU À MONTPELLIER POUR SES OBSEQUES.

Francis Vadillo et moi, nous ne nous sommes pas vus si souvent. Mais à chaque fois que nous nous sommes vus, nous étions des amis évidents, perdus et retrouvés. Lui avec son perfecto de rocker, moi avec ma barbe de pope, nous étions deux personnes très différentes qui avions toujours vécu au milieu de choses analogues et qui parlions le même langage. Qu’il me parle de son amour du « Mont tout-est-lié » ou de Nietzsche, des albums des Beasts of Bourbon, du cinéma de Fassbinder ou de l’histoire de l’anarchie, Francis était une force d’intelligence et de sensibilité, de pudeur et d’intégrité rare. C’était un type digne et droit, avec une voix douce mais une pensée claire, qui savait penser par lui-même et faire de ses pensées des actes. Ces actes étaient devenus des films, et quels films : L’éthique du souterrain, Undergronde… Un cinéma qui épousait l’histoire d’une des plus belles poussées artistiques de notre continent : le comix, le fanzinat, l’auto-édition, l’artisanat, l’amour du dessin, du trait, de l’art, bref : la grande aventure héroïque de notre temps. Un cinéma qui réussissait à être à la fois sobre et percutant, clair et intense, plein d’ombres, de lumières, de sons et de vie.
Grâce à Francis, avec Francis, j’ai retrouvé Mattt Konture que je n’avais pas revu depuis des dizaines d’année. C’était au festival Sismic en Suisse, dans un coin de forêt à l’écart des expositions, sous les arbres et sans ma barbe – on était filmé par Francis tous les deux. C’étaient de vraies retrouvailles malgré la caméra, et on se racontait des vieux souvenirs de grande jeunesse – on évoquait le Paris des années 80 et Galopu, alors qu’il y avait Julie Doucet juste à côté de nous, mais pas dans l’image, hors champ, en observatrice… Le soir même, Jean-Christophe Menu faisait le DJ et je voyais Francis danser comme un beau diable sur Pet Cemetary – sur la terre battue du Sierre alternatif, avec une électricité extraordinaire, et ces mouvements de danse qui ne s’improvisent pas mais se retrouvent dans la transe. Soudain, Francis était le cinquième Ramone.
Grâce à Francis, avec et sans Francis, j’ai rencontré une de mes meilleures amies : Fabienne Issartel. On pourrait presque dire que nos âmes se sont retrouvées grâce à lui. Il a préparé, organisé notre amitié, nous a mutuellement donné rendez-vous à distance. Il nous a dit : rencontrez-vous, et, un Samedi après-midi, on l’a fait. On a dû se descendre une bouteille et demi de vin blanc en parlant de tout et de n’importe quoi et en riant énormément. Depuis, on ne s’est pas beaucoup quitté. Quand Francis venait à Paris, on se voyait au moins tous les trois – dans des soirées de longue dérive qui pouvait partir des Oiseaux à Pigalle, passer par le Gin Go Gae rue Lamartine, la rue Richer, la place de la Bourse, Réaumur-Sébastopol ou la place de la République, la place des Vosges où on ne peut pas s’empêcher d’y tourner comme autour d’une Mecque, pour finir place du Bourg-Tibourg… De quoi on parlait tous les trois ? De tout, un peu. Des confidences, des évidences, des paradoxes ponctués d’éclats de rire.
« Nous avons notre ami en nous désormais, a dit Jean-Christophe Menu quand Francis est parti : et comme il fut parmi les vrais et parmi les purs, nous n’allons pas le décevoir. Il y a maintenant un peu plus d’anarchisme en nous, un peu plus d’Espagne, un peu plus de punk, un peu plus de
révolution ! »
Oui, mais quand même, je veux nous imaginer encore une fois dans une dérive à Paris, tous les trois avec Fabienne, les alcools nous éclairent mais ne nous enivrent pas, la marche nous réchauffe mais nous ne épuise pas, nous tournons autour d’une place qui se met à tourner sur elle-même, la lune se rapproche et s’éloigne alternativement, et il n’y a pas de fin.

Pacôme Thiellement

Des petits dessins évidemment tout près du cercueil de Francis

Des petits dessins évidemment tout près du cercueil de Francis

Le message de sa famillille reçu après la cérémonie de Tarnos :

« Les soeurs de FRANCIS, et ses beaux-frères, ont été extrêmement touchés par les hommages chaleureux et élogieux que vous tous, ses amis, collaboratrices, collaborateurs, et partenaires professionnels, lui avez rendu à Montpellier, vendredi 5 décembre, et vous remercient beaucoup pour tous ces témoignages; aujourd’hui, FRANCIS a été inhumé dans le caveau familial de sa ville natale, Tarnos, accompagné des textes très émouvants de Marie-Christine et de sa petite nièce Inès, mais aussi de la musique de son ami Pascal Comelade, lui rendant ainsi un dernier hommage, entouré de sa famille et d’amis d’enfance et d’adolescence.
Grâce à vous tous, l’immense peine qui nous assaille a été adoucie par tous les signes de profonde affection adressés à FRANCIS, et que ses amis proches, en nous entourant, ont su nous transmettre. Vraiment, merci.
Maryse, Violette, Jacky, Michel »

Le dessinateur Matt Konture rend hommage à son ami Francis  avec l'inspiration souterraine de sa guitare

Pendant la soirée dédiée à Francis à l’Atelier Nord de Figuerolles,le dessinateur Matt Konture rend hommage à son ami Francis avec les flots souterrains des larmes de sa guitare

EMOUVANT MOMENT SAMEDI 17 JANVIER À LA PROJECTION DE LA VERSION LONGUE DE SON FILM UNDERGRONDE AU MUSÉE DES ARTS DECORATIFS À 17 h

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , ,