Archives de Tag: Xavier Franchomme

Mon documentaire « CHACUN CHERCHE SON TRAIN » A ETE REDIFFUSÉ ce 30 JUIN sur les chaînes de France 3 Nouvelle Aquitaine, la veille de l’inauguration de l’InOui !

Ce 1er juillet 2017 a été inaugurée la toute nouvelle ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Paris Bordeaux. Notre nouveau président n’était pas à bord finalement (mais aux obsèques d’Helmut Kohl à Strasbourg), mais Nicolas Hulot et Elisabeth Borne ont fait le voyage. Le train est arrivé avec 2 minutes 35 » d’avance. Bravo ! Pour revoir l’émission spéciale de France 3 Nouvelle-Aquitaine relatant l’arrivée historique de ce premier train cliquez sur ce lien :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux-metropole/bordeaux/emission-speciale-arrivee-du-premier-train-ligne-grande-vitesse-paris-bordeaux-1288193.html

Demain ce TGV qui s’appellera maintenant InOui, accueillera les premiers voyageurs. On pourra alors rejoindre Bordeaux de la capitale à 320 kms/h en 2 h et 4 minutes (contre 3 heures 14 précédemment). La proximité de cet événement après les travaux gigantesques engagés pendant au moins 4 ans, avait été le prétexte de ma réflexion pour imaginer la narration du documentaire CHACUN CHERCHE SON TRAIN, autour de l’idée de la vitesse, de la lenteur, du temps, et du progrès.

François Abdelnour, réalisateur, à gauche, et Klavdij Sluban, photographe, à droite, cherchent leur train dans un wagon immobile… Voyageurs de « Chacun cherche son train » de Fabienne Issartel

Lire le bel article de Rosa Moussaoui à propos de mon documentaire paru ce 30 juin dans l’Humanité via ce lien :

http://www.humanite.fr/entre-les-rails-en-quete-de-nouveaux-horizons-638282

Le film a été rediffusé ce 30 juin sur les chaînes France 3 de Nouvelle Aquitaine.Merci pour vos messages chaleureux qui attestent de cette passion infinie et étrange que tout un chacun nourrit toujours aujourd’hui pour le chemin de fer !

Vous avez pu le regarder en direct à la télévision (Bordeaux, Poitiers, Limoges), ou alors mieux, directement sur votre ordinateur, en cliquant sur ce lien qui nous permet d’être en quelques secondes à Bordeaux, Poitiers ou Limoges, et donne enfin tout son sens à la télévision régionale. Un autre voyage en temps réel !

Voilà ce lien de France 3 Nouvelle Aquitaine (une fenêtre s’ouvre et vous assistez au direct de 3 régions) :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/tv/direct/aquitaine

L’affiche du documentaire « chacun cherche son train » de Fabienne Issartel

Que d’avancées depuis 1829 où la fameuse « Rocket » de George Stephenson fit sensation, circulant à Rainhill en Angleterre à 59 kms/h devant un public médusé et effrayé.
24 ans plus tard, en 1853, quatre trains reliaient quotidiennement Paris à Bordeaux, le train le plus rapide effectuant alors le parcours en plus de treize heures…
Pourquoi aller plus vite ? Que faire de « ce temps gagné sur le temps » ? Dans nos trains toujours plus performants les usagers seront-ils encore de vrais voyageurs ?

Travées de chemin de fer à la gare du Puy en Velay avant les travaux de 2017

Le film « CHACUN CHERCHE SON TRAIN » : une réflexion sur le temps

« Immobiles devant les fenêtres du train, nos écrans de cinéma, ou ceux des ordinateurs, nous regardons défiler ce monde en pleine mutation. « Les écrans sont ces miroirs du temps qui annulent l’horizon » dit Paul Virilio, le grand penseur de la vitesse. « Alors, comment retrouver un rythme propre, notre petit tempo battant, au coeur de cette accélération inéluctable ? », se demandent les protagonistes du film, passagers en quête de sens sur le chemin furtif de la vie, et dont le train devient ici la métaphore. Un « film promenade » pour croiser dans les baies vitrées, les reflets tremblants de nos âmes, qui, le temps du film, sont « le paysage » mouvant du voyage. Où vont-ils tous ? Eux ? Moi ? Où allons-nous ? « Chacun cherche son train ». Un film en marche, dans lequel l’homme et la machine cherchent désespérément à s’aimer.
Un film pour « refaire le monde » à notre image ! »

Image : Marine Tadié – son : Olivier Vieillefond – Montage : Xavier Franchomme –
Musique originale : Ariane Issartel – Une coproduction MARMITAFILMS/FRANCE TELEVISIONS
AVEC LES VOYAGEURS : Hermine Karagheuz, Pacôme Thiellement, Médéric Collignon, François Abdelnour, Klavdij Sluban, Benoît Duteurtre, Dominique Maugars, Marc Armengaud, Denis Brochard, Denis Sire, Yves Belaubre, Lola Salès, Pascal Desmichel, Julien Rapegno, Jean-René Malivert, Dominique Olivier, Michel Prioux et Rémi Sagot.
L’ouvrage « Grande vitesse » de Jochen Gerner, les arrangements pour orgue d’Antoine Bitran, les dessins de Ferdinand Dubreuil, les textes d’Alessandro Baricco.

(Retrouvez les visages des personnages du film dans l’article du 5/07/16 sur ce site)

La petite gare de La Ciotat où les frères Lumière ont tourné les premières images du cinéma n’a guère changée.

IL N’Y A PAS DE POUVOIR SANS VITESSE

La vitesse du train a fasciné les populations, fascination qui se rapproche étrangement de celle que nous avons pour le cinéma. La fenêtre du train est sans doute le premier écran de cinéma. Nous avons l’impression que le paysage y défile, alors qu’en réalité, le mouvement est dans la machine. Au cinéma, c’est pareil. Il n’y a que des photogrammes immobiles qui se succèdent, l’un après l’autre, grâce au mouvement d’une machine : le projecteur. Notre internet procède de ce même mouvement qui semble reproduire le réel, mais qui est en fait régi lui aussi par une machine. C’est un flux de données numériques – et donc échantillonnées, discontinues et circulant d’un point à l’autre à travers des câbles qui constituent un réseau semblable à celui d’un réseau ferroviaire. Marcello Vitali Rosati, professeur de Littérature et de culture numérique à l’Université de Montréal déclare d’ailleurs dans une de ses conférences :
« le train est l’ancêtre d’internet » !

Gare du Puy en Velay, « départ », photo F. Issartel

Il y a eu pour chacun de nous un premier voyage en train. Je veux dire seul… Un voyage d’émancipation. Le mien eu lieu peu après avoir eu mes 15 ans !
J’habite à ce moment-là dans la petite ville du Puy en Velay. C’est la fin de l’été. Je vais voir mon frère à Lyon. Le voyage de 135 kms dure 2 heures car le train s’arrête dans toutes les gares. La gare du Puy, un terminus, est presque déserte ce jour-là. Partir pour la première fois d’un terminus c’est étrange ! Mais d’un terminus on va forcément quelque part.
Le chef de gare que je surveille accoudée à la fenêtre, fenêtre qui s’ouvre encore à cette époque, siffle le départ de mon aventure. Un voyage en train démarre toujours au son d’un coup de sifflet. L’heure, c’est l’heure, et c’est encore et toujours le chef de gare, avec son tout petit sifflet, qui décide de notre départ. Le coup de sifflet doit être puissant, sec, déterminé. On doit l’entendre à l’autre bout du train.
Chaque départ me rappellera ensuite celui-là : le premier. Un moment flottant où tout se dissout, où s’entremêlent les bribes du passé proche de ce quai, avec la promesse vague d’une arrivée à destination dont on est plus responsable. L’esprit peut vaquer sans entraves. On glisse. On se laisse aller à cette extase cinétique dans ce huis-clos avec la machine.
Oui, je me souviens bien de cette drôle de sensation où je réalisais tout à coup :
« tiens, j’ai tout mon temps ! »

Dans le train entre Le puy en Velay et firminy

Pour que le train puisse passer là, des hommes avaient dû travailler dur et parfois au péril de leur vie. Il avait fallut trouer les montagnes, construire des ponts et élever des murs pour que ce gros jouet puisse, en surplomb de la vallée sinueuse et profonde de la Loire naissante, nous procurer des sensations.

La vallée sauvage de la Loire naissante vue du train entre Le Puy en vêla et firminy, photo F. Issartel

Après avoir dépassé Firminy, j’arrivais enfin à Saint-Etienne.
En 74, St-Etienne est une ville noire comme du cirage. Ce sont les derniers sursauts de l’ère industrielle : celle du charbon qui a vu naître le train ! Ces hangars immenses aux verrières cassées qui longent la voie de part et d’autre ne savent pas encore qu’ils deviendront les cathédrales du nouveau monde. Leurs toitures rouillées se plissent à perte de vue autour des terrils qui s’inclinent doucement sous le ciel rouge.
C’est la fin de quelque chose qui ne reviendra pas : de mon enfance aussi sans doute, qui s’est évaporée dans ce temps du voyage.

Les quais de la gare de Saint-Etienne Chateaucreux, 2014, photo Fabienne Issartel

A l’époque, c’est entre St-Etienne et Lyon qu’était née en 1833 la toute première ligne de chemins de fer de France, volonté des frères Seguin et de l’académicien Biot. L’idée était de trouver le moyen d’acheminer la houille et les minerais du riche bassin minier de Saint-Etienne vers la Loire, en direction de Roanne et Paris, ou vers le Rhône, en direction de Lyon. Le charbon transitait ensuite par voies d’eau. Le premier parcours qui allait de St Etienne à Andrézieux, long de 21 kms, était alors équipé de rails en fonte, posées sur des dés en pierre. Les wagonnets de marchandises, d’abord tirés par des chevaux, puis par des locomotives, embarqueront finalement les premiers voyageurs en 1844.

Un des premiers billets de chemin de fer

Ma mère nous emmena un jour mon frère et moi au Musée du « vieux St-Etienne » où l’on pouvait voir le tout premier billet de chemin de fer connu en France, daté du 17 février 1834 et valable pour le trajet de St Etienne à Lyon. Nous regardions ce bout de papier jauni, orné d’une écriture à la plume avec déférence. Et je me souviens bien que sur la ligne « heure de départ », il était simplement mentionné : « à l’heure ! »

L’homme marche d’abord à côté de l’animal qui porte la charge. Puis l’homme invente le centaure, la monture : il est sur l’animal. Le cheval est beau depuis qu’on en a fait un véhicule, depuis que les arabes en ont fait « le pur sang ». La cavalerie va dominer le monde. Le cheval de guerre et la poste sont les grandes inventions liées à l’idée de vitesse. Puis l’homme invente le véhicule. Il entre à l’intérieur. Aujourd’hui, se banalisent les machines à ingurgiter, des machines absorbées par le corps, des implants, plus performants que nos propres organes…

Est-il encore possible de ralentir ?

Petite fille, j’avais pris maintes fois avec ma mère une petite ligne de chemin de fer historique qui allait justement à St Etienne. J’habitais alors le petit bourg de Pont-Salomon, juste à la limite de la Haute-Loire et de la Loire. Les jeudi, nous empruntions ce petit train – qui n’existe plus aujourd’hui – pour aller acheter nos chaussures ou les blouses d’école chez « Furtos». Le train était toujours bondé. Rares étaient les femmes qui possédaient un permis de conduire à cette époque. Tout ce beau monde coloré et criard s’entassait dans les compartiments. Les sandwichs, les pommes, le raisin en grappes et les gourdes de citronnade sortaient des filoches en plastique tressées. La nourriture était partagée avec enthousiasme et simplicité par les convives de hasard du parcours. On se faisait pleins de copains qu’on retrouvait souvent quelques semaines plus tard sur la même ligne. On s’amusait bien. C’était dans les années 64-65.

Une reproduction du petit train de Palavas aujourd’hui disparu, par le grand dessinateur Dubout, tous droits réservés

C’est ainsi que le train a dynamisé les campagnes au début, qu’il y eu un maillage du territoire aussi important que le maillage des canaux de l’ancien régime. Maintenant le TGV ne s’arrête pas dans les petites localités, et si il veut tenir son temps, 2 h 05 pour notre nouvel INOUI, il faudra même qu’il ne s’arrête plus du tout !

Il n’y a pas de pouvoir sans vitesse.

Fabienne Issartel, réalisatrice de « Chacun cherche son train »

Cliquez sur ce lien et accédez en direct sur votre ordinateur aux chaînes régionales de France 3 Nouvelle Aquitaine :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/tv/direct/aquitaine

Le FB de la production Marmitafilms :

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1175923389178324&id=265355463568459

Le site de Marmitafilms :

http://www.marmitafilms.fr/project/chacun-cherche-son-train/

Le train des Mouettes

http://www.traindesmouettes.fr/le-parcours-et-infos-pratiques

 

Jean-rené Malivert de Limoges est un des nombreux personnages du documentaire « Chacun cherche son train » de Fabienne Issartel

« CHACUN CHERCHE SON TRAIN », de Fabienne Issartel, 52’, 2016
Quelques réactions des premiers spectateurs

« Chacun cherche son train » synthétise ta philosophie : la vie comme une promenade, une déambulation poétique enrichie par lectures et rencontres. Il dit que l’important du voyage n’est pas la destination, mais l’acte de se mettre en mouvement… Et pas n’importe comment : à pied ou en train, moyens propices aux rencontres et à la rêverie. Ce film est le manifeste d’un art de vivre en une déambulation littéraire et musicale. Laurent C. Photographe et journaliste

« Chacun cherche son train », c’est un film qui va à la vitesse des trains, à la fois un peu plus lent que la pensée, et un peu plus rapide que les actes (et parfois l’inverse). On ne cesse de voir le « paysage », même quand on écoute les paroles des acteurs. On passe d’un personnage à l’autre, on les perd, on les retrouve comme des passagers avec qui on se lie d’amitié. Les humains s’accordent comme les instruments d’un orchestre. Il y a une beauté douce, un lyrisme un peu cinglé, une énergie mélodique de poésie verlainienne. Ce n’est pas seulement un film qui épouse le lyrisme des trains, c’est un film qui nous montre que les trains eux-mêmes épousent le lyrisme des films. C’est un film sur un paradis perdu – qui est encore là. Le train est devenu la clé pour retrouver le rythme des vies : le train et les films de Fabienne Issartel.
Pâcome T. Ecrivain

Éloge de la lenteur et de la dérive, la SNCF n’a qu’à bien se tenir, au train où vont les choses !
Antoine B et K, musiciens

Ton film est à la fois dense, au sens où il ne s’épuise pas après un premier visionnage. Ton travail ne se « contente » pas de synthétiser quelques belles idées (ce serait déjà pas mal…), mais il produit une réflexion, donne à penser, à poursuivre le sujet-poétique. Le charme s’instaure au fur et à mesure, il gagne en puissance. Tu es pour moi à la croisée exacte du documentaire et du poétique. Pascal D. Géographe

C’est une caméra discrète et toujours amie, vers laquelle les gens sont à l’aise pour parler ou juste se taire, avec un petit sourire tout désarmé et un peu mélancolique, comme ce cheminot avec ses gravures. Je crois que c’était mon préféré… ou peut-être aussi le fils de cheminot qui raconte son enfance dans la minuscule gare de province déserte devant les guichets condamnés. Les choses que dit Duteurtre c’est aussi tellement vrai : on pensait qu’en pouvant faire les choses plus vite, qu’on aurait plus de temps libre. Mais non, on en fait juste toujours plus, et ça augmente notre course à la surproductivité. Bref c’est un film vraiment très délicat. Et puis les lieux sont beaux, parlants aussi, comme le Cirque électrique où le scénariste parle de Wenders avec Lola : on dirait un décor de Wenders en soi cet endroit ! L’image est toujours bien léchée, parfaite : techniquement c’est vraiment une grande réussite. Ariane I Violoncelliste.

Très bon moment de voyage dans le temps et l’espace immobile. Sylvie L. professeur d’anglais

Le résultat est étonnant ! J’ai beaucoup aimé l’ensemble des interventions: l’écrivain (génial), l’actrice, le géographe (émouvant quand il revient sur la gare de son enfance), le photographe, le musicien, les architectes, le fou des trains, le cheminot (essentiel) et le jeune cinéaste. Beaucoup de beaux moments, trouvant tous leur place. Au final, le train est plus qu’omniprésent (malgré ces difficiles conditions de tournage pour toi). Les lieux choisis (même à défaut, dans un contexte très contraignant) emportent et donnent envie de les explorer. Et même de dériver à Paris. Lola S, Géographe

Peut-être qu’avec ce film les gens s’interrogeront aussi sur leurs relations avec les autres ? Parce qu’après tout, comme dans un train, on est tous…. embarqués pour une destination connue… ou pas ! Un film qui pose des questions philosophiques, économiques…… sur la vie, l’espace, le temps, le travail, les rencontres, le voyage, un film universel, musical, drôle… La force ressentie aussi c’est le travail des hommes qui ont fait le train, le font encore aujourd’hui. Derrière il y a cette magie : « l’orgueil » et la nécessité du travail bien fait…. qui se perd aujourd’hui. Le train ne roule pas tout seul. Il faudra bien, je l’espère, qu’on se pose la question de son devenir : car c’est un moyen de transport écologique ! Or, aujourd’hui, les choix conduisent plutôt aux fermetures de ligne… Un bel hommage aussi au cinéma, à la photo et aux arts. Un film du présent, d’hier et pour demain, qui pose la question du devenir du train, la question de savoir comment on veut vivre.
Elisabeth M

Le train est un sujet en or, mais personne ne sombre dans la banalité. La richesse du propos – vitesse – temps – ennui – progrès – qui nous conduit à de belles interrogations (d’Illich à Virilio en passant par Fargue, Jarry et même Gébé !), s’équilibre avec un choix savoureux de documents anciens et de moments documentaires (le cheminot au musée, la séquence du train en retard, le passionné et sa maquette de « tout l’Ouest américain dans 21 m2 »).
J’aime particulièrement certains partis-pris :
– ta voix et son propos (l’écriture, la tienne je présume… inspirée, comme souvent… Ce « quelque part qui ne mène nulle part » mais nous conduit là où tu as choisi de nous emmener
– les voix off, en particulier celle d’Hermine (belle à l’image et à entendre)
– la séquence de Pacôme tenant la partition au trompettiste (superbe !)
– le cheminot qui parle du métier avec amour sans excès de nostalgie
– la ballade en « train longtemps » comme on dit à La Réunion (on lit l’émotion dans les yeux d’Hermine)
– le clin d’oeil au Western (encore Hermine et son foulard sur la bouche)
Je t’avais déjà fait part de mon appréciation sur la qualité du regard qui filme. Les images sont belles et au service de ton propos.
Et puis les cordes et le vent… Excellent choix musical pour ressentir les vibrations de CHACUN CHERCHE SON TRAIN, un film qui nous fait avancer dans le besoin de ralentir !
Arnaud B. photographe.

Une voix un peu magique et qui à elle seule est déjà invitation au voyage, celle de la réalisatrice… Les trains, qu’ils soient à l’arrêt, en attente d’une prochaine course ou filant sous nos yeux… ce même pouvoir de nous emmener, loin. Et l’on revit ici ces moments uniques, ceux de la solitude, quand le regard erre sur le paysage, abandonné à ses pensées. Ou un livre sur les genoux, de temps à autre on lève la tête pour voir ailleurs, un horizon plus vaste. Des trains qui invitent à la rencontre. Aller vers soi mais aussi vers l’autre. Connu, inconnu. Les conversations se prolongent, sans cette vibration qui emporte, elles n’auraient pas vu le jour, on se surprend soi-même avant de surprendre l’autre. Des trains, invitation à suspendre le mouvement incessant de nos vies, tandis qu’eux s’animent et se hâtent à notre place.
Anne-Marie M. Psychanaliste

Madame ISSARTEL, oui, nous faisons un peu partie du même clan, ceux qui dans le train voient autre chose que le déplacement. Le mot « voyage » est déjà plus large, et comme vos voyageurs, nous aussi nous cherchons notre train : bon, nous sommes un peu fous, et il en faut, non ?
Olivier J. du train des Mouettes

J’ai trouvé la narration originale et les images très belles. Il y a quelques envolées philosophiques qui m’ont laissé à quai mais tu as bien choisi tes « personnages ». J’aime beaucoup ce que dit Benoit Duteurtre. Et il y a la musique, le choix des images d’archives et un « rythme » : c’est un documentaire poétique. C’est à la fois très contemporain puisque cela interroge notre époque et la forme m’évoque un style « expérimental » des années 1960. Ton commentaire est assez ambitieux au plan intellectuel (ce qui ne me semble plus être à la mode… à une époque où il faut que tout propos soit facilement assimilable par tous) . Vu l’éloge de la lenteur sous-jacent, on peut dire que, si ton film a un train de retard, ça peut être un compliment, non ? Et les faits montrent souvent qu’un train de retard équivaut à un coup d’avance.
Julien R. Journaliste

Je viens de découvrir ton film absolument magnifique, fort, allant à l’essentiel. Heureuse vraiment d’avoir pu le voir tant il questionne sur les fondamentaux de nos vies, croisements, chemins, destinations, strates temporelles superposées, parallèles, tendues, distendues, élasticités, plasticités de nos espaces intérieurs et extérieurs. Nous sommes accompagnés tout au long du film par un rythme et une musicalité tout en finesse et une grande inventivité. Tout cela a fait écho en moi. Catherine N. Artiste Pluri médias

je viens de découvrir votre film : « Chacun cherche son train ». Hé bien c’est formidable de montrer ainsi l’évolution du système ferroviaire depuis l’origine. J’ai quitté Paris dans les années 1964 pour habiter en banlieue parisienne (Sarcelles) et les trains étaient encore tractés par des machines à vapeur. C’était fascinant. A la gare de Bobigny, maintenant désaffectée pour le trafic voyageurs, nous voyons passer lentement de longs trains de marchandises dont le bruit saccadé des roues sur les rails évoque les trains de déportés embarqués dans cette gare à partir de juillet 1943 dans des wagons à bestiaux vers Auschwitz. 22500 personnes ! Henri B. membre de l’Association «Les Familles et Amis des Déportés du Convoi 73»

Laurence et moi venons de regarder ton film. Il est super. Pas formaté. C’est de la télé comme on l’aime. Tous ceux qui t’aiment prendront le train !
Captain Cavern, Dessinateur

C’est vraiment une très belle réussite, où chacun trouve son bien dans ce voyage poétique et intellectuel. J’ai été particulièrement sensible à l’imaginaire ferroviaire, nourri d’archives cinématographiques et de réflexions sur le rythme, le temps, la vitesse chez Jarry, la lenteur chez Fargue. Nous avons d’autant plus apprécié la citation finale de Nicolas Bouvier que nous avons connu et aimé son auteur. Jean-Pierre P. Écrivain et Spécialiste du cinéma d’animation

Très intéressant ! Il me fait penser à ce qu’a écrit Henri Vincenot dans La vie quotidienne dans les chemins de fer au XIXe siècle (Hachette, 1975) : « Donner l’heure, pour un cheminot, ne consistait pas à suggérer une vague idée, à deux ou trois minutes près, mais à indiquer l’instant à la minute qui s’écoule. Cet état d’esprit fut le résultat d’un dressage. Les premiers salariés du rail arrivaient dans cette profession avec des notions très élastiques du temps. Certains savaient à peine lire un cadran et, qu’ils vinssent des chantiers, de l’artisanat, du commerce ou de l’agriculture, ces gens appréciaient l’heure à la hauteur du soleil au-dessus de leur tête et à l’état de leur estomac. Il était midi lorsqu’ils avaient faim, il était l’heure d’aller se coucher lorsqu’ils avaient sommeil. Le chemin de fer dut tout enseigner aux Français à ce sujet. Non seulement aux cheminots, mais aux voyageurs. Dans une série de caricatures, Daumier et ses confrères ont dessiné des scènes prétendument comiques et qui, effectivement, faisaient rire aux larmes nos aïeux, et qui maintenant, hélas! ne font plus rire personne. Manquer son train, être pénalisé pour trente secondes de retard était pour eux amèrement drôle parce qu’illogique. Être rappelé à l’ordre par la rigueur d’une machine était, en 1840, pour un homme normal, une mésaventure tellement monstrueuse et paradoxale qu’elle provoquait le rire. On riait parce qu’une civilisation aussi rigide et inhumaine semblait condamnée d’avance.
Il y a maintenant des horloges pointeuses pour régler la vie des moindres bureaux, même au Vatican, et depuis longtemps nous avons pris l’habitude d’obéir sans sourciller aux ordres de la mécanique que nous avons inventée ! Le chemin de fer fut le commencement de l’apprentissage de cet illogisme. »
A.

TGV, photo F.Issartel

 

TRAIN

 

Voitures jaunes rouges à l’envers

coquelicots en genêts jaunes

car bleu et blanc

berline rouge,

se croisent et se dépassent.

Cyprès dans les jardins

les fils qui s’allongent,

identique toujours le poteau

devant mes yeux,

et encore,

ciel gris du souvenir

jardins

voitures jaunes rouges à l’envers.

Coquelicots en genêts jaunes

car bleu et blanc

berline rouge

se croisent et se dépassent.

Fabienne Issartel, 1975

 

 

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,