Archives de Tag: fabienne issartel

« PRINTEMPS », un film promenade de 1996, réalisé par Fabienne Issartel, enfin numérisé !

En attendant les beaux jours, VOICI UN LIEN VIDEO POUR VISIONNER MON FILM « Printemps » de 37′, 1996/Le film a été mis en ligne par Laurent Charpentier le caméraman de ce film et de beaucoup de mes films promenade. Il a été numérisé par Yoann Dhenin/ Et puis un peu de lecture suit, sur cette  « Dé-marche » ainsi qu’un texte tout à la fin de Pacôme Thiellement qui vient de voir le film. Merci à tous.

BONNE PROJECTION !

« PRINTEMPS »
Un film promenade de Fabienne Issartel, 37′, 4/3, 1996

Image : Laurent Charpentier
Son : Renaud Colas
Musique originale : Thierry Fournier
Musique live : Akosh S

Avec par ordre d’apparition :
Akosh S/Muriel Foures/Solveig Domartin/
Marie Baron Renault/Charlie Schlingo/
Claude Baron Renault/Raymond Mantchala/
Régine Fraval/Eric Roussel/
Claude Rizzo/
Les enfants : Juliette G., Juliette M et Zacharie G./
Hélène Hottiaux/Marc-Edouard Nabe/Gérard Tallet

ce film a été tourné le 1er et 2 juin 1996, à Paris, le long du canal Saint-Martin de République (rue du Fb du Temple) à place Stalingrad, et dans les cafés : l’Atmosphère (scène avec Akosh S/générique début), au Rapid Wolf de la gare de l’Est (scène de nuit), et au Jemmapes (le matin avec Charlie et Marie)
Moyens techniques : Jean-Stéphane Michaux, Corinne Bopp, Jean-Luc Bouvret, Charlotte Meunier
Autoproduction

Tournage de « Printemps », film de Fabienne Issartel, le 1er juin 1996
A la caméra : Laurent Charpentier
Preneur de son : Renaud Colas
Assise sur la barrière : Fabienne Issartel

Le site de laurent Charpentier :

www.laurentcharpentier.com

Fabienne Issartel par Hervé Sellin 1985

PRIORITE PIETONS
NAISSANCE DES « FILMS PROMENADE », par Fabienne Issartel, réalisatrice

Un jour d’hiver 1985, je marchais dans la neige à 5 h du matin dans le quartier Montorgueil. Mes pieds dessinaient dans cette virginité ouatée les premiers signes visibles de vie de cette journée historique pour moi. Je me retournais un instant tout en haut de la rue des Petit Carreaux dans le deuxième arrondissement de Paris pour le constater. L’empreinte de mes pas avait ouvert la route. Pourquoi diable n’y avait-il personne ce jour-là dans cette rue du centre de Paris non loin des vieilles Halles ? C’était inhabituel. Un rêve presque. Je me souviens. Il faisait très froid et j’étais harassée. Je n’avais pas voulu me reposer. Au contraire. J’avais tout fait pour échapper à mon destin, pour être à priori incapable de mettre un pied devant l’autre, ayant passé la nuit à épuiser unes à unes méthodiquement les compagnies aléatoires dont tout somnambule professionnel sait faire bon usage. Au-delà de la limite, la limite est dépassée. Aller jusqu’au bout pour déjouer la chance. Pourquoi ? Pour apercevoir l’au-delà sans doute, au bord du bord… C’est un jeu que l’on aime à 20 ans. Je me souviens. Ce matin là, mes pas crissaient dans la rue blanche et déserte et je me demandais avec justesse, avec acuité, qui j’étais ? Peut-être ce dessin tracé d’un chemin derrière moi, pas plus, pas moins, pulsé par la mesure battue de mes semelles.
Seule dans la ville si blanche et si froide, j’allais tourner mon tout premier film. C’était enivrant. Je me souviens. Il allait falloir que je sois un réalisateur qui réalise, qui sait ce qu’il veut et qui assume ce qu’il voit. Cela faisait peur. Je m’en souviens bien. Toute à cette concentration et dans une excitation bizarre, je retrouvais presque en lévitation mon équipe de tournage passage du Désir, sur le boulevard Magenta, non loin de la gare de l’Est. Formidable journée pendant laquelle j’oubliais toute fatigue et qui fut déterminante. Car ça y’était. J’avais été mordu par le grand serpent. Le plaisir de découvrir ce pourquoi on est fait, ce n’est pas rien. Si tourner des films, c’était ça, alors je décidais ce jour-là d’en faire toute ma vie et de ne plus faire que ça.
C’était une autre façon d’écrire le dessein de mes pas et de mes errances, de donner des visages aux rues, de faire battre le cœur de la ville à coups d’instantanés, de circonscrire l’esprit des lieux.
Alors je suis partie de là où j’étais, de mes pieds. Car c’est ainsi que je conçois la vie depuis toujours, comme une promenade où il faut savoir suivre ses pas. Les marcheurs regardent la ville et moi je regarde les marcheurs. Ce sont dans ces regards croisés que s’opèrent les modestes évènements quotidiens essentiels à la vie, générateurs de convivialité et d’humanité. « Les films promenade » sont nés d’évidences. L’aventure est au coin de la rue pour celui qui regarde les choses à sa hauteur. On s’arrête, on sourit, on discute, on s’installe à une terrasse, sur le parapet d’un pont, ou dans le travelling d’un bus. Et tout cela pour voir le ciel, la lumière d’un jour rouge qui disparaît, ou sous des trombes d’eau les flashs d’acier sur nos ombrelles d’outremer. Et il y a aussi les jours sans, où tout est bouché et où il n’y a que nous. Nous, les paysans de Paris, enfants du « grand monde » comme des bistrots picaresques, dandys effrangés de la nuit, sommes les orphelins toujours heureux sur les trottoirs célestes, de Léon-Paul Fargue et des poètes. La peinture du monde est d’abord infime. Elle donne la priorité aux piétons de toutes les vagues et de tous les temps, qui habitent ontologiquement leur vie là où ils sont. De celui qui immobilise les voitures au milieu du cours de Vincennes pour regarder passer un étrange groupe de mouettes, à ceux, les Zarathoustras ordinaires, qui veillent à Ménilmontant du haut de leur lucarne sur le ventre de Paris : tous ont le sang qui bout. Cela me plaît.
« Même si on nous donne des trucs pour rouler plus vite sur les trottoirs, on marche toujours, on marche toujours…» dit Denis B. à la fin de mon film « Chacun cherche son train ». Voilà des phrases, qui moi me donnent la chair de poule, qui valent de l’or quand elles sont prononcées devant ma caméra avec une gravité inspirée. Des moments qui me donnent envie de mettre une fois de plus la clé sous la porte et de repartir vers ce quelque part qui n’est peut-être nulle part, seule, le nez au vent, juste avec mes yeux, pour continuer à vivre et à tourner des « films promenade ».

Le fameux panneau « PRIORITE PIETONS » présent partout dans les de Paris des années 80

« Printemps », un film promenade de Fabienne Issartel, 37′, 1996

Printemps est le dernier de mes « films promenade » des années 90 autoproduits. C’est sans doute le plus abouti techniquement, puisqu’il a même été mixé. Il est accompagné d’une musique originale très sensible et nerveuse composée sur mesure par le grand Thierry Fournier. Le tournage s’est déroulé sur deux journées autour du canal Saint-Martin. Une grosse organisation préalable avait été nécessaire pour organiser la venue des 16 personnages sur les lieux du tournage à des heures bien précises. Nous n’étions que trois : moi, Renaud Colas au son et « Le précieux » Laurent Charpentier à la caméra, un marin qui en avait « vu d’autres » et qui m’accompagnait avec passion dans ces aventures filmiques, y compris sur les montages. Son sens du cadre parfait, son enthousiasme désintéressé et son endurance hors-normes, ont permis que ces « films promenade » existent. Dévoué corps et âme à mon idée d’un travail à la fois très préparé mais aussi totalement ouvert au dernier moment à la spontanéité des personnages, il a été mon double. C’est d’ailleurs grâce à lui et via son site Viméo que ce film est aujourd’hui en ligne. Merci à lui. L’occasion de jeter un coup d’œil attentif sur son travail de photographe « qui a vu du pays ».
Á l’époque de Printemps, je vivais avenue Mathurin Moreau dans le 19 ème arrondissement de Paris près du parc des Buttes Chaumont. Je descendais par la rue Juliette Dodu, jusqu’à la cour intérieure de l’hôpital Saint Louis où je donnais mes rendez-vous, histoire de prendre l’air dans un endroit qui a de l’allure. Par l’avenue Richerand, à la nuit on rejoignait le canal pour prendre l’apéro de l’autre côté, à l’Atmosphère, toujours bien reçus par Souad, sa sœur et sa mère. Akosh S que l’on entend dans mon générique de début, un excellent musicien hongrois, jouait souvent dans ce café : au moins toutes les deux semaines. Solveig Dommartin -la grande dame des « Ailes du désir »- habitait une rue juste derrière et l’on pouvait terminer la soirée chez elle avec les amis. C’est grâce à Muriel Fourès que je connaissais depuis les années 80, et qui avait appelé sa fille Tarzana, bien avant de faire du trapèze elle-même (justement avec Solveig) que je l’avais connue. La belle amitié profonde de ces deux filles de grand caractère m’avait touchée.

Solveig Dommartin et Muriel Fourès.
Tournage de « Printemps », film de Fabienne Issartel, le 1er juin 1996

D’où l’idée de les filmer ensemble là, entre le canal et la gare de l’est, et notamment au Rapid Wolf où les nuits se terminaient toujours en poésie. J’avais aussi remarqué que Marie la jeune fille avec les grandes jambes, rencontrée dans une laverie de la rue St Sauveur en 1983, s’entendait fort bien avec Charlie, le dessinateur qui cocotte du nougat et qui me fait encore hurler de rire. Marie, avec sa voix de poupée fascinait Charlie Schlingo. Ils étaient très contents de se revoir à cette occasion et l’addition de Charlie – petits calvas du matin »- au bar le Jemmapes fut d’ailleurs salée.

Charlie Schlingo au café « Jemmapes », tournage de « Printemps » (film de Fabienne Issartel), 1er juin 1996

Gérard Tallet serait le docteur, son vrai métier qu’il avait exercé sur les bateaux de croisière, et aussi au sénat, une fonction qui nous permettait de profiter certains jours de la maison dédiée dans le jardin du Luxembourg. J’y retrouvais souvent Marc-Edouard et Hélène, un vrai couple « bras dessus, bras dessous » dans le film : mes chers promeneurs d’un dimanche au bord de l’eau… Régine et Eric allaient avoir un enfant. Ils étaient dans un tournant de leur vie. Claude ma belle violoncelliste n’était pas à une promenade près. Ce fut un plaisir pour elle de parler à ce garçon étrange au longs cheveux, Raymond, danseur infatigable de mes nuits au Satellit café de la rue de la Folie Méricourt.

« Printemps » de Fabienne Issartel, 1996

Enfin, un des rôles principaux fut donné à Claude Rizzo, le pêcheur du canal, l’amoureux dont je ne dirai rien, sinon qu’il fut parfait, et bien au-delà du moment de ce tournage… Beaucoup des protagonistes de Printemps nous ont aujourd’hui quitté. Mais ils sont avec moi, et un peu avec vous maintenant aussi. Bonne projection !

Tournage de Printemps, avec Solveig Dommartin et Muriel Fourès
Réalisation Fabienne Issartel
Paris, 1er juin 1996

Et ci-dessous un texte de Pacôme Thiellement qui vient de voir « Printemps », Pacôme avec lequel j’aimerai tourner prochainement un film que j’appellerai justement « Le piéton de paris ».

NOTRE CINEMA, FABIENNE ISSARTEL

Par Pacôme Thiellement, mars 2017

Pacôme Thiellement en promenade à Montmartre, 2015, photo Fabienne Issartel

Printemps, d’abord, c’est de la musique. Un son incroyable : le saxophone soprano d’Akosh dans une improvisation fiévreuse au bar L’Atmosphère un soir. Un son capable à lui seul de ressusciter immédiatement les années 90 à Paris si vous les avez vécues… A l’époque, on pouvait encore fumer dans les bars et ça se voit immédiatement : les gens sont intenses ; ils ont une ivresse joyeuse, amoureuse, lyrique. La cigarette, c’est l’innocence des poses cinématographiques. Jouer à fumer « comme les stars », faire semblant de savoir fumer jusqu’à qu’on fume vraiment. Jouer à vivre « comme les grands » jusqu’à comprendre que c’était ça, vivre, justement. Qu’il n’y avait rien de plus vivant que cette innocence, cette jeunesse.
Printemps, ensuite, ce sont des hommes et des femmes qui parlent. Ils parlent d’amour bien sûr : de sexe, de beauté, de conneries, de vie future et de réincarnation. Ils s’étalent sur les pelouses. Ils dansent. Ils chantent même ! Mais surtout ils marchent. Ils marchent le long du canal Saint-Martin et le ciel est bleu. Fabienne Issartel, c’est le cinéma des poètes, des errants, des piétons de Paris. La marche, ce n’est pas l’innocence comme la cigarette ; mais c’est encore plus beau : c’est le début du nouveau monde, la victoire sur l’Enfer. C’est peut-être le sens du fragment énigmatique de Walter Benjamin : « Vaincre le capitalisme par la marche à pieds. » On n’a jamais vu un tyran, un affameur ou un businessman se promener.
Dans Printemps, on a l’impression de voir des hommes et des femmes libres. Ou plutôt on les voit en train de se libérer. De quoi se libèrent-ils ? De ce qui les détermine et de ce qui les entrave, de ce qui les sépare et de ce qui les enferme. Ils se libèrent de leur solitude ; ils se libèrent de leur prison. Fabienne Issartel, c’est le cinéma de l’amour qui circule entre les êtres. Et ils sont tous beaux, tous. Pourquoi ne le seraient-ils pas ? Puisque Fabienne Issartel les aime pour ce qu’ils sont, tous. Un peu comme Giacometti qui répétait à Genet : « Comme vous êtes beau ! Comme vous êtes beau ! » alors qu’il dessinait son portrait avant d’ajouter : « Comme tout le monde, hein ? Ni plus ni moins. »
Jusque là, le cinéma n’a pas été fait pour nous. Il ne nous parlait pas, ne nous regardait pas : il nous tournait même le dos. Nous avons besoin d’un cinéma qui nous ressemble, un cinéma qui nous aime et qui nous le montre. Nous avons besoin d’un cinéma dans lequel on puisse marcher.
Printemps, ça date du milieu des années 90 et pourtant ça semble avoir été fait ce matin. Plus exactement, ça a été fait (vécu, tourné, monté) pour ce matin. Vingt ans ont passé qu’on a vécu les yeux fermés ou occupés d’autre chose. C’est maintenant, et maintenant seulement, que les films de Fabienne Issartel peuvent rayonner de leur poésie solaire, de leur lumière d’avant midi.
Nous avons besoin du cinéma de Fabienne Issartel. Libre, ouvert, intense, au plus près de l’instant, aéré comme un jour de printemps : notre cinéma, ni plus ni moins.

Pacôme Thiellement, mars 2017

http://www.pacomethiellement.com

Mes « films promenade » avaient été montrés en 2012 en VHS durant les Portes ouvertes de bagnolet

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

« INDIGNONS-NOUS » TOUJOURS ET ENCORE ! Les deux dernières projections de mon « Boris Pahor, portrait d’un homme libre »

Deux nouvelles projections de « Boris Pahor, portrait d’un homme libre » ont eu lieu en février 2016 au Luxembourg et en juin 2016 à Palma de Majorque à l’Atlantida film festival. Notre aventure extraordinaire continue donc à travers toute l’Europe ! Même si le film n’a pas encore été diffusé sur une chaine de télévision – qu’attendent-ils ?-, c’est un beau et étrange succès auquel des acteurs artistiques indépendants et enthousiastes ont envie de s’associer. Ainsi le film a déjà été sous-titré en italien par la formidable équipe de l’Alliance française de Trieste (c’était la toute première projection mondiale), puis en espagnol par Max Lacruz pour le festival Atlantida de Palma de Majorque, et maintenant à Bruxelles c’est Maja Knafelc qui travaille à une traduction slovène. Une chaîne de belles personnes ont ainsi permis d’amplifier la voix et le message humanistes de Boris Pahor plus que jamais nécessaires ces jours-ci !

Stéphane Hessel et Boris Pahor lors de leur rencontre à Paris en 2012, image du film "Boris Pahor, portrait d'un homme libre" de Fabienne Issartel

Stéphane Hessel et Boris Pahor lors de leur rencontre à Paris en 2012, image du film « Boris Pahor, portrait d’un homme libre » de Fabienne Issartel

Trois grands indignés européens !

J’avais filmé avec Guylène Brunet la rencontre entre Stéphane Hessel et Boris Pahor en 2012 à la Maison de l’Amérique latine. Stéphane Hessel et Boris Pahor : deux hommes libres profondément européens, comme l’était aussi Albert Camus que Boris Pahor aime tant. Voilà un extrait du discours que Camus avait prononcé en octobre 1957 à Stockholm où on lui remettait le prix nobel de littérature.

« Chaque grande œuvre rend plus admirable et plus riche la face humaine, voilà tout son secret. Et ce n’est pas assez de milliers de camps et de barreaux de cellule pour obscurcir ce bouleversant témoignage de dignité. C’est pourquoi il n’est pas vrai que l’on puisse, même provisoirement, suspendre la culture pour en préparer une nouvelle. On ne suspend pas l’incessant témoignage de l’homme sur sa misère et sa grandeur, on ne suspend pas une respiration. Il n’y a pas de culture sans héritage et nous ne pouvons ni ne devons rien refuser du nôtre, celui de l’Occident. Quelles que soient les œuvres de l’avenir, elles seront toutes chargées du même secret, fait de courage et de liberté, nourri par l’audace de milliers d’artistes de tous les siècles et de toutes les nations. Oui quand la tyrannie moderne nous montre que, même cantonné dans son métier, l’artiste est l’ennemi public, elle a raison. Mais elle rend ainsi hommage, à travers lui, à une figure de l’homme que rien jusqu’ici n’a pu écraser. »

(Dans « Discours de Suède », 10 décembre 1957, édition Folio, page 61)

Camus et Pahor sont nés tous les deux en 1913 !

Camus, Hessel et Pahor nous donnent ce courage d’être digne de notre humanité.

La projection AU LUXEMBOURG :

L'événement organisé au Luxembourg autour de la venue de Boris Pahor en février 2016

L’événement organisé au Luxembourg autour de la venue de Boris Pahor en février 2016

Après la projection du film "Boris pahor, portrait d'un homme libre" au Luxembourg le 24 février 2016 : Boris Pahor, Michel Hiebel le proviseur du lycée français Vauban et moi, Fabienne Issartel

Après la projection du film « Boris pahor, portrait d’un homme libre » au Luxembourg le 24 février 2016 : Boris Pahor, Michel Hiebel le proviseur du lycée français Vauban et moi, Fabienne Issartel

Boris Pahor sort du lycée Français Vauban du Luxembourg en compagnie de Marc Bubert, professeur de français et aussi personnage présent dans le film "Boris Pahor portrait d'un homme libre", février 2016

Boris Pahor sort du lycée Français Vauban du Luxembourg en compagnie de Marc Bubert, professeur de français et aussi personnage présent dans le film « Boris Pahor portrait d’un homme libre », février 2016

La projection à PALMA DE MAJORQUE :

Palma de Majorque vue du chateau de Bellver

Palma de Majorque vue du chateau de Bellver

L’affiche de la première projection en espagnol. Le film a été sous-titré par Max Lacruz.L’affiche a été conçue et réalisée par Slobodan Obrenic.

Afficheespagnole_BP-FILMIN_A3

Le trailer de « Boris pahor, portrait d’un homme libre » réalisé spécialement par le festival Atlantida de Majorque pour le film présenté en ouverture le 27 juin 2016.
Cliquez ici :

http://www.ecartelera.com/videos/trailer-boris-pahor-retrato-de-un-hombre-libre/

Boris Pahor après la projection de Boris Pahor, portrait d'un homme libre" à l'Atlantida film fest de Palma de Majorque,  27 juin 2016

Boris Pahor après la projection de Boris Pahor, portrait d’un homme libre » à l’Atlantida film fest de Palma de Majorque, 27 juin 2016

Boris Pahor à Palma de Majorque, juin 2016

Boris Pahor à Palma de Majorque, juin 2016

Tous les médias (une dizaine en deux jours) sont venus à Boris dans le hall de l’hôtel Balenguera où nous logions. Il a enchainé les interviews avec l’énergie d’un chef d’état.

Quelques images de lui en pleine action sur le lien ci-dessous :

L’ENERGIE FORMIDABLE ET VISIBLE DE BORIS PAHOR A PALMA DE MAJORQUE 

A l'ouverture du festival Atlantida à Palma de Majorque le 27 juin 2016 : Jaum Ripoll, le Directeur du festival, Fabienne Issartel et Boris Pahor

A l’ouverture du festival Atlantida à Palma de Majorque le 27 juin 2016 : Jaum Ripoll, le Directeur du festival, Fabienne Issartel et Boris Pahor

Très bon article dans El Mundo, plein d’humour… de Luiz Martinez : Boris Pahor: « La Europa de hoy está sucia »
En français : « Boris Pahor :  » L’Europe d’aujourd’hui est sale  »
Le lien :
http://www.elmundo.es/cultura/2016/07/07/577d58e4ca4741dc2d8b460b.html

Un autre :

Boris Pahor à Palma de Majorque parle inlassablement de l'Europe, Juin 2016

Boris Pahor à Palma de Majorque parle inlassablement de l’Europe, Juin 2016

Et aussi :
Boris Pahor: “L’Europa actual també és bruta, desgraciada i egoista” de CRISTINA ROS
Le lien :
http://www.arabalears.cat/cultura/Boris-Pahor-LEuropa-desgraciada-egoista_0_1603639687.html

Un article de Gil Toll qui lui a vraiment regardé le film avec attention.
C’est rare !
Le lien :
Boris Pahor, retrato de un hombre libre

Très belle présentation du film avant la projection par un superbe personnage : Emili Manzano, journaliste, écrivain et réalisateur (son film « El dia de la sépia » ici
http://www.ccma.cat/tv3/el-documental/el-documental-estrena-el-dia-de-la-sipia/noticia/2710834/

Boris Pahor et Emili Manzano devant la salle comble pour l'ouverture de l'Atlantida film festival au cinéma Cineciutat de Palma de Majorque le 27 juin 2016

Boris Pahor et Emili Manzano devant la salle comble pour l’ouverture de l’Atlantida film festival au cinéma Cineciutat de Palma de Majorque le 27 juin 2016

Quelques mots d’Emili Manzoni après la projection :

(En catalan. La traduction suit)

« Ahir vaig tenir l’honor de presentar l’escriptor Boris Pahor (Trieste, 1913) a Palma, amb motiu de l’estrena del documental de Fabienne Issartel projectat com obertura del festival de cinema Atlantida Film Fest de l’amic Jaume Ripolli que podeu trobar a la plataforma de cinema a domicili www.filmin.es(« Retrato de un hombre libre »). Boris Pahor és autor d’una extensa obra en llengua eslovena de la qual només disposam, a les nostres llibreries, de les edicions catalana (Pagès Editors) i castellana (Anagrama) del seu impressionant « Necròpolis », sobre el seu pas pels camps de concentració nazis. Un home que ha sobreviscut als pitjors escorxadors humans del segle XX, i que ahir, a Palma, demostrà que si bé ha estat víctima i testimoni del pitjor que ha donat Europa, també és l’hereu del millor que ha donat el nostre continent al llarg de la seva història: la tradició humanística. Al final de la projecció volgué adreçar-se al públic, i sota l’allau d’aplaudiments que tancàren la seva intervenció encara va aixecar un fil de veu per demanar que els aplaudiments fossin dedicats a tots aquells que vàren morir per la llibertat d’Europa. »

Traduction du catalan en français :

« Hier j’ai eu l’honneur de présenter l’écrivain Boris Pahor (né à Trieste en 1913) à Palma, à l’occasion de la première espagnole du documentaire Fabienne Issartel, « Retrato de un hombre libre », projeté à l’ ouverture du festival Atlantida de mon ami Jaume Ripoll (www.filmin.es). Boris Pahor est l’auteur d’une œuvre vaste slovène, dont nous avons seulement dans nos librairies, les éditions catalanes ( Pagès Editors) et espagnoles (Anagram) de son impressionnante « Necropolis », sur son voyage à travers les camps de concentration nazis. Un homme qui a survécu aux pires abattoirs humains du XXe siècle, et qui hier à Palma a démontré que même si il a été la victime et le témoin de cette Europe, il est aussi l’héritier de la meilleure chose qu’ait façonné notre continent tout au long de son histoire : la tradition humaniste. A la fin de la projection il a rejoint le public sous un tonnerre d’applaudissements, qui ont aussi clôturé son discours, et dans un dernier sursaut de voix, il en a demandé encore, pour rendre hommage cette fois-ci à ceux qui sont morts pour la liberté de l’Europe. »

Et encore à 18’37 un reportage sur Boris sur RTVE
Cliquez :
http://www.rtve.es/alacarta/videos/la-2-noticias/2-noticias-30-06-16/3650394/

Face à Boris Pahor après les interviews interminables au festival de Palma de Majorque en juin 2016, photo Fabienne Issartel

Face à Boris Pahor après les interviews interminables au festival de Palma de Majorque en juin 2016, photo Fabienne Issartel

« Et voilà, nous avons fait notre devoir ! » me dit-il.

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , ,

Après sa diffusion le 26 septembre sur France 3, « CHACUN CHERCHE SON TRAIN » de Fabienne Issartel, 52′, se promène ! Le 11 octobre, le film était à St Pierre des Corps ! Il sera projeté au festival des Escales documentaires de La Rochelle le samedi 12 novembre à 16 h. L’AVANT-PREMIÈRE du 15 septembre 2016 au Cin’Hoche de Bagnolet avait réuni quelques 200 spectateurs enthousiastes !

Médéric Collignon et Pacôme Thiellement pendant le tournage de "Chacun cherche son train" au Groundcontrol à Paris, octobre 2015. Médéric improvise à partir des dessins du livre "Grande vitesse" de Jochen Gerner

Médéric Collignon et Pacôme Thiellement pendant le tournage de « Chacun cherche son train » au Groundcontrol à Paris, octobre 2015. Médéric improvise à partir des dessins du livre « Grande vitesse » de Jochen Gerner

CHACUN CHERCHE SON TRAIN, un film de Fabienne ISSARTEL, 52’’

TOUJOURS EN REPLAY pendant encore quelques jours 8 (après les 2 pubs et la longue mire de Bar). Cliquez sur le lien ci-dessous :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/emissions/qui-sommes-nous-en-aquitaine/documentaire-chacun-cherche-son-train-lundi-26-septembre-apres-le-grand-soir-3.html

Prochaine projection du film le 12 novembre à 16 h au festival « les Escales documentaires » de La Rochelle (section Escales locales) au MUSEUM d’histoire naturelle, 28 rue Albert 1er.

http://www.escalesdocumentaires.org/films-competition/chacun-cherche-son-train/

Infos pratiques et lieu de ma projection (N° 5 sur le plan) :

http://www.escalesdocumentaires.org/le-festival-2016/infos-pratiques/

l'affiche du festival ESCALES DOCUMENTAIRES de La Rochelle du 8 au 13 novembre 2016

l’affiche du festival ESCALES DOCUMENTAIRES de La Rochelle du 8 au 13 novembre 2016

La dernière projection, c’était mardi 11 octobre à 18 H 30  » dans la magnifique salle de cinéma du Centre culturel de St Pierre des Corps !

L’affiche de l’événement (du 16 septembre au 29 octobre) « Des traits, des trains/ le dessin ferroviaire », une exposition de dessins (Gébé, Dubreuil,Sochard), des rencontres et un film (« chacun cherche son train » !). Cette manifestation originale a été imaginée par Astrid Chabin, responsable du « fonds TRAIN » à la bibliothèque de St Pierre des Corps.

"des traits des trains" du 16 septembre au 29 octobre 2016 à St Pierre des Corps

« des traits des trains » du 16 septembre au 29 octobre 2016 à St Pierre des Corps

Dans la Nouvelle République :

http://www.lanouvellerepublique.fr/Contenus/Articles/2016/10/15/Chacun-cherche-son-train-et-trouve-sa-voie-2871609

Une assemblée chaleureuse et attentive a nourri le débat qui a suivi la projection.
J’étais là pour leur répondre, accompagnée de Marine Tadié qui a réalisée toutes les images du film, et de Dominique Maugars, ancien cheminot de St Pierre des Corps, personnage du documentaire.
Leurs questions :
Mes voyageurs sont-ils de vrais voyageurs ?
Mon discours est-il ou n’est-il pas passéiste ?
Le documentariste doit-il dans ses films répondre aux questions ou bien les poser en donnant envie aux spectateurs d’y réfléchir ?
Quelle place peut prendre la poésie dans nos vies d’aujourd’hui et aussi dans nos films ?
Pourquoi on aime la vitesse et pourquoi aussi on en a toujours eu peur ?
Quel est ce rapport intrinsèque entre le train et le cinéma ?
Que nous disent les images entre les lignes et comment les fabriquer pour qu’elles ne nous trahissent pas ?
Qu’est-ce que le doute ? Est-il ou n’est-il pas un frein à l’idée de mouvement ?

Les spectateurs ont déclaré aussi que le film leur donnait envie de lire Léon Paul Fargue, Alfred Jarry et Ivan Illich… Si les films servent au moins à ça, à donner envie de lire : alors je suis ravie !

Un dessin de Fred Sochard dans l'exposition "des traits-des trains" à la bibliothèque de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Un dessin de Fred Sochard dans l’exposition « des traits-des trains » à la bibliothèque de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Après la projection j’ai pu découvrir l’exposition de dessins à la bibliothèque de St Pierre des Corps qui réunit trois artistes. Exposition très riche et dont certaines oeuvres faisaient d’ailleurs écho aux questionnements de notre débat…

A la fin de mon film, je pose cette question : « Où allons-nous ? »
Et j’y réponds d’une certaine façon en déclarant : « vers ce quelque part qui n’est peut-être nulle part.Et c’est ce doute qui nous pousse à avancer !  »
Voilà deux dessins de Gébé qui a commencé sa carrière de dessinateur dans le magazine : « La vie du rail » qui abordent aussi mes sujets de prédilection.

"Le doute" : dessin de GEBE issu de La vie du Rail et présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

« Le doute » : dessin de GEBE issu de La vie du Rail et présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Dessin de GEBE issu de La vie du Rail et présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Dessin de GEBE issu de La vie du Rail et présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Original du dessin de Ferdinand Dubreuil "les hommes du rail" présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 et aussi dans le film "Chacun cherche son train"(photo Fabienne Issartel)

Original du dessin de Ferdinand Dubreuil « les hommes du rail » présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 et aussi dans le film « Chacun cherche son train »hoto Fabienne Issartel)

Le formidable ouvrage 'grande vitesse" de Jochen Gerner, présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 et aussi dans le film "Chacun cherche son train" (photo Fabienne Issartel)

Le formidable ouvrage ‘grande vitesse » de Jochen Gerner, présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 et aussi dans le film « Chacun cherche son train » (photo Fabienne Issartel)

L’avant-première de CHACUN CHERCHE SON TRAIN le 15 septembre 2016 à 21h au Cin’Hoche de Bagnolet a été un beau succès ! Merci aux 200 personnes présentes à cette avant-première très joyeuse !
Voilà quelques photos réalisées par Arnaud Baumann.

La salle du Cin’Hoche se remplit.

La salle du Cin'Hoche se remplit le 15 septembre 2016 à 21h pour l'avant-première à Bagnolet de CHACUN CHERCHE SON TRAIN de Fabienne Issartel. Photo Arnaud Baumann, tous droits réservés.

La salle du Cin’Hoche se remplit le 15 septembre 2016 à 21h pour l’avant-première à Bagnolet de
CHACUN CHERCHE SON TRAIN de Fabienne Issartel. Photo Arnaud Baumann, tous droits réservés.

Ariane Issartel qui a composé et interprété la musique originale du film à l'avant-première du film à Bagnolet. Photo Arnaud Baumann, tous droits réservés.

Ariane Issartel qui a composé et interprété la musique originale du film à l’avant-première du film à Bagnolet. Photo Arnaud Baumann, tous droits réservés.

SYNOPSIS :
« Immobiles devant les fenêtres du train, nos écrans de cinéma, ou ceux des ordinateurs, nous regardons défiler notre monde en pleine mutation. « Les écrans sont ces miroirs du temps qui annulent l’horizon » dit Paul Virilio, le grand penseur de la vitesse. « Alors, comment retrouver un rythme propre, notre petit tempo battant, au coeur de cette accélération inéluctable ? », se demandent les protagonistes du film, passagers en quête de sens sur le chemin furtif de la vie, et dont le train devient ici la métaphore. Un « film promenade » – pour croiser les reflets de nos âmes qui deviennent, le temps du film, « le paysage » mouvant du voyage. Où vont-ils ? Eux ? Moi ? Où allons-nous ? « Chacun cherche son train » ! Un film en marche, dans lequel l’homme et la machine cherchent désespérément à s’aimer. Un film pour « refaire le monde » à notre image ! »

Réalisation : Fabienne Issartel – Image : Marine Tadié – son : Olivier Vieillefond – Montage : Xavier Franchomme – Musique originale : Ariane Issartel – Une coproduction MARMITAFILMS/FRANCE TELEVISIONS (52 minutes)

Avec les voyageurs filmés :

Hermine Karagheuz (actrice), Pacôme Thiellement (écrivain), Médéric Collignon (musicien), François Abdelnour (cinéaste), Klavdij Sluban (photographe), Benoît Duteurtre (écrivain), Dominique Maugars, (cheminot et cinéaste), Marc Armengaud (architecte), Denis Brochard (architecte), Denis Sire (dessinateur), Yves Belaubre (scénariste), Lola Salès (géographe), Pascal Desmichel (géographe), Julien Rapegno (journaliste), Jean-René Malivert (ferrovipathe), Dominique Olivier, Michel Prioux et Rémi Sagot (conducteurs de locomotives).

Et aussi, l’ouvrage « Grande vitesse » de Jochen Gerner, les dessins de Ferdinand Dubreuil, les textes d’Alessandro Baricco.

Et encore les magnifiques conducteurs de la locomotive du « train des Mouettes » dans lequel une scène de « Chacun cherche son train » a été tournée.
Cliquez ici pour découvrir le visage et l’identité de mes voyageurs :

CHACUN CHERCHE SON TRAIN – les voyageurs !

_1220475chezfabiennepararnaud2016

Hermine Karagheuz et Pacôme Thiellement à Bagnolet (photo Arnaud Baumann)

Dans « Chacun cherche son train », Hermine et Pacôme voyagent ensemble dans le  » train des Mouettes » en Charentes Maritimes entre Saujon et la Tremblade…

http://www.ville-bagnolet.fr/index.php/lire-actualite/items/chacun-cherche-son-train-1559.html

Marc Armengaud, philosophe, urbaniste et architecte, dans "chacun cherche son train"

Marc Armengaud, philosophe, urbaniste et architecte, dans « chacun cherche son train »

La première diffusion à la télévision a eu lieu le 26 septembre sur France 3 Poitou Charentes et France 3 Limousin après le grand Soir 3.

L’affiche du film : une image tournée à Angoulême en fin de journée

Cliquez ici :

Affiche du film « Chacun cherche son Train » de Fabienne Issartel, 52′, 2016

La directrice de la photo : Marine Tadié

Marine Tadié, la Directrice de la photo du film "Chacun cherche son train"

Marine Tadié, la Directrice de la photo du film « Chacun cherche son train »

Musique originale : Ariane Issartel

La violoncelliste Ariane Issartel qui a composé et interprété la musique originale du film "Chacun cherche son train" de Fabienne Issartel

La violoncelliste Ariane Issartel qui a composé et interprété la musique originale du film « Chacun cherche son train » de Fabienne Issartel

Olivier Viellefond a réalisé toutes les prises de sons des tournages de "Chacun cherche son train"

Olivier Viellefond a réalisé toutes les prises de sons des tournages de « Chacun cherche son train »

Klavdij Sluban, photographe, dans "Chacun cherche son train"

Klavdij Sluban, photographe, dans « Chacun cherche son train »


Voilà quelques éléments qui ont régie ma réflexion pour construire ce film :

L’actualité  :

En 2017, une toute nouvelle ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique sera mise en service. On pourra alors rejoindre Bordeaux de la capitale à 320 kms/h et en 2 h et 5 minutes, au lieu de 3 heures actuellement… Que d’avancées depuis 1829 où la fameuse « Rocket » de George Stephenson fit sensation, circulant à Rainhill en Angleterre à 59 kms/h devant un public médusé et effrayé. En 1853, 24 ans plus tard seulement, quatre trains reliaient déjà quotidiennement la ligne Paris Bordeaux, le train le plus rapide effectuant alors le parcours en un peu plus de treize heures… Notre espace-temps se réduit donc toujours plus. Jusqu’où ? Et quelle conséquence cela aura-t-il sur nos vies ?

billet-tgv-maitrise-temps

Le magazine Life en 1964 :

« En 1964, le magazine Life déclarait déjà que le plus important problème de société auquel nous serions confrontés demain serait de savoir ce que nous ferions de ce temps libre… Nous n’avons pas aujourd’hui l’impression de disposer de plus de temps : au contraire, nous en avons toujours trop peu. Nous vivons dans une pénurie de temps, une “famine temporelle”, comme la décrivait en 1999 les sociologues américains John Robinson et Geoffrey Godbey.Toutes les sociétés modernes sont caractérisées par une pénurie de temps » disaient-ils : « plus une société est moderne, et moins elle a de temps”. Ce n’est pas le pétrole qui nous manquera un jour, mais plutôt le temps… »

Paul Virilio, le grand penseur de la vitesse :

« La vitesse a toujours fait peur. Il existe trois révolutions dans l’ordre de la vitesse : la révolution des transports au XIX e siècle, la révolution des transmissions au XXe siècle et la révolution des transplantation en cours et pour demain. L’homme marche d’abord à côté de l’animal qui porte la charge. Puis l’homme invente le centaure, la monture : il est sur l’animal. Le cheval est beau depuis qu’on en a fait un véhicule, depuis que les arabes en ont fait « le pur sang ». La cavalerie va dominer le monde. Le cheval de guerre et la poste sont les grandes inventions liées à l’idée de vitesse. Les pigeons voyageurs qui permettent à l’information de parvenir rapidement sont entre les mains des seigneurs, et permettent à ceux qui les possèdent d’exercer une domination. Il n’y a pas de pouvoir sans vitesse. Puis l’homme invente le véhicule, dans lequel il entre à l’intérieur. Aujourd’hui, on est en train d’aller dans le sens inverse : on invente des machines à ingurgiter, des machines absorbées par le corps, des implants plus performants que nos propres organes. La révolution des transmissions, c’est la révolution des vitesses pures, c’est à dire des vitesses élémentaires. »

« L’écologie grise devrait, et devra, aussi, traiter la pollution des distances. Car les choses existent à travers des proportions. Au-delà de 2,5 mètres, nous ne sommes plus homme. Or, la vitesse des transports et des transmissions instantanées réduit le monde à rien. Nous vivons une époque singulière où notre appréciation des échelles de temps et de distances est bouleversée. L’écologie doit maintenant réaccorder la philosophie et la science. Si l’écologie veut être une science utile à l’humanité, à la démocratie, à la liberté, elle doit être à la fois ouverte à la techno-science mais aussi à la philo-science. »

Ivan Illich :

la-me-pc-jerry-brown-ivan-illich-political-the-001

Ivan Illich (un des penseurs de l’écologie politique) : « à partir du moment où la société industrielle, par souci d’efficacité, institutionnalise un moyen, que ce soit un outil, un mécanisme, ou un organisme – afin d’atteindre un but, ce moyen tend à croitre, jusqu’à dépasser un seuil où il devient dysfonctionnel et nuit au but qu’il est censé servir. Ainsi l’automobile nuit au transport, l’école nuit à l’éducation et la médecine nuit à la santé. L’institution devient alors contre-productive, et contribue à aliéner l’être humain et la société dans son ensemble. »

Extrait des « Châteaux de la colère » d’Alessandro Baricco :

51vcncedsbl-_sy300_

« Dans les trains pour sauver leur peau, pour arrêter la rotation perverse de ce monde qui les martelait là-bas de l’autre côté de la vitre, et pour esquiver la peur, et pour ne pas se laisser engloutir par le vertige de la vitesse qui forcément cognait sans cesse dans leur cerveau autant que sur la forme de ce monde frôlant l’autre côté de la vitre sous des apparences jamais vues jusque-là, surprenantes sans doute, mais impossibles, parce que s’abandonner un seul instant relançait instantanément la course de la peur, et donc cette épaisse et profonde angoisse qui au
moment de se cristalliser en pensée se révélait de toute façon n’être rien d’autre que la sourde pensée de la mort – dans les trains pour sauver leur peau, ils prirent l’habitude de s’en remettre à un geste méticuleux, un exercice d’ailleurs conseillé par les médecins eux-mêmes et d’illustres savants, une stratégie minuscule de défense, évidente mais géniale, un petit geste exact, et splendide.Dans les trains, pour échapper à ça, ils lisaient. Le baume parfait. L’exactitude fixe de l’écriture comme suture d’une terreur. L’oeil qi trouve dans les infimes virages dictés par les lignes une échappatoire nette à ce flux indistinct d’images que la fenêtre impose. On vendait dans
les gares des lampes exprès pour ça, des lampes de lecture. Elles se tenaient d’une main, elles dessinaient un cône intime de lumière à fixer sur la page ouverte. Il faut imaginer ça. Un train lancé dans une course furieuse sur deux lames de fer, et dans ce train un petit coin d’immobilité magique minutieusement découpé par le compas d’une petite flamme. La vitesse d train et la fixité du livre éclairé. L’éternellement changeante multiformité du monde tout autour, et le microcosme pétrifié d’un oeil qui lit. Comme un noyau de silence au coeur d’une détonation… »

Le train est l’ancêtre d’internet !

« La fenêtre du train est en réalité le premier écran de cinéma. Lorsqu’on regarde le paysage à travers la fenêtre d’un train, nous avons l’impression que le paysage défile. En réalité, le mouvement n’est pas dans le paysage mais dans le train, dans la machine. Au cinéma, en réalité, sur l’écran, il n’y a que des photogrammes immobiles qui se succèdent, l’un après l’autre, grâce au mouvement d’une machine : le projecteur !
Le train et le cinéma nous présentent un mouvement technique qui ressemble de très près – jusqu’à la confusion – au mouvement naturel. C’est cette caractéristique qui détermine la fascination que le train, comme le cinéma, provoque sur nous. Le mouvement n’est pas dans l’image, mais dans le projecteur. Le cinéma donne donc seulement l’illusion du mouvement. C’est de la volonté de pouvoir gérer le mouvement que le cinéma est né.
Internet de son côté, est un flux de données qui circulent d’un point à l’autre à travers des voies : les câbles qui constituent le réseau. Et le réseau qui constitue Internet ressemble finalement de près au réseau ferroviaire. Le mouvement se déploie sur des chemins préconstitués et il est donc facilement contrôlable. La deuxième analogie d’Internet avec le train et le cinéma vient du fait qu’il soit numérique. Le numérique se base sur le même principe que celui des 24 photogrammes par seconde
du cinéma. Le numérique est la représentation du réel à travers des nombres naturels en base deux : c’est-à-dire en une série de 0 et de 1. Le numérique nous donne l’impression du continu, il nous donne l’impression du mouvement réel, mais il est un mouvement technique produit et géré par une machine. Internet est donc un mouvement de données sur des voies, comme les chemins de fer, qui donne l’impression du continu, comme le cinéma, et géré par une machine et pour cela facile à contrôler. En ce sens, le train est l’ancêtre d’Internet. Les inventions du train, comme celle du cinéma et d’Internet relèvent de cette tendance qu’ont les hommes à échantillonner le mouvement du réel pour avoir plus de prise sur la réalité. »

François Truffaut dans « La nuit américaine » :

« Un film avance comme un train : comme un train dans la nuit » dit François Truffaut à Jean-Pierre Léaud dans « la Nuit américaine ». « Tu vois, c’est ça notre travail de réalisateurs! »

Mon poème :

Train

Voitures jaunes rouges à l’envers

coquelicots en genêts jaunes

car bleu et blanc

berline rouge,

se croisent et se dépassent.

Cyprès dans les jardins

les fils qui s’allongent,

identique toujours le poteau

devant mes yeux,

et encore,

ciel gris du souvenir

jardins

voitures jaunes rouges à l’envers.

Coquelicots en genêts jaunes

car bleu et blanc

berline rouge

se croisent et se dépassent.

Fabienne Issartel,1975

 

L'affiche du documentaire "chacun cherche son train" de Fabienne Issartel

L’affiche du documentaire « chacun cherche son train » de Fabienne Issartel

LES POINTS DE VUES DES PREMIERS SPECTATEURS

« Chacun cherche son train » synthétise de toute évidence la philosophie de la réalisatrice : la vie comme une promenade, une déambulation poétique enrichie par lectures et rencontres. Il dit que l’important du voyage n’est pas la destination, mais l’acte de se mettre en mouvement… Et pas n’importe comment : à pied ou en train, moyens propices aux rencontres et à la rêverie. Ce film est le manifeste d’un art de vivre en une déambulation littéraire et musicale. Il parle de ce goût des rencontres contingentes et de leurs richesses. » L.C

« Chacun cherche son train, c’est un film qui va à la vitesse des trains, à la fois un peu plus lent que la pensée, et un peu plus rapide que les actes (et parfois l’inverse). On ne cesse de voir le « paysage », même quand on écoute les paroles des acteurs. On passe d’un personnage à l’autre, on les perd, on les retrouve comme des passagers avec qui on se lie d’amitié. Les humains s’accordent comme les instruments d’un orchestre. Il y a une beauté douce, un lyrisme un peu cinglé, une énergie mélodique de poésie verlainienne. Ce n’est pas seulement un film qui épouse le lyrisme des trains, c’est un film qui nous montre que les trains eux-mêmes épousent le lyrisme des films. C’est un film sur un paradis perdu – qui est encore là. Le train est devenu la clé pour retrouver le rythme des vies : le train et les films de Fabienne Issartel. » P.T.

« Délibérément intello, mais c’est jamais désagréable de réfléchir gaiement, par les oreilles et par les yeux ! Éloge de la lenteur et de la dérive : la SNCF n’a qu’à bien se tenir, au train où vont les choses ! » A.B.

« Ce film a du SENS, à la fois dense et poétique. Il ne s’épuise pas après un premier visionnage. Les propos lumineux donnent une envie irrésistible de rencontrer (mieux connaître) tous ces voyageurs. Ton travail ne se « contente » pas de synthétiser quelques belles idées (ce serait déjà pas mal…), il produit une réflexion, donne à penser, à poursuivre le sujet. Le regard d’auteur, sensible, est très présent. Le charme s’instaure au fur et à mesure, il gagne en puissance, je ne sais comment l’expliquer, l’analyser, mais il est bien là. Le film est pour moi à la croisée exacte du documentaire et du poétique, là où je voudrais être… » P.D.

« Un bel objet, touchant, personnel, où les éléments de documentaire arrivent comme sans faire exprès, au cours de la conversation. On apprend des choses sans s’en rendre compte. C’est agréable ! Une caméra discrète et toujours amie, vers laquelle les gens sont à l’aise pour parler ou juste se taire, avec un petit sourire tout désarmé et un peu mélancolique, comme ce cheminot avec ses gravures, ou le fils de cheminot qui raconte son enfance dans la minuscule gare de province déserte, devant les guichets condamnés. Le train fait parler les gens, toutes ces histoires… C’est tout simple, mais tellement précieux… Et puis les lieux sont très beaux comme celui du Cirque électrique où Yves parle avec Lola : on dirait un décor de Wenders en soi cet endroit ! C’est plutôt un film sur le temps que sur le train finalement… Comme dit Benoît Duteurtre : on pensait qu’en pouvant faire les choses plus vite, on aurait plus de temps libre, mais non, on en fait juste toujours plus, et ça augmente notre course à la surproductivité. L’image est toujours bien léchée, parfaite ». A.I
Un film qui pose des questions philosophiques, économiques…… sur la vie, l’espace, le temps, le travail, les rencontres, le voyage : un film universel, musical, drôle…
La force ressentie aussi c’est le travail des hommes qui ont fait le train et le font encore aujourd’hui. Le train ne roule pas tout seul. Les relations sociales, entre les hommes qui font le chemin de fer sont très importantes. Mais il faudra bien, je l’espère, que les gens se posent la question de son devenir : c’est un moyen de transport écologique ! Or, aujourd’hui, les choix faits conduisent aux fermetures de ligne…
Peut-être qu’avec ce film les gens s’interrogeront aussi sur leurs relations avec les autres ? Parce qu’après tout, c’est comme dans un train, on est tous…. embarqué pour une destination connue… ou pas ! C’est bien exprimé dans le film. Des choses auxquelles on a réfléchi : pourquoi la vitesse, la rapidité… permettent ou non de prendre… son temps. Il y a le bruit, les sons. Il nous manque les odeurs… De très belles images, de belles couleurs, de beaux cadrages… un bel hommage aussi au cinéma, à la photo, aux arts. Un film du présent, d’hier et pour demain : qui pose la question du train, et de comment on veut vivre au présent, prendre son temps. E.M.

Les magnifiques conducteurs de la locomotive du "train des Mouettes" dans lequel une scène de "Chacun cherche son train" a été tournée

Les magnifiques conducteurs de la locomotive du « train des Mouettes » dans lequel une scène de « Chacun cherche son train » a été tournée

En plus d’être aboutie – malgré tous les événements qui auraient pu l’en empêcher, c’est une
oeuvre profonde, poétique, intelligente et esthétique, qui a su rassembler du beau monde, inspiré et captivant. Le train est un sujet en or, mais personne ne sombre dans la banalité.
La richesse du propos – vitesse – temps – ennui – progrès – nous conduit à de belles interrogations ( d’Illich à Virilio en passant par Fargue, Jarry, Baricco et même Gébé) et s’équilibre avec un choix savoureux de documents anciens. J’aime particulièrement certains partis-pris :
– la voix de la réalisatrice et son propos (l’écriture… inspirée… Ce « quelque part qui ne mène nulle part » nous conduit là où elle a choisi de nous emmener)
– les voix off, en particulier celle d’Hermine (belle à l’image et à entendre)
– la séquence de Pacôme tenant la partition de Jochen Gerner au trompettiste Médéric Collignon (superbe !)
– le cheminot qui parle de son métier avec amour et sans excès de nostalgie
– la ballade en « train longtemps » comme on dit à La Réunion (on lit l’émotion dans les yeux d’Hermine)
– le clin d’oeil au Western (encore Hermine et son foulard sur la bouche)
Les images sont belles et au service du propos. Excellent choix musical avec les cordes et le vent du violoncelle d’Ariane Issartel pour ressentir les vibrations de ce film. CHACUN CHERCHE SON TRAIN est un film qui nous fait avancer dans le besoin de ralentir ! A.B.

Une voix un peu magique et qui à elle seule est déjà invitation au voyage, celle de la réalisatrice…
Les trains, qu’ils soient à l’arrêt, en attente d’une prochaine course ou filant sous nos yeux… ont ce même pouvoir de nous emmener loin. Et l’on revit ici ces moments uniques, ceux de la solitude, quand le regard erre sur le paysage, abandonné à ses pensées. Ou un livre sur les genoux, de temps à autre on lève la tête pour voir ailleurs, un horizon plus vaste. Des trains qui invitent à la rencontre. Aller vers soi mais aussi vers l’autre. Connu, inconnu. Les conversations se prolongent. Sans cette vibration qui emporte, elles n’auraient pas vu le jour. On se surprend soi-même avant de surprendre l’autre. Les trains, invitation à suspendre le mouvement incessant de nos vies, tandis qu’eux s’animent et se hâtent à notre place. A.M.M.

Pascal Desmichel, géographe et fils de cheminot, dans "Chacun cherche son train"

Pascal Desmichel, géographe et fils de cheminot, dans « Chacun cherche son train »

Benoît Duteurtre, écrivain, dans "Chacun cherche son train"

Benoît Duteurtre, écrivain, dans « Chacun cherche son train »

UNE NOUVELLE PROJECTION DU FILM EN OCTOBRE !
Réservez votre billet de train pour Saint-Pierre des Corps !

Au mois d’octobre (le 11 octobre à 18 h 30) le film sera diffusé à Saint-Pierre des Corps, haut-lieu ferroviaire. Dominique Maugars, ancien cheminot de St Pierre des Corps, et que j’ai filmé dans « chacun cherche son train » sera bien sûr présent à mes côtés.

Dominique Maugars, ancien cheminot et cinéaste, à St Pierre des Corps, filmé pour le documentaire "Chacun cherche son train"

Dominique Maugars, ancien cheminot et cinéaste, à St Pierre des Corps, filmé pour le documentaire « Chacun cherche son train »

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Communes/Saint-Pierre-des-Corps/n/Contenus/Articles/2016/08/19/La-bibliotheque-est-deja-sur-les-rails-2813355

Voilà l’affiche de ce bel événement (du 16 septembre au 29 octobre) qui propose autour du titre « Des traits, des trains: le dessin ferroviaire », une exposition de dessins (Gébé, Dubreuil,Sochard), des rencontres et un film (« chacun cherche son train ») :

"des traits des trains" du 16 septembre au 29 octobre 2016 à St Pierre des Corps

« des traits des trains » du 16 septembre au 29 octobre 2016 à St Pierre des Corps

Pacôme Thiellement dans la salle du Cin'Hoche pour l'avant-première de "Chacun cherche son train" le 15 septembre 2016. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés

Pacôme Thiellement dans la salle du Cin’Hoche pour l’avant-première de « Chacun cherche son train » le 15 septembre 2016. Photo Arnaud Baumann. Tous droits réservés

Dessin de Fred Sochard,  présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Dessin de Fred Sochard, présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Un épisode dessiné de "la petite halte" de GEBE, document de "la vie du rail" présent dans l'exposition "des traits-des trains" de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Un épisode dessiné de « la petite halte » de GEBE, document de « la vie du rail » présent dans l’exposition « des traits-des trains » de St Pierre des Corps, octobre 2016 (photo Fabienne Issartel)

Dans mon documentaire, Pacôme Thiellement évoque avec Hermine Karagheuz une scène au début du film « l’an 01 » (Jacques Doillon, Gébé, Alain Resnais et Jean Rouch)où le personnage déclare :

« et un jour ce train, et bien, je ne l’ai pas pris ! »

Pour revoir cette scène avec Gérard Depardieu :

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Boris pahor 103 ans à l’ouverture du forum culturel européen 2016 à Bruxelles dit les choses que personne ne veut entendre !

Boris Pahor, discours inaugural du forum culturel européen 2016 à Bruxelles

Boris Pahor, discours inaugural du forum culturel européen 2016 à Bruxelles

Voilà en cliquant sur le lien à la fin de cet article, la possibilité de ré-entendre Boris Pahor lors de son discours inaugural au dernier forum culturel européen 2016, prononcé le 20 avril. Il parle à partir de 28′ 12. Le texte intégral de ce discours est présent ici aussi. Il y exprime son inquiétude concernant l’avenir du monde plus préoccupé par l’argent que par la qualité de vie de l’humanité. Boris Pahor propose ici d’organiser une grande réunion de tous les pays européens, comme on l’a fait récemment pour le climat, pour imaginer la meilleure façon de répondre aux problèmes des migrants.
Boris Pahor à 103 ans est toujours aussi pertinent pour réfléchir à l’actualité brûlante de notre monde bouleversé.

Retranscription du discours de Boris Pahor :

Mesdames et Messieurs,

j’ai deux questions que je trouve très importantes du point de vue de la culture. La première question concerne un camp de concentration dans les Vosges, c’est-à-dire le camp du Struthof-Natzweiler, à neuf cents mètres d’altitude, ce camp où est né mon livre « Pèlerin parmi les ombres » (en français), traduit en vingt-et-une langues sous le nom de « Nécropole ».
Dans ce camp-là, la France a construit un bâtiment qui abrite le « Centre Européen du Résistant Déporté ». Dachau était le premier camp qu’a créé Hitler pour les communistes, les socialistes [et pour les résistants politiques], puis il y a eu Buchenwald, Struthof-Natzweiler, puis Dora-Mittelbau, Mauthausen, Bergen-Belsen. Il existe une quinzaine de ces camps à peu près. Il faut souligner tout de suite que Buchenwald avait environ à quatre-vingt dépendances. Une dépendance de Buchenwald, était Dora-Mittelbau. Les déportés y construisaient les V2. Ce camps se trouvait dans les montagnes dans la forêt et sur soixante mille déportés, vingt-cinq mille sont morts pour construire les V2 sous la direction de Von Braun, de l’ingénieur nazi Von Braun. Il a été emmené aux Etats-Unis en cachette, après la Libération, et on l’a embauché à la NASA. Quand l’homme s’est rendu sur la Lune, il est devenu alors le héros mondial, lui l’ingénieur Von Braun des nazis.
Dora-Mittelbau était donc une dépendance de Buchenwald. Et le camp de Dora lui-même avait trente-neuf dépendances et dans une de ces dépendances, j’étais déporté moi-même. En 1995, on a créé une organisation des étudiants allemands, puis français et italiens qui s’appelle « Jugend für Dora », « La Jeunesse pour Dora » et qui s’intéressent à ça, qui veulent faire connaître le camp de Dora où on faisait ces V2. Et ça c’est une chose fantastique. Ils sont aussi venus à Trieste, chez moi, et ils m’ont dit : « Boris Pahor, vous avez écrit un livre dans lequel vous parlez aussi de Dora : vous y étiez. Vous parlez aussi des autres camps, mais surtout de Dora. Donc cela nous intéresse parce qu’il faudrait faire connaître Dora au peuple européen en général. J’ai expliqué cela publiquement. J’étais à Dora il y a une semaine où l’on m’a invité pendant cinq jours pour la commémoration de la libération. J’y suis allé déjà trois fois auparavant. Je suis un peu un habitué. J’ai parlé aussi du « Centre Européen du Résistant Déporté ».
Ces résistants avaient des triangles rouges.
En Allemange, tous les gens dans les camps allemands avaient des triangles sur la poitrine et la couleur de ces triangles donnait une précisions de ce qu’ils avaient fait de mal pour être déportés. Et le rouge, c’était nous ! Il y avait mille six-cents camps de travail où les soi-disants résistants devaient mourir de faim, de maladie et étaient pendus. A Dora on faisait beaucoup de sabotages et le sabotage était fait en sachant qu’on contrôlerait où a avait été commis le sabotage. Dans ces cas-là, on ne demandait pas dans ce petit centre de montagne qui avait fait le sabotage exactement, mais on pendait tous les gens qui travaillaient dans l’atelier identifié. Quand je suis arrivé de Dachau, je me suis retrouvé justement dans une dépendance de Dora. On en avait pendu dix récemment, puis on en a pendu encore vingt à la fois quelques temps après.
De tout cela pratiquement la population européenne ne sait rien du tout. Comme elle ne sait rien de Dachau, comme elle ne sait rien de Mauthausen. Il y avait beaucoup de Français à Mauthausen parce que tous ces camps-là avaient tous des dépendances. Dans tous ces camps les gens mouraient de faim, de maladie, de pendaison. Et moi je parle ici de cela dans ce lieu dédié à la culture européenne.
Pourquoi chaque fois qu’on parle de la mémoire, il n’y a personne qui parle des camps de déportés, de ceux qui étaient des résistants ? La majorité pourtant étaient des intellectuels, des hommes de culture qui se sont opposés. Les Français, les Belges, les Hollandais et les Norvégiens portaient en plus un N majuscule sur le dos. NN signifiait « Nacht und Nebel ». C’était une loi spéciale nazie destinée aux hommes qui étaient condamnés à mort, par exemple à Paris ou dans une ville de France où ils ne pouvaient pas être tués, ils recevaient sur le dos le NN. Cela signifiait que ce monsieur-là irait après sa mort dans l’autre monde, après avoir passé la fin de sa vie dans le brouillard et dans la nuit. C’étaient des gens qui venaient de toute l’Europe occidentale. Ils étaient punis de cette façon-là parce qu’ils se sont opposés, mais d’une autre façon que les communistes russes et tous les autres.
La culture européenne était opposée aux Nazis.
Je parle de cela pour que l’Europe européenne, pour que les gens de culture qui sont ici ou les gens qui vont peut-être dire quelque chose de ce qui s’y est passé, puissent témoigner de cela à propos des camps, pour que chaque année, quand il y a le jour de la mémoire, on puisse se souvenir des résistants européens, russes, polonais, tchèques, italiens, slovènes, français, belges, espagnols.
Les Espagnols, ce sont des gens qui ont combattu contre Franco. Ils se sont réfugiés en France et pendant l’ère de Pétain, ils ont été punis dans les camps de concentration allemands. Vous voyez la chose. C’étaient des Espagnols, c’étaient des Hollandais, c’étaient des Norvégiens. Moi j’étais interprète pour l’italien, le français et les langues slaves, pour seconder un médecin norvégien en chef, Leif Poulson, un homme très chic qui dirigeait tous les médecins des différents pays dans le camp de Struthof-Natzweiler dont j’ai parlé tout à l’heure. Et je me donne la permission de prier les hommes de culture qui préparent aujourd’hui ces deux journées de la culture européenne de ne pas oublier les gens qui ont combattu pour la liberté. La société d’aujourd’hui qui est égoïste et qui s’en fiche pas mal, va dire que cela c’est du passé, et qu’on doit penser au futur. Ils ne pensent qu’à l’argent. Car la liberté, c’est l’argent aujourd’hui. Ils ne sont pas dignes, les gens de cette société maintenant, de tous ces morts qui ont combattu pour la liberté. La liberté s’est transformée en un sale égoïsme.

Boris Pahor à Bruxelles en juin 2016 pour l'ouverture du forum culturel européen

Boris Pahor à Bruxelles en juin 2016 pour l’ouverture du forum culturel européen

La deuxième question dont je voudrais parler et dont je voudrais qu’on accepte la proposition est la suivante. La société dans laquelle on vit aujourd’hui, cette société égoïste, doit faire avec ce qui s’est passé à Paris, ce qui s’est passé à Bruxelles, ce qui s’est passé auparavant également à New York avec les deux tours. On ne peut pas combattre avec l’armée ou avec des bombes les gens qui nous dirigent. Il faut que la société humaine, la société européenne d’abord, la société culturelle européenne, que tous se mettent d’accord pour une espèce de réunion européenne générale, une espèce de congrès général. Quelque chose de la même ampleur que ce que l’on a fait pour le climat, que ce que l’on a fait pour l’atmosphère.
Pour sauver l’Europe aujourd’hui, il faut se mettre d’accord à travers un dialogue, un dialogue général pour changer la façon de vivre de l’Homme sur cette Terre, une façon de trouver la manière de ne pas tout vouloir résoudre par les guerres pour atteindre la libération, qui nous amènera forcément à une nouvelle autre guerre. Et puis avec toutes ces choses qu’il faut défendre, toute l’Europe vit sous un contrôle. Il faut maintenant que l’Europe qui a inventé des choses magnifiques, l’Europe intellectuelle avec les petits téléphones aves lesquels je peux, moi maintenant, parler avec New York… Cela, c’est un miracle. Les gens qui ont vécu il y a cent ans nous diraient : « mais qu’est-ce que c’est ça ? Comment avez-vous réussi à faire çà ? ». C’est la question du progrès technologique qui suit son cours. Mais tout de même, les hommes qui ont créé cela, s’ils se mettaient à raisonner pour changer la façon de vivre de l’Homme avec l’intelligence, et avec les sentiments… Dans ce monde avec des gens qui ont faim d’un côté et de l’autre des riches, qui cachent de l’argent. C’est une chose anormale de vivre comme cela. Je crois que la première chose c’est au moins de donner à manger à l’Afrique. L’Europe a colonisé l’Afrique. Cela signifie qu’elle a vécu avec ce que l’Afrique lui a donné. Elle devrait avoir une certaine dette.
Le Pape l’a dit quand il est allé en Afrique : il faut essayer de faire en sorte que ces gens-là élargissent leurs possibilités de se prendre en main de pouvoir se mettre debouts. Médecins sans frontières, c’est une très belle chose. Il faut louer cela. Il faut dire « Chapeau ! ». Mais ils sont toujours en train de demander de l’argent eu aussi juste pour donner des médicaments. Cela coûte. Si vous donnez vingt euros, on va acheter juste de l’aspirine ou des choses comme cela. Cela, c’est une honte pour l’Europe, c’est une honte pour l’Homme européen, soi-disant plus intelligent, plus évolué… C’est une honte si, avec sa civilisation technique, il est incapable de faire mieux.
Alors je demande à l’Homme culturel, à l’Homme de culture, dans cette rencontre culturelle qu’on est en train de faire maintenant, d’essayer d’organiser, de proposer une espèce de dialogue général – appelez cela « congrès », appelez cela comme vous voulez – mais que ce soit une rencontre où l’Homme du XXIème siècle se mette à penser ce que le christianisme a toujours dit et Jésus aussi : « il faut aimer ton prochain. Il faut l’aider ». Mais on ne met pas cela en pratique. Le philosophe Nicolas Berdiaev a dit que ce sont les Chrétiens d’abord qui devraient faire une révolution. Les gens ne vivent pas selon ce qui est écrit dans l’Evangile.
Je suis social-démocrate, mais je suis avec le Pape : on n’a pas besoin de guerre pour accéder à la liberté et pour le bien-être de l’Humanité. Il s’agit d’aider son prochain au lieu de donner maintenant des milliards et des milliards pour bloquer l’avancée de tous ceux qui veulent venir en Europe afin de trouver une façon de vivre plus honnête et plus juste. Donnez tous ces milliards à « une organisation générale » dédiée à la vie sur Terre : une vie d’Homme qui soit juste, qui soit dans l’idée de celle qu’on espère pour l’autre monde s’il y en a un. Mais ne détruisons pas ce monde d’emblée, ne le détruisons pas de notre propre chef !

Je vous remercie.

Boris Pahor

Le lien

http://ec.europa.eu/avservices/video/player.cfm?sitelang=fr&ref=I119796

Tagué , , , , ,

DERNIÈRE AVANT-PREMIÈRE FRANCAISE DE « BORIS PAHOR PORTRAIT D’UN HOMME LIBRE » À SRASBOURG LE 20 JUIN À 18 H AU CINÉMA ODYSSÉE

Deux articles à propos de mon documentaire : http://blogs.mediapart.fr/blog/alicia-deys/081014/boris-pahor-un-sommet-d-humanite

« Jeune homme de 101 ans, dont l’énergie,  l’esprit critique, la rébellion contre l’oppression sont restés intacts, Boris Pahor est un poète, un homme phare. « Portrait d’un homme libre«   tisse méticuleusement son parcours incroyable, au cœur d’une Europe ensanglantée et meurtrie, chamboulée de toutes parts,  y compris dans ses frontières  et dans ses valeurs profondes. Pour lui-même, et au nom des siens – la communauté slovène à laquelle il appartient-, Boris Pahor n’a jamais cessé de  déclarer son amour pour la langue,  en premier lieu sa langue maternelle, longtemps interdite-, langue pour laquelle il s’est battu sans relâche, langue  grâce à laquelle il a pu renaître des cendres  et recouvrer son identité d’homme libre. »

http://www.humanite.fr/boris-pahor-portrait-dun-homme-libre-554108

« Des quais de Trieste aux reliefs tourmentés du plateau du Karst, Fabienne Issartel saisit avec une grande générosité la silhouette frêle et décidée du vieil écrivain. Ce « Portrait d’un homme libre » est aussi retour sur un siècle de résistances et de profonde humanité. » Rsa Moussaoui. 

Boris Pahor, infatigable, en route, accompagné de Liza Japelj, pour une nouvelle rencontre à Tours en mai 2015. Une étape de la grande tournée des projections du documentaire

Boris Pahor, infatigable, en route, accompagné de Liza Japelj, pour une nouvelle rencontre à Tours en mai 2015.
Une étape de la grande tournée des projections du documentaire « Boris Pahor, portrait d’un homme libre ». Photo Fabienne Issartel

Cliquez icci pour le flyer de la projection de Strasbourg : FlyerPRINT-BPahor-Strasbourg (Side 01) Résumé du film : FlyerPRINT-BPahor-Strasbourg (Side 02) La dernière étape de notre valeureuse tournée avec Boris Pahor, 102 ans, pour faire connaître le documentaire « Boris Pahor, portrait d’un homme libre »,  aura lieu à Strasbourg le 20 juin au cinéma Odyssée à 18 h. Ce sera la toute dernière avant-première française. Suivront ensuite, comme vous l’espérez tous, de belles diffusions sur les chaînes de télévisions européennes, qui permettront au plus grand nombre de faire connaissance avec mon héros. Nous attendons toutes les propositions qui conviendront à ce film atypique.

Boris Pahor et Fabienne Issartel arrivent à l'aéroport de Lyon Saint Exupéry début mai 2015.A

Boris Pahor et Fabienne Issartel arrivent à l’aéroport de Lyon Saint Exupéry début mai 2015.

A Luc en Diois, à l'occasion de la commémoration du 8 mai 45, Boris Pahor confie au député de la Drôme Hervé Mariton, son attachement à l'oeuvre de l'écrivain Vercors, et notamment à sa fameuse nouvelle

A Luc en Diois, à l’occasion de la commémoration du 8 mai 45, Boris Pahor confie au député de la Drôme Hervé Mariton, son attachement à l’oeuvre de l’écrivain Vercors, et notamment à sa fameuse nouvelle « le silence de la mer ». Le soir même avait lieu dans le village une projection de notre documentaire devant 200 personnes. Autre étape de notre tournée début mai 2015. Photo Fabienne Issartel.

La projection de

La projection de « Boris Pahor, portrait d’un homme libre » à Luc en Diois dans la salle des fêtes le 8 mai 2015.

Boris Pahor sera présent à Strasbourg pendant trois jours. Le 19 juin à 17 h, une rencontre sera organisée également à la librairie Kléber et Georges Federmann Président du Cercle Menachem Taffel lui remettra à cette occasion le prix Véronique Dutriez. Véronique Dutriez, présidente du MRAP à Strasbourg, n’a pas survécu à l’agression dont elle a été victime avec son époux Georges Federmann, psychiatre. « Le 15 novembre 2005, un ancien patient a fait irruption dans notre cabinet et a tué Véronique. J’ai reçu 4 balles dans le corps. Au-delà de la douleur profonde et cruelle liée à l’absence de ma femme, je poursuis les œuvres que nous avions bâties ensemble pour rester fidèle à sa mémoire. » Déclare Georges Federmann. Un hommage spontané avait eu lieu le mardi 17 novembre 2005 en fin d’après-midi. Environ 250 personnes se sont recueillies à la mémoire de Véronique Dutriez devant le lieu du drame. Le même jour se tenait à Strasbourg un colloque sur la médecine nazie. Georges et Véronique devaient y participer. Georges et ses amis du cercle Menachem Taffel voient enfin leurs efforts couronnés : un geste de mémoire officielle sera enfin inscrit à l’Institut d’anatomie de Strasbourg pour signaler le massacre génocidaire survenu au camp du Struthof tout proche des 86 Juifs victimes de la déraison de la médecine nazie. http://www.revue-quasimodo.org/PDFs/9 – Federmann.pdf

Georges Federmann et Véronique Dutrie

Georges Federmann et Véronique Dutriez

« Il aura fallu la mort de Véronique pour que cette demande soit entendue par les autorités », déclare Georges Federmann. En tant que médecin psychiatre il se sent aujourd’hui alerté par une médecine à deux vitesses encore tentée par une ségrégation quasi raciale à l’égard des sans-papiers et démunis. Le prix Véronique Dutriez pour les droits des « sans-papiers » remis chaque année veut mettre en lumière une personnalité humaniste dont la vie a été guidée par le devoir de mémoire et de justice au service des humiliés et des démunis. Boris Pahor a mené toute son existence dans cette perspective. Il recevra ce prix 2015 à la librairie Kléber le 19 à 17 h. Venez nombreux pour le féliciter ! ATTENTION : SIGNATURES-DEDICACES DES OUVRAGES DE BORIS PAHOR à 16 h AVANT LA REMISE DU PRIX : Boris Pahor sera à la librairie Kleber pour signer ses ouvrages et vous rencontrer avant la remise du prix entre 16 h et 17 h.

Boris Pahor et Fabienne Issartel avec sa caméra lors du tournage au camp du Struthof dans les Vosges en 2009. Photo Sylvie Goubin.

Boris Pahor et Fabienne Issartel avec sa caméra lors du tournage au camp du Struthof dans les Vosges en 2009. Photo Sylvie Goubin.

Ciquer pour voir le PDF de l’événement à Strasbourg : affiche Pahor-bd L’annonce de la venue de Boris Pahor sur le site du camp du Struthof : http://www.struthof.fr/fr/actualites/fiche/boris-pahor-a-strasbourg/

L’annonce de Médiapart :

http://blogs.mediapart.fr/blog/alicia-deys/170615/boris-pahor-strasbourg

Je raccompagne Boris Pahor à son hôtel non loin de la rue de la Gaieté en juin 2014. Photo Liza Japelj.

Je raccompagne Boris Pahor à son hôtel non loin de la rue de la Gaieté en juin 2014. Photo Liza Japelj.

Le dernier article paru dans les dernières nouvelles d’Alsace (en entier pour les abonnées seulement) : http://www.dna.fr/edition-de-strasbourg/2015/06/12/boris-pahor-temoin-de-l-indicible

Grande salle, Cinéma l'Odyssée, Strasbourg.

Grande salle, Cinéma l’Odyssée, Strasbourg.

L'article dans le quotidien DNA annonçant la venue de Boris Pahor à Strasbourg du 19 au 21 juin.

L’article dans le quotidien DNA annonçant la venue de Boris Pahor à Strasbourg du 19 au 21 juin.

Le contenu de l’article dans les dernières nouvelles d’Alsace du 13 juin : STRASBOURG Il reçoit le prix Véronique Dutriez du cercle Menachem Taffen Boris Pahor, témoin de l’indicible Il a été ce « pèlerin parmi les ombres », témoin de l’horreur des camps nazis auxquels il survécut : l’écrivain slovène, Boris Pahor, 101 ans, est l’invité de la Ville de Strasbourg. Si, comme de nombreux historiens l’affirment, le XXe  siècle commence avec le déclenchement de la Grande Guerre, c’est alors bien un témoin du XIXe  siècle qui sera reçu par la Ville de Strasbourg, vendredi prochain. La chose nous semble inouïe aujourd’hui, mais Boris Pahor est né sujet de l’empire d’Autriche-Hongrie, en août 1913, lorsque les Habsbourg régnaient sur sa ville natale de Trieste, en Slovénie. C’était un an avant que l’Europe ne s’embrase, mais à l’horreur des tranchées allait succéder un autre rendez-vous vertigineux avec la mort. Et de celui-là, de l’exercice méthodique du crime et de la cruauté, de cette manifestation du plus total déni de la dignité humaine, Pahor sera le témoin au plus près. Entré dans la résistance yougoslave, il est arrêté et déporté. Une trajectoire suivra dans l’indicible, dans l’impensable, dont les stations auront pour noms Natzweiler-Struthof, Dachau, Mittelbau-Dora et Bergen-Belsen. De cette voix qui fait douloureusement écho à celle d’un Primo Levi, de ces mots qui entrent en résonance avec les peintures hallucinées d’un Zoran Music, le lecteur français avait pu découvrir, en 1990, à la faveur d’une traduction du slovène, signée Andrée Lück Gaye, toute la force dramatique – froide, clinique, et pourtant émouvante. En longs paragraphes, couvrant parfois plusieurs pages, Boris Pahor se faisait, au Struthof, P èlerin parmi les ombres (éditions La Table Ronde). Deux temporalités s’y articulaient l’une à l’autre : celle de la déportation, d’une traversée de l’enfer nazi dont la relation participe du défi de « l’incommunicable » ; et celle d’un Pahor retournant bien des années plus tard, dans ces hauteurs vosgiennes apaisées, réactivant sur place une mémoire meurtrie, imperméable aux attentes des visiteurs contemporains du site. De ce rapport quasi-hermétique du passé au présent, que double pourtant cette nécessité morale de témoigner, Pèlerin parmi les ombres est totalement imprégné. Peut-on encore parler aux morts ? « En cet instant, j’aimerais dire quelque chose à mes anciens camarades mais j’ai l’impression que tout ce que je leur dirai en pensée sera faux, écrit-il. Je suis vivant, voilà pourquoi mes sentiments les plus sincères sont quelque part impudiques. » Familier de la capitale alsacienne, dont il avait reçu en 2012 la médaille d’honneur de la Ville, Boris Pahor en est une nouvelle fois l’invité ainsi que du cercle Menachem Taffel qui lui remettra son 9e prix Véronique Dutriez. Il sera également accueilli par la librairie Kléber . Il y évoquera, en dialogue avec Georges Federman, sa trajectoire d’homme libre. Celle d’une conscience happée par la terrible mécanique de l’Histoire, d’un adolescent qui assiste, médusé, en 1920, à l’incendie de la Maison de la Culture slovène par les fascistes italiens. De quoi ancrer au plus profond de son âme cette volonté de s’exprimer à jamais, comme homme et comme auteur, dans cette langue slovène qu’on tenta de lui interdire. Ce refus de toute forme d’autoritarisme l’avait également conduit, en 2004, à participer, à Strasbourg, à un appel « contre l’extrémisme », lancé alors par la municipalité, en réaction à la tenue d’un meeting du Front National. Il y disait son espoir en l’homme. Mais sans angélisme, racontant comment, au sortir des camps, il eut l’impression de retrouver « le paradis terrestre ». Pour découvrir l’horreur de la bombe atomique. SERGE HARTMANN Rencontre avec Boris Pahor, vendredi 19 juin, à 17 h, à la librairie Kléber. © Dna, Samedi le 13 Juin 2015 – Tous droits de reproduction réservés

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,

STANDING OVATION PENDANT DE LONGUES MINUTES POUR BORIS PAHOR après la projection de mon documentaire « Boris Pahor, portrait d’un homme libre », 98’, AU FESTIVAL ETONNANTS VOYAGEURS DE SAINT-MALO LE DIMANCHE 24 mai À 14H À LA GRANDE PASSERELLE

Affiche Boris Pahor sans

Saint-Malo veille sur ses Etonnants Ecrivains Voyageurs de mai 2015. En sortant du restaurant avec Boris Pahor.

Saint-Malo veille sur ses Etonnants Ecrivains Voyageurs de mai 2015.
En sortant du restaurant avec Boris Pahor.

Un étonnant voyageur arrive ce samedi 23 mai 2015 par le train du livre. C'est Boris Pahor, le doyen du festival.

Un étonnant voyageur arrive ce samedi 23 mai 2015 par le train du livre. C’est Boris Pahor, le doyen du festival.

Salle comble pour cette projection à la Grande passerelle, un lieu qui vient d’être inauguré à St Malo d’une remarquable qualité technique. Une cinquantaine de personnes ont dû néanmoins rebrousser chemin par manque de place. La plus grande salle avait été donnée à Michel Serres en face à la même heure. A la fin de la projection, quand nous entrons dans la salle, Boris Pahor et moi, le public se lève et applaudit à tout rompre pendant de longues minutes.Je regarde les gens un par un et je vois qu’ils ont des larmes dans les yeux. Puis je dis quelques mots avant de laisser la parole à Boris Pahor. Chaque fois le miracle se reproduit. Les gens n’en reviennent pas de voir entrer en chair et en os le héros de mon film dont la facture s’apparente quelque peu à de la fiction. Boris Pahor, 102 ans leur parle en flots continus de l’esprit de résistance qui a régi toute sa vie. Je lui tiens le micro. Yann Nicol, médiateur du débat ne peut pas « en placer une » non plus. Tous ces moments sont à vivre au présent comme s’ils étaient les derniers. Alors nous écoutons Boris bien sagement comme des enfants.

Une petite photo envoyée par Michel et Michèle venus de la Ville Jaunet à côté de Saint-Brieuc. Après la projection du film, la rencontre avec Boris Pahor, Fabienne Issartel et Yann Nicol

Une petite photo envoyée par Michel et Michèle venus de la Ville Jaunet à côté de Saint-Brieuc. Après la projection du film, la rencontre avec Boris Pahor, Fabienne Issartel et Yann Nicol

« La grande passerelle » à St Malo, lieu de notre projection « Etonnants Voyageurs »

Boris Pahor au 25 ème festival Etonnants Voyageurs. Mai 2015.

Boris Pahor au 25 ème festival Etonnants Voyageurs. Mai 2015.

Pour lire le carnet de bord du festival par l’express : http://www.lexpress.fr/culture/livre/25-ans-d-etonnants-voyageurs-a-saint-malo_1683257.html Extrait du journal de bord : « 9h30: ça gronde au wagon-restaurant. La file d’attente s’allonge, le préposé aligne les cafés sans discontinuer, à croire qu’il n’y a que des Balzac dans le train. En attendant les effets du divin breuvage, l’heure est plutôt au recueillement – pensées profondes les yeux fermés, lectures assoupies, etc. Seul, ou presque, un petit homme semble avoir tous ses esprits et n’hésite pas à donner de la voix. Petit homme, mais grand écrivain, le doyen du TGV, Boris Pahor, affiche 101 ans et demi et une santé de fer. L’auteur slovène du Pèlerin parmi les ombres, récit de sa déportation dans un camp nazi en France, fera l’admiration de tous, trois jours durant. »

Boris Pahor et le grand écrivain d'Afrique du sud Breyten Bretenbach après leur rencontre du lundi 25 mai

Boris Pahor et le grand écrivain d’Afrique du sud Breyten Bretenbach après leur rencontre du lundi 25 mai

« cela commence dès le train qui emmène les participants, le samedi, premier jour du festival. Le Slovène Drago Jancar écrit comment, en 2003, un jour de grève, il a attendu sur le quai en compagnie du Triestin Boris Pahor, et s’est demandé si celui-ci se souvenait de la gare parisienne où il était arrivé, au printemps 1945, en provenance du camp où il avait été déporté. » Extrait de l’article de Libération  : http://www.liberation.fr/livres/2015/05/22/etonnants-voyageurs-l-odyssee-du-livre_1314789

Dans le livre

Dans le livre « 25 ans d’Etonnants Voyageurs », le texte de l’écrivain slovène Drago Jancar, qui raconte un voyage en train vers St Malo qu’il a fait avec Boris Pahor.

Dans notre train du livre de retour vers Paris, l’atmosphère était plutôt joyeuse. Les deux écrivains triestins devisaient avec entrain dans leur dialecte. Je faisais aussi l’extraordinaire rencontre de l’écrivain haïtien Frankétienne. Et Breyten Bretenbach était là lui aussi, par hasard… Moment de grâce…

Boris Pahor et son ami l'écrivain triestin Paolo Rumiz dans le train du livre au retour du festival lundi 25 mai 2015

Boris Pahor et son ami l’écrivain triestin Paolo Rumiz dans le train du livre au retour du festival lundi 25 mai 2015

Dans le train de retour du 25ème festival des Etonnants Voyageurs. En face de Boris Pahor (et moi) l'écrivain haïtien Frankétienne, Paolo Rumiz et aussi Breyten Bretenbach.

Dans le train de retour du 25ème festival des Etonnants Voyageurs. En face de Boris Pahor (et moi) l’écrivain haïtien Frankétienne, Paolo Rumiz et aussi Breyten Bretenbach.

Et le lendemain après une courte nuit près de la gare Montparnasse, nous repartons vers Tours où une nouvelle rencontre a été organisée par une association franco slovène et le comité de jumelage de Montbazon. Nouvelles conférences de Boris Pahor infatigable et projection du film…

A l’heure où se déroulait la panthéonisation officielle à Paris, Boris Pahor remettait un premier prix du concours de la résistance à une belle jeune fille à la préfecture de Tours. Un symbole fort qui montre que l’esprit de résistance de Boris Pahor perdure, tourné vers l’avenir. « N’oubliez jamais que le Mal peut revenir. Lisez des livres que vous choisissez vous-mêmes pour vous faire une idée personnelle de l’histoire et écrire votre avenir ».

L’esprit de résistance est avant tout évidemment une décision individuelle. La culture a un grand rôle à jouer dans cette liberté d’engagement citoyen. Dans ce domaine, Boris Pahor nous montre encore aujourd’hui cette voie.

Boris Pahor remet un premier prix du concours de la résistance à la préfecture de Tours le mercredi 27 mai 2015.

Boris Pahor remet un premier prix du concours de la résistance à la préfecture de Tours le mercredi 27 mai 2015.

Puis nous reprenons le train, encore et encore. Boris est un peu fatigué mais heureux.

Boris Pahor et Liza Japelj dans le train de retour Tours Paris le mercredi 27 mai 2015. Une leçon de vie en direct devant mes yeux !

Boris Pahor et Liza Japelj dans le train de retour Tours Paris le mercredi 27 mai 2015. Une leçon de vie en direct devant mes yeux !

LE DOCUMENTAIRE

« Le documentaire « Boris Pahor, portrait d’un homme libre » donne la parole au grand écrivain slovène de Trieste, Boris Pahor, 101 ans, rescapé des camps.

Boris pahor au camp du Struthof en 2009 lors de mon tournage. Photo Sylvie GoubinI

Boris pahor au camp du Struthof en 2009 lors de mon tournage. Photo Sylvie GoubinI

Cet européen humaniste qui a traversé le siècle nous livre sa vision d’un monde où, pour gagner sa liberté, il a dû sans arrêt lutter contre les totalitarismes qui ont croisé sa vie. Tout commence à Trieste en 1920 quand il voit enfant les « Chemises Noires » de Mussolini mettre le feu à la Maison de la Culture Slovène tout près de chez lui. Puis on lui interdit de parler sa langue slovène. Le petit Boris doit devenir italien de force. Ce traumatisme sera le moteur de sa vie. Toute fumée ensuite, et jusqu’aux rougeoiements le soir dans le ciel de Trieste, lui rappelleront sans cesse que l’incendie lui a volé son âme. C’est avec la culture justement et sa machine à écrire qu’il participe auprès des siens – les slovène – à la résistance contre le fascisme, le nazisme, puis plus tard, le communisme de Tito. Il sera conduit pour cela, après 43, dans les camps nazis. Interné notamment en France au camp du Struthof, il ne devra sa survie qu’à sa capacité à parler de nombreuses langues étrangères et notamment l’allemand. Son récit des camps, « Pèlerin parmi les ombres », publié d’abord en France en 90, est souvent comparé à celui de Primo Levi « Si c’est un homme ». De retour à Trieste, après la guerre, il dirige une revue littéraire engagée – « Zaliv » (« Le Golf ») – qui est acheminé clandestinement vers la Yougoslavie, redonnant du souffle à ceux auxquels on a muselé la parole derrière le rideau de fer. Il paye cher sa liberté. Toujours boycotté d’un côté en tant que slovène par les intellectuels de la communauté italienne de Trieste, il est aussi interdit de séjour de l’autre, par la Slovénie de Tito. Il passe ainsi une grande partie de son existence dans l’anonymat. Professeur de littérature italienne pour gagner sa vie, il poursuit inlassablement son travail d’écrivain dans la cave de sa maison qu’il appelle son « bunker » ou au sein de la nature sauvage du plateau du karst. « Reconquérir dans ma langue mon pays, c’est la première liberté que je me suis donnée ! », dit Boris Pahor. En 2008, après voir lu avec infiniment de plaisir ses ouvrages traduits en français, je décide d’aller lui rendre visite chez lui à Trieste. L’homme m’intrigue ! Le rendez-vous est fixé. Je prends le train… Ce jour-là, quand j’arrive, il me tend joyeusement « La Républica », et « Le Picolo », deux importants quotidiens italiens qui consacrent des pleines pages à l’histoire de Boris Pahor. Je comprends rapidement que cet événement qui coïncide bizarrement avec notre rencontre est exceptionnel. Car Boris Pahor a vécu jusqu’à ce jour sans connaître la célébrité à laquelle il pouvait légitimement prétendre. Avec la réédition de son livre sur les camps – « Necropoli », préfacé par le célèbre écrivain Claudio Magris, l’Italie découvre tout à coup l’existence de ce nouvel héros de 95 ans. Boris Pahor devient alors en quelques mois la coqueluche de tout le pays qui s’émeut de son destin. L’engouement médiatique autour de lui ne cessera plus ensuite. Pas un jour sans que Boris Pahor ne se produise ici ou là, pour raconter inlassablement son histoire, celle de son peuple slovène, et exposer ses points de vues tranchés. Reçu en « prime-time » sur les chaînes de télévision, recevant des récompenses de toutes sortes, il sera même pressenti plusieurs fois pour le Nobel. Moi aussi j’ai été fascinée par l’énergie de Boris Pahor, par ce petit homme porté par la force de ses engagements et qui semblait faire fi du poids des âges. Le filmer serait la bonne façon de rendre compte de sa dimension évidente de personnage. Il fallait faire ce film. C’était une évidence. Son courage, et aussi le mien en donnerait sans doute à d’autres ! Alors, Boris Pahor m’a raconté son histoire, par bribes, dans un excellent français, et le récit de sa vie s’est naturellement superposé au journal de nos rencontres entre 2008 et 2013, de la France à l’Italie, et de la Slovénie à la Belgique. Que ce soit avec Stéphane Hessel à Paris, au camp du Struthof dans les Vosges, chez lui à Trieste, ou encore à Bruxelles, pour une remise d’une médaille du Citoyen Européen, Boris Pahor ne vrille pas dans sa tétermination, toujours préoccupé de vérité et de justice. Il s’applique à transmettre son message de mémoire, mais aussi d’amour pour l’humanité. Car il aime à dire que l’amour l’a sauvé de tout. Son amour pour les femmes, pour « la femme », transparaît partout dans son oeuvre dans des pages très sensuelles. Son amour pour la vie se lit en direct, dans ses yeux irradiant d’une lumière étrange, quand il aborde à la fin du film, dans la brume au sommet du Nanos, l’idée de sa propre disparition. « Vivre en homme libre rendrait-il immortel ? » La réalisatrice Fabienne Issartel

Fabienne Issartel. Autoportrait à l'hôtel Océania de St Malo, après une belle soirée au festival Etonnants Boyageurs 2015

Fabienne Issartel. Autoportrait à l’hôtel Océania de St Malo, après une belle soirée au festival Etonnants Boyageurs 2015

UN PORTRAIT EN FORME DE PAYSAGE !

la jetée de Trieste

la jetée de Trieste

« L’expérience des camps pour Boris Pahor, forcément fondamentale, occupe dans le temps une seule année de sa longue vie, mais un an où il aura su rester vivant. Sans doute avait-il en lui cette propension rare, hors-norme à l’espérance. Le film raconte justement comment cette résistance intérieure lui a non seulement permis de survivre dans l’environnement hostile des camps, mais aussi de savoir conquérir sans cesse, avec courage et opiniâtreté, de nouveaux champs de connaissance et de liberté. Car la culture, l’instruction, et la littérature ont été ses chemins d’émancipation. C’est notamment grâce à sa bonne pratique de plusieurs langues étrangères qu’il devra sa survie dans les camps. L’esprit de Camus, de Dostoïevski, de Baudelaire ou encore du poète slovène Srecko Kosovel ont guidé sa vie. « J’écris pour tous les humiliés », déclare-t-il, faisant sienne la déclaration en 1954 de Camus dans « l’Eté » : « Oui, il y a la beauté et il y a les humiliés. Quelles que soient les difficultés de l’entreprise, je voudrais n’être jamais infidèle ni à l’une ni aux autres. »

Sur ma table de chevet d'Etonnants Voyageurs, quelques livres fétiches que j'emmène avec moi : Heiner Müller, le discours de Suède de Camus et aussi le recueil chez Seguers du poête visionnaire slovène Kosovel que Boris Pahor adore.

Sur ma table de chevet d’Etonnants Voyageurs, quelques livres fétiches que j’emmène avec moi : Heiner Müller, le discours de Suède de Camus et aussi le recueil chez Seguers du poête visionnaire slovène Kosovel que Boris Pahor adore.

Mes tournages – qui n’étaient à priori au début qu’un premier travail de repérage – ont démarré en 2008 dès notre première rencontre, chez lui, dans les hauteurs de Trieste. Six ans plus tard, je réalisais que j’avais chez moi quelques 120 h de rushs : précieuses archives tournées dans plusieurs pays. N’ayant trouvé aucun diffuseur français voulant s’impliquer financièrement dans de ce film, je continuais néanmoins à le retrouver dès qu’une opportunité se présentait, caméra à la main. Il y a un an et demi, je décidais qu’il était temps de donner à ce film sa forme avec les éléments tournés. J’avais hâte tout à coup de pouvoir montrer des images à mon héros. Je procédais alors au montage, d’abord seule, puis avec l’aide de Slobodan Obrenic et de Thomas Bertay de Sycomore Films. Peu à peu le portrait se dessinait sous mes yeux, trouvait naturellement sa vie et les rythmes dont j’avais imaginé les grandes lignes. Pour ce « portrait » qui implique à 100 % son portraitiste, – moi -, je décidais d’abord d’éliminer du film tout intervenant extérieur qui parlerait de Boris Pahor à sa place. L’omniprésence de notre personnage de 101 ans serait la ligne de force du documentaire. J’en étais convaincue ! Il faudrait comprendre comment un homme peut tisser la trame de son propre destin dans le temps donné de sa vie, avec les éléments incontournables et réels de toute existence : l’histoire d’une enfance, d’un peuple et d’un pays. Pour Boris, cette réalité nauséabonde avait surgi bien tôt dans son existence de petit garçon… Quelle avait pu être l’incidence de l’exercice de la littérature dans sa façon d’appréhender le monde ? Autrement dit, quelle part de fiction l’artiste écrivain Boris Pahor a-t-il pu ou su insuffler dans sa propre vie ? Je voulais réaliser là, autour de Boris Pahor, un film universel. Un film où l’on verrait vivre et parler un personnage archétypal, auquel chacun pourrait s’identifier comme dans une fiction. Un film avec un héros. Et Boris Pahor en avait de toute évidence l’étoffe ! J’imaginais que le film devait s’articuler autour d’une succession de plusieurs plans, qui feraient échos à ceux du paysage de Trieste. Au premier plan, donc il y aurait d’abord le corps de Boris. Car c’est son corps qui s’impose d’abord à mon regard. Celui d’aujourd’hui. Celui d’hier. « L’image n’a pas de passé », dit Bachelard. Je suis fascinée par son corps de vieillard qui est aussi un corps d’enfant. Jeune, il était déjà dans cette ambivalence. On peut le constater sur les photos. Filmer le corps de Boris Pahor serait donc une de mes priorités. La façon dont il tient ses mains par exemple est éloquente, car ses mains doublent sa pensée, et parfois, la précèdent. Souvent, elles sont posées devant lui ostensiblement, les doigts longs et reptiliens en attente. Soudain de mystérieux tempos les mettent en mouvement et la parole advient… Quand on le regarde en train d’écrire, la détermination avec laquelle il imprime son énergie sur les touches manuelles de sa machine à écrire est également significative. De toute évidence, son corps a la parole ! Une parole qui lui a été arrachée enfant, quand le slovène, sa langue maternelle lui fut interdite dans les rues et les écoles de l’Italie fasciste. Son corps a dû développer alors naturellement cette expressivité presque animale, garante de sa survie. Aujourd’hui encore, je vois que sa présence physique impressionne toujours ses interlocuteurs. Son rapport à l’idée de l’amour qui se révèle dans une expression littéraire éminemment sensuelle, relève sans doute de ce statut que Boris Pahor a su donner à son propre corps notamment dans les camps : une forme de respect total pour le corps humain érigé en absolu ! Au deuxième plan, on trouve les paysages de la région où il est né : celui de Trieste et de son arrière-pays. C’est un autre corps vivant dans lequel il est enchâssé, suscitant à la fois attirance et malaise au gré des évènements plus ou moins tragiques dont il est le théâtre. Pour aller de la mer Adriatique du golfe de Trieste jusqu’aux plus hauts sommets des Alpes Juliennes, il faut entre les deux, traverser ce plateau du karst, creusé de grottes souterraines qui s’insinuent au centre de la terre. La réalité physique, topographique une fois de plus, de ce paysage tridimensionnel, décrit les lignes de forces cosmiques du paysage mental, intérieur, de Boris Pahor, omniprésent dans son œuvre. Il fallait donc filmer avec soin ces trois lieux emblématiques, ces trois niveaux de conscience du paysage que sont la mer Adriatique, le plateau du Karst et les montagnes des Alpes Juliennes. « Quand je suis à la montagne », dit notre héros, « j’ai envie de retourner au bord de la mer. Et dès que je suis devant la mer, j’ai envie de rechausser mes chaussures de montagne ». Boris Pahor est un marcheur. Il a beaucoup pratiqué la randonnée en haute montagne, notamment autour du mont Triglav, dont les trois dents acérées du sommet orne le drapeau slovène. Au troisième plan du film, on trouve le corps des livres de Boris avec des mots et des phrases qu’il a fallu extirper des textes pour leur donner dans le film une vie autonome, portés par le timbre chaud et velouté de la voix du comédien Marcel Bozonnet. Enfin ma propre voix circonscrit en off tout le film. Il s’agit de dire que je suis là, que c’est bien moi qui scrute le paysage intérieur de Boris, et que ce documentaire est aussi l’histoire de ma rencontre avec lui. Je voulais depuis le début l’emmener sur ses montagnes… Finalement, ce ne fut pas au Triglav mais sur le mont Nanos, non loin de Trieste, où nous nous sommes rendus pour ses 99 ans. Le mont Nanos qui l’avait vu embrasser sa femme la première fois et où son beau-frère, grand résistant, avait mené de farouches combats contre les fascistes… Ce lieu avait du sens ! Nous nous sommes donc mis en route vers ce sommet étrangement recouvert en ce jour d’août d’une brume épaisse. Ce sale temps n’encourageait pas à la promenade. Aussi, comme par miracle, nous étions les seules âmes de ces contrées et la grâce de ce moment fut alors à la hauteur des efforts incessants que j’avais déployés pour vaincre les réticences de mon héros. Un bonheur intense nous envahit dès que nous nous trouvâmes sur cette lande déserte au-dessus du monde, et je pleurais de joie courant après lui avec ma caméra, toute interloquée d’être si bien parvenue à mes fins. Au loin, sur la toute dernière ligne d’horizon, je croyais voir de petits bateaux avec leurs voiles blanches gonflées par le vent, traçant leurs sillons sur la mer bleue de la baie de Trieste. » Fabienne Issartel, réalisatrice, mai 2015

L'écrivain Boris Pahor et la réalisatrice Fabienne Issartel : face à face  en descendant du mont Nanos en Slovénie...

L’écrivain Boris Pahor et la réalisatrice Fabienne Issartel : face à face en descendant du mont Nanos en Slovénie…

Retrouvez aussi Boris Pahor très bientôt à Strasbourg pour une signature à la Librairie Kléber le 19 juin, et une projection de mon documentaire « Boris Pahor, portrait d’un homme libre » au cinéma Odyssée le 20 juin à 18 h. Boris Pahor sera là pour dialoguer avec vous ! Laissez vos commentaires sur mon site. Fabienne Issartel : https://fabienneissartel.wordpress.com L’article sur mon documentaire dans Médiapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/alicia-deys/081014/boris-pahor-un-sommet-d-humanite QUI EST Fabienne Issartel ?

Fabienne Issartel Film Kodak Portra 400  Rolleiflex 2,8 GX 14 juin 2014

Fabienne Issartel
Film Kodak Portra 400
Rolleiflex 2,8 GX
14 juin 2014

Fabienne Issartel développe d’abord, dans les années 90, un travail très personnel autoproduit autour de lʼidée de « Films Promenade ». Le dispositif qu’elle met en place, entre réalité et fiction, permet, dans chaque film, de circonscrire poétiquement un lieu de Paris. C’est ainsi que naîtront « Là-haut sur la montagne » (rue de Ménilmontant), « Etat de Siège » (sur les Bateaux-bus de la Seine) ou « Printemps » (le long du canal Saint-Martin). Dans les documentaires de Fabienne Issartel, il y a toujours cette volonté de révéler la dimension de « personnages » des gens filmés. Cette approche cinématographique, proche de la fiction, la conduira ensuite à la réalisation de documentaires où les héros sont souvent des artistes dont elle veut percer le secret. Musiciens, sculpteurs, cinéastes, écrivains viennent ainsi faire un bout de chemin devant sa caméra. Fabienne Issartel les regarde avec la curiosité du promeneur qui se laisse entraîner dans une aventure. Car d’un film à l’autre, c’est la propre quête de la réalisatrice qui est sous-jacente, entre certitude et doute. « Ou allons-nous ? » se demande-t-elle. Ce à quoi elle répond : «vers ce quelque part qui n’est peut-être nulle part ! » Elle tourne ces jours-ci « chacun cherche son train », une réflexion sur le temps et l’accélération du monde mettant en scène des rencontres dans les trains, et montre le portrait qu’elle a réalisé du grand écrivain slovène de Trieste, Boris Pahor.

Tagué , , , , , , ,

LA MEMOIRE DES ATROCITÉS NAZIS DOIT PERDURER AU-DELÀ DU 27 JANVIER ! LISEZ « Pelerin parmi les ombres », le récit de la captivité de Boris Pahor, écrivain de Trieste, au camp nazi du Struthof en France ! SOUTENEZ MON FILM « BORIS PAHOR, PORTRAIT D’UN HOMME LIBRE » QUI RELAIE LE TEMOIGNAGE DE CET HOMME HORS DU COMMUN !

Boris Pahor en 2009 lors de mon tournage au camp du Strthof. photo Sylvie GoubinI

Boris Pahor en 2009 lors de mon tournage au camp du Strthof. photo Sylvie GoubinI

« Boris Pahor, portrait d’un homme libre » : un film qu’il fallait tourner !

Depuis 2008, j’ai tournée seule le documentaire « Boris Pahor, portrait d’un homme libre », l’histoire d’un homme qui a aujourd’hui 101 ans et qui s’est battu toute sa vie contre l’oppression et les dictatures de notre monde. Malgré les vives émotions suscitées par les avant-premières que j’ai organisées l’année dernière en présence de mon héros, aucune chaîne de télévision n’a encore eu la curiosité et la volonté politique de vouloir diffuser mon film afin que le message de Boris Pahor touche enfin le plus grand nombre. C’est étrange à notre époque où l’on parle sans arrêt de devoir de mémoire…
J’ai voulu réaliser ce film pour relayer la parole et les combats de Boris Pahor, qui ont été aussi ceux de nombreux autres européens. « Ne rien oublier » doit encore et toujours être nôtre objectif de simples citoyens. Mais nous avons besoin de vos « hauts parleurs », et pas seulement pendant la seule journée du 27 janvier.
Qu’attendez-vous donc pour parler de notre camp nazi français dans les médias : Que les derniers témoins comme Boris Pahor qui y a séjourné aient disparus ?
Je voudrais que Boris Pahor soit encore vivant quand une grande chaîne de télévision française diffusera ce film qui est aussi le sien. J’aimerai vivement qu’il puisse s’exprimer en vrai après la diffusion. Ils ne sont plus très nombreux parmi nous les rescapés encore en énergie de témoigner. Ils sont notre or. Non ?
Alors ?

MONSIEUR LE PRESIDENT…

Alors, j’adresse une requête ici au Président de la République, au Ministère de la Culture, aux responsables du Mémorial de la shoah et du Musée de l’Immigration, ainsi qu’à tous les décideurs des chaînes de télévisions françaises, pour que ce film soit enfin diffusé ! Pour que Boris Pahor qui a reçu plusieurs distinctions de la part de l’Etat français, puisse regarder avec douceur ce pays qu’il aime si fort. Je sais que Boris attend ce moment avec impatience. Nous ne devons pas le décevoir, mais le conforter dans l’idée que son combat incessant contre la barbarie et pour l’amour entre les hommes ne sera pas vain. Il en va de notre humanité !

Boris pahor au camp du Struthof en 2009 lors de mon tournage. Photo Sylvie GoubinI

Boris pahor au camp du Struthof en 2009 lors de mon tournage. Photo Sylvie GoubinI

Boris pahor au camp du Struthof en 2009 lors de mon tournage. Photo Sylvie GoubinI

Boris pahor au camp du Struthof en 2009 lors de mon tournage. Photo Sylvie GoubinI

Il y avait un camp de concentration nazi en France : celui de Struthof Natzweiler. Il est devenu « le Centre européen du résistant déporté ». Inauguré le 3 novembre 2005 par le Président de la République française, Jacques Chirac, il rend hommage à tous ceux qui, partout en Europe, ont lutté contre l’oppression. Il est le vecteur de l’histoire et de la mémoire de la déportation et des Résistances européennes.

http://www.struthof.fr/fr/accueil/

Sur France Inrer on parle de ce camp du Struthof :

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1038527

Quelques articles à propos du film :

http://blogs.mediapart.fr/blog/alicia-deys/081014/boris-pahor-un-sommet-d-humanite
http://www.humanite.fr/boris-pahor-portrait-dun-homme-libre-554108
http://www.pogledi.si/ljudje/boris-pahor-ambasador-strpnosti-dolgozivosti

Un portrait sur France Inter en juin 2014 :

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=922882

Arrêté à Trieste, voilà la carte des camps dans lesquels Boris Pahor a été interné.

Arrêté à Trieste, voilà la carte des camps dans lesquels Boris Pahor a été interné.

Boris Pahor revient de Bergen Belsen avec deux de ses camarades des camps à travers la Hollande, la Belgique, jusqu’à Lille. Il raconte ce moment incroyable dans une nouvelle qui s’appelle « le berceau du monde » et que vous pouvez acheter via ce lien.

http://www.blockbookster.com/StoryLab/Boris-Pahor/Le-berceau-du-monde/Interview

Boris Pahor se fait tirer le portrait avec sa veste de déporté à Lille avant de la quitter définitivement.

Boris Pahor décide de se faire photographier avec sa veste de déporté à Lille avant de la quitter définitivement !

IL FAUT LIRE D’URGENCE SON « PELERIN PARMI LES OMBRES » ré-édité en poche.
Stéphane Hessel et Boris Pahor se sont croisés dans le camp de Dora où ils ont été internés tous les deux. Ils ne se sont pas vus à ce moment-là, mais ont souhaité le faire pendant le temps de mon tournage.
J’ai voulu filmer évidemment une de leur rencontre très émouvante à Paris à la Maison de l’Amérique latine… Un extrait de ce moment apparaît dans le montage de mon film de 98 minutes.

Stéphane Hessel brandit le "Pelerin parmi les ombres" de Boris Pahor dans son édition originale de 1990 de La Table Ronde

Stéphane Hessel brandit le « Pelerin parmi les ombres » de Boris Pahor dans son édition originale de 1990 à « La Table Ronde »

 La carte de déporté, délivrée par la France, à Boris Pahor qui sera soigné pendant deux ans en France au sanatorium de Villiers sur Marne.

La carte de déporté, délivrée par la France, à Boris Pahor qui sera soigné pendant deux ans en France au sanatorium de Villiers sur Marne.

LA MEMOIRE DES ATROCITÉS NAZIS DOIT PERDURER AU-DELÀ DU 27 JANVIER.LISEZ « Pelerin parmi les ombres », le récit de la captivité de Boris Pahor, écrivain de Trieste, au camp nazi du Struthof en France ! SOUTENEZ MON FILM « BORIS PAHOR, PORTRAIT D’UN HOMME LIBRE » QUI RELAIE LE TEMOIGNAGE DE CET HOMME HORS DU COMMUN !

Boris Pahor revient dans le camp du Struthof lors de mon tournage en février 2009. Photo Sylvie Goubin.I

Boris Pahor revient dans le camp du Struthof lors de mon tournage en février 2009. Photo Sylvie Goubin.I

Lisez aussi tous les articles précédemment publiés concernant mon travail sur ce film et les récits des avant-premières.

Boris Pahor au camp du Struthof et Fabienne Issartel pendant le tournage en 2009. Photo Sylvie Goubin.

Boris Pahor au camp du Struthof et Fabienne Issartel pendant le tournage en 2009. Photo Sylvie Goubin.

A travers ce film, et aujourd’hui, 27 janvier, je veux rendre hommage à toutes les victimes des atrocités nazis : les juifs génocidés de toute l’Europe, les tziganes, les homosexuels, les communistes et tous les résistants européens du triangle rouge. Il faut toujours se souvenir !
Boris Pahor va se recueuillir à chacun de ses passages à Paris au Mémorial de la Shoah.

Boris Pahor au camp du Struthof pendant mon tournage en 2009. Photo Sylvie Goubin.

Boris Pahor au camp du Struthof pendant mon tournage en 2009. Photo Sylvie Goubin.

Tagué , , , , , , , , , ,

On a retrouvé Hippocampe !

Une petite information bien réjouissante pour cette fin d’année : mes deux héros – Laurent Charpentier et Eric Vibart – présents dans mon film « Moi Jean Lacombe marin et cinéastes » ont retrouvé le bateau que le navigateur Jean Lacombe avait dessiné pour sa toute première traversée en solitaire de l’Atlantique dans les années 50.

"À MOI L'ATLANTIQUE", éditions Robert Laffont, avril 1957 : l'extraordinaire récit de la toute première traversée de l'Atlantique en solitaire de Jean Lacombe sur Hippocampe, un bateau construit par lui-même !

« À MOI L’ATLANTIQUE », éditions Robert Laffont, avril 1957 : l’extraordinaire récit de la toute première traversée de l’Atlantique en solitaire de Jean Lacombe sur Hippocampe, un bateau construit par lui-même !

Voici l’article qui paraîtra ces jours-ci dans Voiles & Voiliers, et où il est fait mention du film documentaire que j’ai consacré à cet intrépide navigateur solitaire.

Cliquez ici pour lire l’article en PDF :
527_HIPPOCAMPE_mont*

LE TEXTE DE L’ARTICLE

On a retrouvé Hippocampe !

En 1955, Jean Lacombe traversa l’Atlantique à bord d’un bateau de sa conception de 5,50 m : Hippocampe. Ce voilier libertaire illustrait la vitalité d’un héros modeste, plus tard engagé dans les transats en solitaire de 1960 et 1964 avec, entre autres, un célèbre Golif de 6,50 m. Hippocampe restait quant à lui présumé disparu. Nous l’avons retrouvé aux Eats-Unis. Avec bonheur.
Texte Eric Vibart photos Laurent Charpentier

Fin novembre dans un coin perdu de Caroline du Nord. Deux coups frappés à la porte d’une humble maison en bois déclenchent une déferlante d’aboiements. Agitation confuse, des objets cascadent sur le sol. Roy Mascari, un reste de cheveux longs en bataille, T-shirt verdâtre, bas de jogging tirebouchonné, surgit comme un diable à ressort. A peine présentés, nous voilà saisis par une accolade sans ménagement. Pieds nus dans l’herbe, abordant tous les sujets à la fois, Roy nous entraîne dans une danse de sioux – quand bien même sommes-nous en territoire Cherokee – autour d’une coque devenue sculpture moderne. Le Jack Russel s’époumone toujours : « Stop it, Roses ! Stop ! »
Roy, 70 ans, revenu de son travail de nuit peu avant notre arrivée se révèle tout aussi impossible à interrompre. Un débit si rapide que des phrases entières nous échappent. Puis, après une bonne demi-heure, l’homme se fige : « Hé les gars, ça caille ! Attendez-là, je vais passer un pull ! » Partagés entre fou-rire et sidération, Laurent et moi disposons enfin d’un moment pour contempler Hippocampe en silence, effleurer sa coque, sonder ses plaies. Il n’est guère paré pour un concours d’élégance « notre » Hippocampe, mais il est enfin là. L’étrave béante, vidée de son bois pourri, laisse chaque bord déchiré à distance l’un de l’autre. N’en subsiste pour l’instant que deux ailes stylisées élancées dans le bleu très pur du ciel, impression accentuée par la hauteur exceptionnelle de la coque dont le tirant d’eau atteint 1,20 m pour seulement 4,70 m à la flottaison.
« She’s one of a kind ! » lance Roy qui nous a rejoint, réchauffé par un gros pull bleu, de solides chaussures, et qui paraît davantage dominer son enthousiasme. Certes, il n’y en eut pas deux comme Hippocampe, bateau juvénile, fondateur, cotre norvégien miniature qui reste l’un des plus petits voiliers à avoir traversé l’Atlantique. La suite nous confirmera ce que nous pressentions : Hippocampe et Roy sont faits pour s’entendre.
Tout a débuté à Paris, au Salon nautique 1996. Guy Lacombe, frère de Jean, vint sur notre stand annoncer la disparition du navigateur oublié. Quelques semaines plus tard, ma première rencontre avec Guy et son épouse Gisèle, couple chaleureux s’il en fut, marquait le début d’une belle complicité. Dès lors, commença de se dérouler l’enfance des trois frères Lacombe, les événements familiaux, la vie méconnue de Jean aux Etats-Unis dont la traversée à bord d’Hippocampe avait constitué le voyage d’immigration. Un tout premier voyage épique mené sans le sou entre Toulon et New York, avec escales et échouages entre Barcelone, Mazagan, les Canaries où le bateau jeté à la côte traversa même un isthme par voie de terre, halé sur des rondins à la force des bras de tout un village. Quand au comportement d’Hippocampe, le seul récit publié du vivant de Jean « A moi l’Atlantique » ne laisse guère de doute. Le cotre lilliputien est inconfortable au possible. Gîtard, il progresse liston dans l’eau, mouille, tape dans la vague, se trimballe « à la vitesse d’un enfant qui joue à la marelle », mais avance malgré tout. Jean étant décédé en Martinique, Guy en avait rapporté souvenirs et documents : correspondances, manuscrits inédits, photos, livres. « Et puis çà aussi ! » m’annonça-t-il, ouvrant un carton plein de bobines de films de trois minutes. Une vingtaine, emportées « pour voir » furent visionnées précautionneusement, en tournant la manivelle d’un vieux projecteur d’enfant.
Au fil des rendez-vous, Guy me remit davantage de documents, de papiers, mais surtout des bobines de films de grand diamètre en boîte d’acier marquées par le temps. Cela commençait à faire beaucoup pour un ignare en cinéma connu pour être le plus mauvais photographe de la revue. Heureusement, l’ami Laurent Charpentier était là ! Lacombe devint notre sujet et il nous aura fallu de longs mois pour visionner près de sept heures de rushes, découvrir et inventorier des séquences historiques, enthousiasmantes par leur qualité et l’esprit de leurs prises de vues.
« Would you like to climb in ? » demande Roy approchant une échelle de l’arrière du bateau. « Mind your steps ! » L’emplacement du cockpit parait minuscule, peut-être un mètre de long, une quarantaine de centimètres au plus étroit. La profondeur est en revanche impressionnante. Prenant garde à ses appuis, on se glisse après quelques contorsions dans une coquille sombre à forte odeur d’écorce après l’averse, descente dans le cœur arrêté d’une aventure modeste et inouïe. Même si les emménagements ont été modifiés depuis la mise à l’eau du bateau en décembre 1953, l’ensemble reste protecteur. Je songe à qu’en a dit Jean avec sa bonhommie sans réplique : « J’entends le vent qui siffle dans les haubans et la mer bouillonner sur la coque. M’en fous, c’est dehors ; moi, je suis dedans. » Roy passe une tête par la descente et me bombarde de questions : où était le réchaud ? Ce meuble existait-il ? Et ces équipets ? Cette cloison ? « C’est, dit-il, que je tiens à une restauration la plus authentique possible ! »
Aboutissement des entretiens avec Guy et Gisèle Lacombe, de la recherche de témoins et de l’étude des archives, l’article consacré à Jean ne parut qu’en avril 2001 (voir VV n° 362). En 2007, Laurent est moi réalisions un petit documentaire pour un DVD Voiles et Voiliers utilisant des passages du seul film monté par Jean pour illustrer ses conférences (à voir sur voilesetvoiliers.com et YouTube). Puis, pendant des années, le projet d’un documentaire professionnel de 52 minutes nous préoccupa. Sans résultats tangibles. Au moment on nous apprêtions à tout abandonner, notre amie la réalisatrice Fabienne Issartel reprit le dossier et, en quelques mois, décrochait producteur et financement minimum. Pour Laurent et moi il n’y avait plus à balancer. Lacombe ayant passé trente ans de sa vie à New York, il nous fallait nous rendre aux Etats-Unis interviewer les derniers amis de Jean et son ex-compagne pour compléter le sujet. Faute de budget, nous irions à nos frais avec une caméra prêtée.
Depuis l’origine, une question persistait : où étaient passés les voiliers de Jean ? Pour faire court, tous ses bateaux sont documentés, qu’il s’agisse d’unités de série ou d’éléments retrouvés dans ses archives. Seul échappe le juvénile et fondateur Hippocampe, minuscule cotre norvégien imaginé par Lacombe, artisan maroquinier en mal d’évasion. Avec un soin infini et un désarmant bon sens, Jean avait dessiné des lignes et construit au dixième un modèle naviguant de son transatlantique de 5,50 m, objet que j’avais examiné et photographié chez Guy et Gisèle. Construit en lattes d’acajou de 24 mm collées sur champ par le chantier Croizer de Sartrouville, procédé avant-coureur du strip-planking, Hippocampe était un char d’assaut. Jean en avait calculé le lest comme nul autre: « Il m’a suffit de remplir la baignoire, d’y faire flotter mon modèle en le lestant jusqu’à ce que l’eau atteigne la ligne de flottaison. D’après le principe d’Archimède, il me suffisait de peser l’ensemble pour obtenir le déplacement. Celui-ci était de deux kilos. Il fallait donc que le vrai bateau pèse, tout armé pour la traversée, deux mille kilos […] Pour calculer le lest j’en avais fait une forme en bois, l’avais moulé dans du plâtre puis coulée en plomb. En appliquant le rapport de densité du plomb à la fonte et en multipliant par mille, j’obtins 875 kilos. » Corrigeant ce calcul hasardeux, Jean rajoutera quelques mois plus tard 280 kilos de lest intérieur en ferraille et ciment.
« Look ! » interpelle Roy, brandissant une billette de fonte de 25 cm de long sur 4 à 5 centimètres de section, j’en ai retiré un paquet comme çà ! » Des restes de ciment s’émiettent en frottant la pièce. Mais ce ne fut pas le plus gros travail de Roy qui a passé les dernières semaines à arracher le doublage verre-polyester stratifié sur la coque à une époque indéterminée. « C’était dur ?
– Tu parles ! Autant dépouiller un alligator ! »
En dessous, des mauvaises surprises se sont révélées : étrave pourrie, fonds rongés par endroits, lattes à changer… Les infiltrations par le pont et le manque d’entretien n’ont rien pardonné.
Mais lors de la réalisation du documentaire, le sort d’Hippocampe demeurait inconnu. Peu avant notre départ aux Etats-Unis, pour tenter d’en avoir le cœur net, j’adressais près de 300 emails aux marinas et clubs nautiques de la côte Est, autour de New York, à Long Island, dans le Connecticut et le New Jersey, supposant que le bateau, s’il avait survécu, aurait pu rester dans sa zone géographique d’origine. Peu de réponses, aucune positive. Mais mon message parvint à Bridget Walter, rédactrice en chef d’une revue internet de Long Island « Li Sail » qui me proposa d’écrire un article en anglais, m’assurant que ses lecteurs adoreraient se lancer dans une chasse au trésor. Je bouclais en hâte une traduction anglaise de l’article de Voiles de 2001, papier rapidement mis en ligne et suivit d’une grande page de Bridget exhortant ses lecteurs à partager toute information utile. Mais aucun retour, silence absolu.
Fabienne Issartel réalisa un 52 minutes intitulé « Moi, Jean Lacombe, marin et cinéaste ». Diffusé de multiples fois sur France 3, il obtint le prix Mémoire de la Mer 2014 dans la catégorie film documentaire. Mais toujours rien sur Hippocampe jusqu’à une nuit du printemps dernier où l’insomnie m’avait conduit vers mon ordinateur. A 4 heures du matin arriva un email qui aurait filé directement à la poubelle s’il n’avait été intitulé « Hippocampe ». Message obscur. Dans un anglais nébuleux (je devais apprendre plus tard que Roy utilisait une tablette peu pratique), un certain Roy Mascari me laissait entendre qu’il avait retrouvé Hippocampe et tentait de l’acquérir. Mascari, Mascarille, mascarade, mon premier sentiment fut de soupçonner un canular. Je répondais néanmoins, demandant photos et détails. Quelques jours plus tard arriva une réponse tout aussi confuse et sans images. Un plaisantin ou quelqu’un s’étant trompé de bateau ? Bridget, sur le répondeur de qui Roy avait déposé un message, partageait mes doutes. Quelques emails plus tard, il devenait évident que mon correspondant ne tenait pas à me donner trop de précisions tant que le bateau ne serait pas à lui. Enfin arrivèrent trois photos de détails en plans très serrés. L’une d’elle révélant le rouf caractéristique du bateau leva en grande partie le doute pour Laurent et moi : il s’agissait très probablement d’Hippocampe.
Il fallut des semaines pour que Roy nous adresse enfin des images complètes du bateau et même des vues sous voiles prises lors d’une sortie menée à bord de cette semi-épave qu’il avait découverte trois ans plus tôt lors de ses propres pérégrinations à bord de Blakie, sa vieille baleinière convertie en voilier. Abandonné sur un ponton de Little Snug Harbor Marina, à Deltaville, Virginie, il avait découvert Hippocampe capot de descente ouvert, pont verdâtre et coque pleine d’eau. « Un scandale ! s’exclame Roy, mais en le visitant, j’ai compris tout de suite qu’il n’avait rien de commun. Il s’en dégageait une impression de solidité et de qualités marines, même s’il doit être très gîtard. J’en suis tombé amoureux. Il me le fallait absolument mais le type qui le possédait refusait le contact. »
Le nom en lettres de laiton miraculeusement restées sur le capot coulissant, Roy fit une recherche et, bien que ne parlant pas un mot de français, découvrit le livre de Jean Lacombe « A moi l’Atlantique » puis l’article de « Li Sail » qui lui donnèrent l’essentiel des informations manquantes. Sans beaucoup de moyens financiers – ce qui le rapproche de Lacombe – et doué d’un sens inné de la récupération et de la débrouillardise qui confine au mimétisme, Roy finit par acquérir Hippocampe pour les 500 dollars que son propriétaire devait à la marina. Il acquit une remorque déglinguée, la répara et, en août dernier, perdant une roue en route et réparant de nouveau, finit par parcourir 400 miles sous une pluie battante pour rapporter le bateau chez lui. Touchant une maigre retraite, Roy travaille chaque nuit de 3 à 7 heures du matin à décharger des camions chez Federal Express pour acquérir un peu de « play money » dont une fraction sert à restaurer Hippocampe. « Et puis ça maintient en forme ! » s’exclame Roy gonflant ses biceps comme un lutteur de foire.
Chapeau l’artiste ! Hippocampe qui demande une restauration en profondeur a trouvé un bonhomme digne de lui, une sorte de Lacombe, d’ailleurs à peine plus grand que lui, partagé entre ingénuité et sensibilité, ingéniosité et détermination. L’aide tonique qu’il nous apporta pour effectuer le relevé de la coque ne fut qu’une succession d’habiletés judicieuses. Roy, dont Hippocampe est le sept ou huitième bateau n’a rien d’un plaisantin. Grâce à lui, à Bridget, à beaucoup d’autres et à une longue chaîne de rencontres, le sort d’Hippocampe, cotre hauturier lilliputien, est élucidé.
Nous savons tous que les voiliers sont des objets « chargés », ethniques, magico-religieux. Comme Joshua ou les répliques du Spray, comme Damien ou l’épave d’Anahita, comme chaque fois que des êtres humains ont mis leur âme dans un bateau, œuvre d’art par principe, quand bien même approximative, déroutante ou naïve. Avec Hippocampe et Roy Mascari, l’esprit de Jean Lacombe continue de souffler et c’est bien là l’essentiel.
Eric Vibart.

Hippocampe, 1953. (Dessin Fch dans le serveur)
Architecte : Jean Lacombe
Constructeur : Chantier Croizer, Sartrouville. Construction sur gabarits en lattes d’acajou 20 x 29 collées et clouées sur chants et rivetées sur membrures frênes. Deux virures de fond sur chaque bord, préceintes et pavois en bordés classiques. Charpente axiale, lisses et bauquières en chêne. Pont contreplaqué de 10 mm. Cockpit fait d’une cuve de zinc autovideuse.
Maître-voilier et plan de voilure définitif : Jacques Grivot, Champigny-sur-Marne.

Caractéristiques :
Long., 5,50 m ; long. flottaison, 4,70 m ; largeur, 1,94 m ; largeur flottaison,1,60 m ; franc-bord AV, 0,85 m ; franc bord AR, 0,60 m ; tirant d’eau, 1,20 m ; voilure au près 25 m2 ; déplacement, 2,3 tonnes à vide ; lest, 875 kilos externe, 280 kilos interne.

Remise du prix du film "Mémoires de la mer" 2014, décerné par La Corderie Royale de Rochefort, à Fabienne Issartel.

Remise du prix du film « Mémoires de la mer » 2014, décerné par La Corderie Royale de Rochefort, à Fabienne Issartel.

Le site du yacht club classique en parle :

http://yachtclubclassique.com/2014/12/on-a-retrouve-hippocampe/

Et tout le monde est content et ému !

C’est formidable de voir Hippocampe, ce petit bateau, mythique pour beaucoup, reprendre vie.
En tout cas je souhaite de grandes joies a son nouveau capitaine, et des remerciements à tous ceux qui ont permis cette renaissance.
Claude Sorin

Bonjour de New York,
Quelle aventure! Encore une espieglerie de Jean Lacombe. Cette retrouvaille est bien dans l’esprit de Jean. Il aimait la difficulte. Il en etait l’auteur parfois.Quelle bonne et heureuse nouvelle. Et bravo a Eric Vibart et Laurent Charpentier pour leur poursuite fidele et romantique du bateau fantome.
Pierre gazarian

Bonne nouvelle que d’avoir retrouvé ce bateau !
Le Maître de port principal de La Rochelle, Patrice BERNIER.

Merci de m’avoir envoyé cette information importante et émouvante. En allant sur le chemin de mes chantiers, j’avais vu l’HYPPOCAMPE être mis à l’eau : Il avait été construit par CROIZER, un ancien du chantier JOUËT!
Jean-Pierre Jouët

Merci. Cette nouvelle est assez émouvante quand on a bien connu Jean.Vous connaissez certainement l’existence de son livre « A MOI L’ATLANTIQUE » qui raconte cette première traversée et dont il m’avait donné un exemplaire.
Eric Giblain

Vous aussi, vous pouvez laisser vos commentaires.
Belles fêtes à vous tous !

Tagué , , , , , , ,

FRANCIS VADILLO EST PARTI : « tout ce que l’arbre a dit dans son médaillon marque notre blessure » CE 17 JANVIER, SON FILM UNDERGRONDE A ETE PROJETÉ À PARIS DANS SA VERSION LONGUE SOUS-TITRÉE !

Francis Vadillo pour la présentation de son film "UnderGronde" au Festival International de Bande Dessinée d'Antouleme le 31 janvier 2014. Photo Arnaud Baumann.

Francis Vadillo pour la présentation de son film « UnderGronde » au Festival International de Bande Dessinée d’Antouleme le 31 janvier 2014. Photo Arnaud Baumann.

Francis Vadillo, mon bel et tendre ami, mon collègue aussi, n’est plus.
C’était un grand documentariste. Pour ses deux derniers films, il avait été demandé dans toute l’Europe pour des projections : une vie à sa mesure, celle d’un rocker en tournée…
Rocker, il l’était dans sa chair,totalement, esthète des références les plus confidentielles et aussi magnifique danseur tout à coup, sachant donner son corps à la vie.

Nous partagions ensemble cet adage :
« Quand la vie n’est plus désespérément gaie, elle est heureusement triste. »

SAMEDI 17 JANVIER QUELQUES 80 PERSONNES SE SONT RENDUS À LA PROJECTION DE LA VERSION LONGUE DE SON DERNIER FILM UBDERGRONDE (SOUS-TITRÉE EN ANGLAIS) DANS LE CADRE DE LA PROGRAMMATION DE LA DEUXIÈME ÉDITION DE LA FÊTE DU GRAPHISME.

A ECOUTER D’URGENCE. C’EST FRANCIS QUI PARLE D’UNDERGRONDE SUR DIVERGENCE FM !
Eric Arnaud que je ne connais pas a envoyé ce lien sur le site facebook Adios Amigo Francis Vadillo. On peut y entendre la voix de Francisco parlant de son dernier film UnderGronde et retrouver son bel esprit.

Cliquez sur ce lien :

Il faut aussi aller voir l’ambitieuse exposition Underground à la Cité Nationale des Arts jusqu’au 8 février. Francis aurait été fou de joie de ce beau travail !

Articles « fête du graphisme » :

http://www.telerama.fr/scenes/la-liberte-d-expression-est-a-l-expo-underground,121721.php

http://www.fetedugraphisme.org/evenement/underground-revues-alternatives-une-selection-mondiale-de-1960-a-aujourdhui/

http://next.liberation.fr/arts/2015/01/15/fete-du-graphisme-paris-se-mobilise_1181555

UNDERGRONDE DE FRANCIS VADILLO SAMEDI  17 JANVIER PROJETE À PARIS DANS SA VERSION LONGUE

UNDERGRONDE DE FRANCIS VADILLO SAMEDI 17 JANVIER PROJETE À PARIS DANS SA VERSION LONGUE

Le calendrier des manifestations :
http://www.fetedugraphisme.org/calendrier/

Un hommage à Francis dans le Magazine LM qui vient de paraître. C’est page 77. Le lien :
http://fr.calameo.com/read/00270841148cafe48d50f

Nous nous étions connus en travaillant pour un magazine culturel de France 3 : « j’ai pas sommeil ».
Il n’avait jamais sommeil d’ailleurs. On pouvait l’appeler à toute heure au milieu de la nuit, et il prétendait toujours ne pas avoir été réveillé… C’était tout lui : cette exquise délicatesse.
Il était beau. Il était beau parce qu’il n’avait pas peur d’être lui-même, toujours concentré pour trouver le mot juste qui ne le trahirait pas.C’était ça son éclat. Cette volonté de se respecter totalement. Ainsi, des amis il en avait, et dont le coeur saigne aujourd’hui.
Difficile de réaliser que nous n’aurons plus son aquiescement amusé à nos étranges fantaisies !
Il habitait Montpellier, mais aussi le pays basque où était sa famille, et aussi Sète avec son amoureuse. Sète : sans doute une de ses villes préférées au monde.
Souvent nous avons écouté la « Supplique » ensemble (ci-dessous) :

Supplique pour être enterré à la plage de Sète – Georges Brassens – YouTube

« Les morts cachés sont bien dans cette terre
Qui les réchauffe et sèche leur mystère.
Midi là-haut, Midi sans mouvement
En soi se pense et convient à soi-même
Tête complète et parfait diadème,
Je suis en toi le secret changement. »

Paul Valéry, le Cimetière marin

Francis Vadillo et Pacôme Thiellement pour la projection  à Paris de son film "Matt Konture, l'éthique du souterrain". Photo Arnaud Baumann.

Francis Vadillo et Pacôme Thiellement pour la projection à Paris de son film « Matt Konture, l’éthique du souterrain ». Photo Arnaud Baumann.

Son dernier film « UnderGronde » est un voyage initiatique à travers l’Europe du fanzinat, du graphzine et de la micro-édition, un documentaire en totale immersion dans les lieux de l’underground actuel, produit par Pages & Images et France 3 Poitou-Charentes
Après avoir été un activiste du rock (organisation de concerts, émissions de radio…), Francis participe à des fanzines, au mouvement des radios pirates (avant la légalisation) et à plein d’autres trucs, curieux des arts plastiques et fervent amoureux de la poésie.
Son avant-dernier documentaire « Mattt Konture, l’éthique du souterrain » est une splendeur.

Pour visionner « UnderGronde », cliquez sur ce lien :

Un interview de Francis à propos de son film « l’éthique du souterrain »:

http://montpellierblog.wordpress.com/2012/01/02/francis-vadillo/

Francis Vadillo

Francis Vadillo

DERNIER ADIEU À MONTPELLIER
Vendredi à 11h30 nous avions rendez-vous au complexe funéraire de Grammont pour une cérémonie d’une heure.Puis nous nous sommes tous retrouvés à Figuerolles pour un moment de grâce plein de chaleur et d’énergie.

Le flyer pour Francis Vadillo, le 5 décembre 2014

Le flyer pour Francis Vadillo, le 5 décembre 2014

Les cendres de Francis ont été inhumées à Tarnos dans son Pays Basque, dans le caveau familial mercredi 10 décembre à 11h30.

Les articles pour Francis dans la presse de montpellier :

http://www.lagazettedemontpellier.fr/actu-28165/obseques-du-realisateur-francis-vadillo-ce-vendredi-5-decembre

Francis vadillo alias Shock Corridor a tiré sa révérence. Article dans le midi libre.

Francis vadillo alias Shock Corridor a tiré sa révérence. Article dans le midi libre.

MORT
« Ce qui fait peur dans la mort, ce n’est pas la mort, mais l’idée que même mort, on garde la conscience. Conscience unique dont l’exercice se résume à réaliser éternellement qu’on est bien mort. C’est ça l’enfer ! Conserver cette conscience à l’infini. Il faut aider nos morts à perdre conscience. » (Fabienne Issartel)

The Cramps – Tear it Up – Urgh! A Music War

Francis Vadillo en 1991. Image issue d'un film réalisé par Joël Jacobi.

Francis Vadillo en 1991. Image issue d’un film réalisé par Joël Jacobi.

Raoul Vaneigem – La Vie S ecoule, La Vie S enfuit – avec sous-titres – subtitles

Et encore un petit poême pour toi Francisco :

Le bruit et l’eau
viennent inonder le couloir
rouge et bleu

Je ne peux cesser de prendre
ce chemin
pierres et cristal
crissent
dans l’attente

Tout ce que l’arbre
a dit
dans son médaillon
Marque notre blessure

(pour Francis – F. Issartel)

Racines dans ma cuisine 1. Pour Francis Vadillo - photo F. Issartel

Racines dans ma cuisine 1. Pour Francis Vadillo – photo F. Issartel

Racines dans ma cuisine 2. Pour Francisco - photo F. Issartel

Racines dans ma cuisine 2. Pour Francisco – photo F. Issartel

Et encore – j’allais oublier -, il était le roi de la piperade, pas mauvais du tout à la pétanque, l’ami de Pascal Comelade, et surement un très bon amant…
Que de facettes pour un seul homme !

Le « Tango Rossello » de Comelade

Toutes mes pensées à sa famille : sa mère qui a vécu « Guernica » à Guernica, et ses deux soeurs.

Francis Vadillo en août 2009 au café de la plage à Ondres, pays basque.

Francis Vadillo en août 2009 au café de la plage à Ondres, pays basque.

PACÔME THIELLEMENT PARLE DE FRANCIS VADILLO, DE NOTRE AMITIE INDEFECTIBLE. TEXTE LU LORS DE L’HOMMAGE QUI A ETE RENDU À MONTPELLIER POUR SES OBSEQUES.

Francis Vadillo et moi, nous ne nous sommes pas vus si souvent. Mais à chaque fois que nous nous sommes vus, nous étions des amis évidents, perdus et retrouvés. Lui avec son perfecto de rocker, moi avec ma barbe de pope, nous étions deux personnes très différentes qui avions toujours vécu au milieu de choses analogues et qui parlions le même langage. Qu’il me parle de son amour du « Mont tout-est-lié » ou de Nietzsche, des albums des Beasts of Bourbon, du cinéma de Fassbinder ou de l’histoire de l’anarchie, Francis était une force d’intelligence et de sensibilité, de pudeur et d’intégrité rare. C’était un type digne et droit, avec une voix douce mais une pensée claire, qui savait penser par lui-même et faire de ses pensées des actes. Ces actes étaient devenus des films, et quels films : L’éthique du souterrain, Undergronde… Un cinéma qui épousait l’histoire d’une des plus belles poussées artistiques de notre continent : le comix, le fanzinat, l’auto-édition, l’artisanat, l’amour du dessin, du trait, de l’art, bref : la grande aventure héroïque de notre temps. Un cinéma qui réussissait à être à la fois sobre et percutant, clair et intense, plein d’ombres, de lumières, de sons et de vie.
Grâce à Francis, avec Francis, j’ai retrouvé Mattt Konture que je n’avais pas revu depuis des dizaines d’année. C’était au festival Sismic en Suisse, dans un coin de forêt à l’écart des expositions, sous les arbres et sans ma barbe – on était filmé par Francis tous les deux. C’étaient de vraies retrouvailles malgré la caméra, et on se racontait des vieux souvenirs de grande jeunesse – on évoquait le Paris des années 80 et Galopu, alors qu’il y avait Julie Doucet juste à côté de nous, mais pas dans l’image, hors champ, en observatrice… Le soir même, Jean-Christophe Menu faisait le DJ et je voyais Francis danser comme un beau diable sur Pet Cemetary – sur la terre battue du Sierre alternatif, avec une électricité extraordinaire, et ces mouvements de danse qui ne s’improvisent pas mais se retrouvent dans la transe. Soudain, Francis était le cinquième Ramone.
Grâce à Francis, avec et sans Francis, j’ai rencontré une de mes meilleures amies : Fabienne Issartel. On pourrait presque dire que nos âmes se sont retrouvées grâce à lui. Il a préparé, organisé notre amitié, nous a mutuellement donné rendez-vous à distance. Il nous a dit : rencontrez-vous, et, un Samedi après-midi, on l’a fait. On a dû se descendre une bouteille et demi de vin blanc en parlant de tout et de n’importe quoi et en riant énormément. Depuis, on ne s’est pas beaucoup quitté. Quand Francis venait à Paris, on se voyait au moins tous les trois – dans des soirées de longue dérive qui pouvait partir des Oiseaux à Pigalle, passer par le Gin Go Gae rue Lamartine, la rue Richer, la place de la Bourse, Réaumur-Sébastopol ou la place de la République, la place des Vosges où on ne peut pas s’empêcher d’y tourner comme autour d’une Mecque, pour finir place du Bourg-Tibourg… De quoi on parlait tous les trois ? De tout, un peu. Des confidences, des évidences, des paradoxes ponctués d’éclats de rire.
« Nous avons notre ami en nous désormais, a dit Jean-Christophe Menu quand Francis est parti : et comme il fut parmi les vrais et parmi les purs, nous n’allons pas le décevoir. Il y a maintenant un peu plus d’anarchisme en nous, un peu plus d’Espagne, un peu plus de punk, un peu plus de
révolution ! »
Oui, mais quand même, je veux nous imaginer encore une fois dans une dérive à Paris, tous les trois avec Fabienne, les alcools nous éclairent mais ne nous enivrent pas, la marche nous réchauffe mais nous ne épuise pas, nous tournons autour d’une place qui se met à tourner sur elle-même, la lune se rapproche et s’éloigne alternativement, et il n’y a pas de fin.

Pacôme Thiellement

Des petits dessins évidemment tout près du cercueil de Francis

Des petits dessins évidemment tout près du cercueil de Francis

Le message de sa famillille reçu après la cérémonie de Tarnos :

« Les soeurs de FRANCIS, et ses beaux-frères, ont été extrêmement touchés par les hommages chaleureux et élogieux que vous tous, ses amis, collaboratrices, collaborateurs, et partenaires professionnels, lui avez rendu à Montpellier, vendredi 5 décembre, et vous remercient beaucoup pour tous ces témoignages; aujourd’hui, FRANCIS a été inhumé dans le caveau familial de sa ville natale, Tarnos, accompagné des textes très émouvants de Marie-Christine et de sa petite nièce Inès, mais aussi de la musique de son ami Pascal Comelade, lui rendant ainsi un dernier hommage, entouré de sa famille et d’amis d’enfance et d’adolescence.
Grâce à vous tous, l’immense peine qui nous assaille a été adoucie par tous les signes de profonde affection adressés à FRANCIS, et que ses amis proches, en nous entourant, ont su nous transmettre. Vraiment, merci.
Maryse, Violette, Jacky, Michel »

Le dessinateur Matt Konture rend hommage à son ami Francis  avec l'inspiration souterraine de sa guitare

Pendant la soirée dédiée à Francis à l’Atelier Nord de Figuerolles,le dessinateur Matt Konture rend hommage à son ami Francis avec les flots souterrains des larmes de sa guitare

EMOUVANT MOMENT SAMEDI 17 JANVIER À LA PROJECTION DE LA VERSION LONGUE DE SON FILM UNDERGRONDE AU MUSÉE DES ARTS DECORATIFS À 17 h

Tagué , , , , , , , , , , , , , ,

Boris pahor : mon pape à moi !

Pour mémoire, en ce jour officiel de discours papal, je vous encourage à ré-écouter aussi le discours prononcé au parlement européen en 2013 par l’écrivain slovène de Trieste Boris Pahor auquel j’ai consacré un film documentaire « Boris Pahor, portrait d’un homme libre », 98′.
Lui aussi parle d’éthique, d’humanité et de respect des cultures. Et tout cela va aussi avec l’idée de la conservation d’une « Mémoire » !

Fabienne Issartel et Boris Pahor au moment des adieux le 10 octobre 2014 à Montparnasse

Fabienne Issartel et Boris Pahor au moment des adieux le 10 octobre 2014 à Montparnasse

CLIQUEZ SUR CE LIEN ET VISIONNEZ L’EXTRAIT SUR VIMEO :

http://vimeo.com/77903018

Et aussi un article de Nathalie Courtial paru dans le quotidien du Puy en Velay « l’Eveil de la Haute-Loire ». C’est un petit portrait de moi dans lequel il est bien sûr question de Boris Pahor !

l’article portrait que le quotidien l’Eveil de la Haute-Loire m’a consacré

Tagué , , , , ,